Data Gravity lance ses baies de stockage "Data Aware"

La start-up DataGravity vient de dévoiler ses baies NAS Discovery, qui se distinguent de leurs concurrentes par leurs fonctions intégrées de recherche, de gouvernance et de protection de données.

La start-up DataGravity a lancé la semaine dernière son premier produit, la baie de stockage hybride Discovery,une baie NAS qui se distingue de ses concurrentes par ses fonctions intégrées de recherche, de gouvernance de données et de protection.

La baie Discovery Série 2000 intègre des fonctions avancées de discovery et de recherche permettant aux équipes IT, aux équipes de sécurité, de compliance ainsi qu’à certains utilisateurs métiers d’analyser automatiquement les informations contenues dans les fichiers.  Elle permet également aux équipes IT de suivre en temps réel les interactions des utilisateurs avec ces fichiers et fournit des capacités avancées de protection permettant de restaurer des données en temps réel.

DataGravity a été co-foundée par Paula Long, l’une des fondatrices d’Equallogic, un pionnier du stockage iSCSI, et par John Joseph, l’ancien vice-président du marketing d’EqualLogic. Long et Joseph ont levé 42 millions de dollars de financements pour leur nouvelle entreprise.

Des baies hybrides dotées de fonctions avancées de recherche, de suivi et de protection de données

Les deux premières baies de la firme sont les DG2200 (48 To) et DG2400 (96 To), dont les fonctionnalités sont identiques (à l’exception de leurs capacités). Les baies Discovery  sont des baies hybrides combinant un étage à base de disques durs avec un étage de cache flash (respectivement 2,4 et 4,8 To de capacité Flash). Elles supportent les protocoles CIFS/SMB (v1 à v 2.1), NFS, (v3 et v4) et iSCSI.

L’architecture des baies est originale. Le contrôleur primaire se charge de stocker les données sur les disques et de répliquer les données sur le nœud secondaire qui est aussi en charge de l’analyse des données stockées. De cette façon, les activités du nœud secondaire n’ont aucun impact sur la performance du nœud primaire.

Ce nœud secondaire analyse les données et métadonnées afin d’exposer aux administrateurs des informations sur les utilisateurs et leurs activités sur les fichiers (heures d’accès, modifications apportées au contenu….). La baie Discovery met à la disposition des utilisateurs une interface riche, à base de rôles pour l’accès à ces informations.

« Aujourd’hui, les systèmes de stockage sont des boîtes noires. Nous permettons aux utilisateurs de voir les données  stockées dans le système. Le moteur DataGravity est attaché à la baie et analyse les données. Nous regardons le contenu de plus de 400 types de fichiers différents. Nous regardons qui possède les fichiers,  qui les modifie et suivons les changements. C’est comme une timeline FaceBook mais pour un fichier », explique John Joseph, le président de DataGravity.

La baie permet ainsi à un utilisateur autorisé ou à un administrateur d’effectuer des recherches sur l’ensemble d’un partage ou de consulter l’historique d’un fichier. Elle sait suivre l’activité sur les fichiers  y compris au sein de machines virtuelles dans un environnement VMware et lier cette activité à l’identité des utilisateurs. La baie dispose de fonctions avancées de protection et de la capacité de restaurer des données au niveau fichiers.

L’un des bêta testeur de la baie, Chris Berube, le responsable IT, du cabinet d’avocats Joe Bornstein, à Sanford, dans le Massachusetts, a ainsi vanté les capacités d’audit de la baie. «  Ce qui m’importe est de savoir qui accède à quel fichier, qui modifie quoi et quand, et quel était le contenu du fichier avant le changement. La baie fournit des capacités basiques d’audit et de sécurité des fichiers. C’est presque comme un système d’e-discovery intégré. »

Comme l’indique Joseph, « Nous savons détecter si un fichier est corrompu et nos fonctions d’indexation permettent de déterminer quelle était la dernière version non corrompue du fichier de telle sorte que l’utilisateur puisse décider quelle version restaurer. Je peux créer un répertoire partagé de 100 Go et décider de la fréquence à laquelle je veux le protéger par snapshot ». Cette politique de protection peut être définie selon des critères temporels, mais aussi le pourcentage de données modifiées ou le volume de données modifiées, conclut Joseph.

Selon la firme les prix des baies sont respectivement de 50 000$ et 100 000$ et incluent l’ensemble des licences logicielles.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close