Jr Casas - Fotolia

La semaine de l'IT B2B en un article

13 avril. Google et Gogo sont dans un avion (bientôt) - « European Blockchain Partnership » - SAP : un changement peut en cacher un autre - Pivotal en bourse - Sécurité : CA Technologies, RSA et Palo Alto rachètent - IBM muscle ses bébés mainframes

Ce mardi, le secrétaire d’Etat chargé du numérique, Mounir MAHJOUBI a signé la déclaration qui encadre le futur « European Blockchain Partnership ».

Le but de ce partenariat qui regroupe en plus de la France vingt et un pays - dont la Grande Bretagne mais pas l’Italie -  est de « permettre le développement de cadres interopérables pour la blockchain en Europe ». Un des bénéfices escomptés est de stimuler la concurrence pour que les startups et les PME puissent, sur un pied d’égalité avec les grands groupes, fournir des services transfrontaliers qui s’appuient sur la Blockchain.

Les premiers projets publics concrets sont attendus dès 2019.

SAP : un changement peut en cacher un autre

Lundi, LeMagIT annonçait en avant-première et en exclusivité que Gérald Karsenti prenait les commandes de SAP France après avoir dirigé pendant 6 petits mois le grand concurrent Oracle France.

Il était officieusement attendu chez Cisco France. Le pari proposé – et peut être les émoluments – l’ont finalement dirigé vers l’éditeur allemand.

Gerald Karensti avait été choisi par Oracle pour pacifier les relations avec les clients et redorer son image de fournisseur/vendeur peu à l’écoute. Au moment du départ précipité du dirigeant, le Cigref regrettait qu’Oracle ne lui en ait pas donné les moyens de sa mission. La tâche de Gerald Karsenti sera, peu ou prou, la même chez SAP. L’histoire dira si l’éditeur allemand lui en donne plus la possibilité que l’éditeur américain.

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, le lendemain, SAP annonçait une nouvelle tarification sur les accès indirects au cœur de ses désaccords avec ses clients. Pour les associations d’utilisateurs, il reste des points à améliorer mais ils applaudissent des deux mains ce changement, fruit d’un travail auquel elles ont participé.

SAP semble vouloir enterrer la hache de guerre, au moment où plusieurs groupes lorgnent vers le Cloud, et vers des fournisseurs tiers, pour répondre à leurs nouveaux besoins.

SAP a également séparé ses équipes commerciales et ses équipes d’audit. Une autre initiative très appréciée de clients qui voient de plus en plus le « redressement de licences » comme une extorsion pure et simple dont le seul but est de faire gonfler les résultats et les primes d’objectifs des commerciaux de SAP.

Pivotal en bourse

Lundi, Pivotal a fait son entrée en bourse. La filiale de Dell technologies et VMware spécialisée dans le PaaS et dans les architectures logicielles à base de microservices a réalisé un CA de 509 M$ et une perte nette de 163,5 M$ en 2017.

L’opération, annoncée le mois dernier, devrait lui permettre de continuer à financer son développement et sa croissance. Elle devrait aussi, à terme, permettre à ses actionnaires historiques - Dell Technologies, Ford et General Electric - de récupérer une partie de leurs mises.

Sécurité : rachat, rachat et rachat

Mardi, CA Technologies a mis la main sur SourceClear. Après Veracode, l’éditeur continue donc ses emplettes dans la sécurité applicative.

Mercredi, c’est RSA qui a racheté Forscale, pour ajouter une couche d’analyse comportementale à sa plateforme de gestion des informations et des événements de sécurité (NetWitness). Qui lui faisait jusqu’ici défaut.

Enfin jeudi c’est au tour de Palo Alto Networks d’y aller de son acquisition avec le rachat de Secdo. Secdo doit permettre à l’équipementier de compléter Traps, sa solution de protection des postes de travail, avec une couche d’automatisation des processus de sécurité opérationnelle. Et donc de se renforcer dans la réponse aux incidents.

Réseau : Google et Gogo sont dans un avion (bientôt)

Mardi, Bloomberg a affirmé qu’Alphabet (Google) serait en pourparlers très avancés avec Nokia pour sa branche réseau haut-débit dédiée aux avions. La technologie de Nokia permet de se passer de communications satellitaires (très couteuses).

Pour Google, il s’agirait de déployer Internet – et donc un accès à ses services – dans des lieux encore peu (ou mal) connectés. Pour Nokia, le but est de trouver des ressources et de se recentrer sur la 5G.

Google est déjà un opérateur virtuel aux Etats-Unis (Project Fi), pays où il avait également tenté de devenir FAI (Google Fiber). Si le rachat se concrétise, il deviendra un concurrent frontal de Gogo.

IBM muscle ses bébés mainframes

Traditionnellement, IBM sort les versions allégés de ses mainframes quelques mois après la version « fer de lance ». Mercredi, Big Blue n’a pas dérogé à la tradition en sortant les bébés mainframes de son Z14.

Au menu des deux nouveaux modèles d'entrée de gamme de l'offre grands systèmes d'IBM, des systèmes certes plus modestes – mais tout de même plus musclés que les précédents. Le z14 SR1 et le LinuxOne "RockHopper II" sont conçus respectivement pour faire tourner des workload z/OS et Linux.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close