Thomas Barton, le CEO de Tintri abandonne le navire en pleine tempête

Il y a définitivement le feu chez Tintri. Après avoir publié des chiffres préliminaires calamiteux la semaine dernière et averti que ses fonds actuels pourraient ne pas lui permettre de continuer à opérer normalement après le 30 juin, Tintri vient d'officialiser le départ de Thomas Barton son CEO et CFO.

Le CEO de Tintri vient d’abandonner le navire, trois mois seulement après son arrivée à bord en tant que sauveteur. Thomas Barton, 54 ans, a informé le conseil d’administration de sa décision lundi, selon un document transmis au gendarme boursier américain. Tintri n’a pas expliqué les raisons du départ de Barton, mais a dit qu’il n’était pas dû à un « désaccord ».

Suite à cette nouvelle, l’action de Tintri a chuté de près de 25 %, clôturant mardi à un nouveau plancher de 19 cents l’action. Elle est depuis remontée à 21 cents, soit bien en deçà du seuil de 1 $ nécessaire pour maintenir durablement la cotation du titre Tintri sur le NASDAQ. Pour l’instant, Tintri n’a pas nommé de remplaçant et cela pourrait de toute façon s’avérer futile étant donné les difficultés du constructeur à obtenir de nouveaux financements pour poursuivre son activité. Contacté, Tintri n’a pas répondu aux demandes d’entrevue.

Comme nous l’indiquions dans un article la semaine dernière, la société n’a pas réussi à publier ses résultats en temps et en heure et s’est bornée à communiquer des chiffres prévisionnels la semaine dernière. La société a par ailleurs déclaré qu’elle manquerait des « liquidités suffisantes » pour poursuivre ses activités après le 30 juin. Cette date, ironiquement, marquera le premier anniversaire de l’introduction en bourse de la société.

Mouvementée (Tintri avait dû revoir à la baisse son cours d’introduction), l’entrée en bourse de la firme ne s’est pas déroulée comme prévu et la firme n’a pu lever les fonds espérés. Depuis, la firme n’a jamais réussi à lever les incertitudes pesant sur sa survie, un scénario qui rappelle un peu celui vécu par Violin Memory.

Barton est le deuxième PDG de Tintri à démissionner en quatre mois. Il a pris la relève de Ken Klein, qui a quitté son poste en mars après cinq ans à la barre de la société fondée il y a dix ans par l’ex-vice-président de la R&D de VMware, Kieran Harty, son actuel CTO.

Lancé en 2008, Tintri a d’abord commercialisé son stockage 100 % flash auprès des utilisateurs de VMware avant de progressivement étendre son offre aux autres hyperviseurs du marché. Bien que sa technologie ait été vantée pour sa qualité, Tintri n’a jamais réussi à développer ses ventes à la hauteur de ses espérances et a également peiné à se développer à l’international. Résultat, une succession continue de pertes trimestrielles.

Barton, qui cumulait depuis peu les fonctions de CEO et de CFO, avait été considéré comme un bon choix pour la firme, étant donné son expérience dans le monde de l’infrastructure et du stockage d’entreprise et de son expérience en matière de capital-risque. Barton a rejoint Tintri depuis Broken Arrow Venture Capital, une société basée à Los Gatos, Californie, dont il était l’un des associés fondateurs depuis 2007.

Entre 2002 à 2007, Barton avait été président et CEO de Rackable Systems, un fabricant de serveurs x86 et de systèmes de stockage qui a fusionné avec Silicon Graphics International après son départ. Depuis, la technologie de SGI est devenue partie intégrante de Hewlett Packard Enterprise, après l’acquisition du constructeur en 2016.

Visiblement le départ de Barton est une conséquence de l’incapacité de la firme à obtenir des fonds additionnels. Il pourrait être la dernière étape avant un dépôt de bilan de la firme ou une vente surprise de dernière minute.

Adapté d'un article en anglais de SearchStorage.com 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close