Qlik « augmente ses capacités analytiques conversationnelles » avec le rachat de CrunchBot

Avec l'acquisition et l’intégration à venir d'une nouvelle technologie de bot capable de comprendre le langage naturel, Qlik suit le même chemin que les gros acteurs de la BI et démocratisera un peu plus l'analytique auprès des utilisateurs non experts.

Qlik vient d'annoncer le rachat de CrunchBot, un bot analytique de la société Crunch Data, qui compte selon Qlik, « une équipe expérimentée de professionnels de l’IA ».

Avec la technologie de CrunchBot, il sera possible d'interagir avec l'outil de BI en self service en langage naturel - à l'écrit ou vocalement.

« Cette acquisition permet à Qlik d’étendre ses capacités en matière d’intelligence augmentée et d’analyse cognitive, en apportant des outils d’analytique conversationnelle supplémentaires qui s’appuient sur la plate-forme Qlik et des API ouvertes », commente l'éditeur pour l'occasion.

Le bot s'interface avec Qlik Sense et avec des solutions collaboratives comme Slack, Skype, Salesforce Chat ou encore Microsoft Teams.

 « L’intégration de CrunchBot au sein de Qlik va aider les utilisateurs à injecter plus facilement et régulièrement des données dans les workflows, faisant de l’analytique un élément essentiel dans la collaboration et la prise de décision au quotidien », vante Mike Capone, CEO de Qlik.

Renforcer le début d'intelligence augmentée de Qlik

En mars 2017, Qlik France avait fait la démonstration au MagIT d'un premier bot, baptisé logiquement « Qlik Sens Bot ». Celui-ci s'appuyait sur les briques NLP et NLG de Google. « Les clients de Qlik bénéficient déjà de capacités intrinsèques d’intelligence augmentée et de recherche en langage naturel », confirme aujourd'hui l'éditeur, mais « celles-ci seront étendues et enrichies grâce à CrunchBot au travers d’une interface conversationnelle en langage naturel ».

Parmi les cas possibles d'utilisation, Qlik souligne qu'avec son moteur associatif, le bot pourra non seulement expliquer une situation, mais aussi en donner les raisons, voire proposer les prochaines étapes.

« A la différence des outils de recherche autonomes, cette approche offre le meilleur des deux mondes. Elle permet d’entamer une conversation puis de passer à une exploration visuelle pour approfondir la compréhension et les découvertes », ajoute Qlik.

CrunchBot est disponible dès à présent pour les clients de Qlik et sera commercialisé sous licence « en tant que solution à valeur ajoutée pour la plate-forme Qlik Sense ».

Ce nouveau produit, rebaptisé Qlik Insight Bot, s'ajoute à Qlik Insight Advisor et sera intégré avec le moteur cognitif de Qlik.

Il pleut des bots

Les requêtes en langage naturel, écrites ou orales - deux évolutions que l'on peut relier à la « millenialisation » des applications métiers - sont un mouvement de fond de la BI.

Oracle (avec son nouvel Assistant et son datawarehouse automatisé), MicroStrategy (avec sa BI « Zero Clic ») et Tableau (avec « Ask Data ») ont fait le même type d'annonces les semaines passées. Au-delà de l'analytique, Workday (ERP/HCM) ou ServiceNow (dans le Services Management) empruntent le même chemin, pour ne citer que deux grands noms.

« D'ici à 2020, 50 % des requêtes analytiques seront générées par des recherches, le traitement du langage naturel ou la voix, ou même créées automatiquement », prédit d'ailleurs Gartner dans son rapport Augmented Analytics Is the Future of Data and Analytics d'octobre 2018.

Pour approfondir sur Outils décisionnels et analytiques

- ANNONCES GOOGLE

Close