olly - Fotolia

Bizness, la formation aussi fait sa transformation numérique

Alors que la transformation numérique se généralise, la formation doit elle aussi faire sa mutation. C'est cette conviction qui a donné naissance au Groupe Bizness. Celui-ci mixe les différents modes d'apprentissage pour accompagner la transformation des métiers du management, des ventes et de la relation client.

Après quelques années d'expérience professionnelle à différents postes dans le secteur de la banque et de l'assurance, Bruno Sola voulait « dépoussiérer le monde de la formation professionnelle ». En bon autodidacte, il n'a pas peur d'être iconoclaste. Avec Nicolas Rivière, ils créent Bizness en 2007. Leur projet : utiliser les technologies numériques pour sortir de ce qu'ils appellent les « formations mouton » et proposer des solutions qui mixent les différents modes d'apprentissage.

« La révolution numérique ouvre la voie à une révolution pédagogique »
Bruno SolaPrésident et fondateur de Bizness

Douze ans plus tard, Bizness est devenu un groupe fort d'un effectif de 50 personnes, auquel s'ajoutent une centaine d'intervenants, et d'un chiffre d'affaires d'environ 11 millions d'euros. Il accompagne les métiers touchés par la transformation numérique, et cible principalement le management, les ventes, ainsi que la relation et la satisfaction clients.

Développer les outils en interne

Dès 2014, Bizness s'est doté de compétences en développement de ses outils numériques. En 2016, l'équipe est devenue une filiale, qui compte à présent 20 personnes, des développeurs, des data scientists, des UX, web ou motion designers… La société utilise plus de 25 outils ou technologies, qui vont de la réalité virtuelle ou augmentée aux MOOC en passant par les jeux et l'intelligence artificielle (IA). Ses solutions mêlent des formations en ligne, en présentiel ou en podcast. « La révolution numérique ouvre la voie à une révolution pédagogique », affirme Bruno Sola, « il faut redonner du sens à la formation, faire de l'adaptive learning [N.D.L.R apprentissage adaptatif] et combiner les outils pour proposer des parcours personnalisés à la demande ».

Former par simulation

La société a, par exemple, réalisé un simulateur en ligne, baptisé Skillgym. Celui-ci intègre des modules vidéo qu'un algorithme d'IA associe selon différents scénarios en fonction des réponses de l'utilisateur. Plus de 16 millions de combinaisons sont possibles. Skillgym a été utilisé pour former les commerciaux de l'assureur Allianz, pour entraîner les collaborateurs d'une banque à la gestion des incivilités ou le personnel de Pôle Emploi aux recrutements.

« Il faut que les entreprises n'aient pas peur d'avoir des collaborateurs compétents », poursuit Bruno Sola. « De plus, les outils utilisés pour la formation peuvent aussi être exploités par les ressources humaines pour détecter des talents, en fonction de leurs “soft skills”, et les former ensuite pour qu'ils acquièrent les compétences techniques d'un métier ».

Avec la Région Occitanie, Bizness a développé une application mobile pour mettre en relation les entreprises, qui recherchent des apprentis, et les jeunes à la recherche d'un contrat. En un an, 5 000 jeunes de Toulouse et des environs se sont inscrits sur l'application, qui référence 10 000 entreprises régionales. « Nous allons ouvrir l'application aux stagiaires de 3ème et aux contrats professionnels », annonce Bruno Sola. L'application propose également des modules de formation, un chatbot, etc. « Car la frontière entre l'emploi, le recrutement et la formation est de plus en plus fine », conclut-il.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close