Microsoft

Azure Stack HCI : une vraie solution d’hyperconvergence mais pas si Azure que ça

Microsoft repositionne sa solution WSSD sous la marque Azure dans l’espoir de la sortir de la confidentialité.

Du marketing. Microsoft lance ces jours-ci une solution appelée Azure Stack HCI qui, contrairement à ce que son nom suggère, ne sert pas du tout à installer la plateforme Azure Stack sur une infrastructure hyperconvergée.

Azure Stack tout court est un logiciel tout en un qui permet de déporter des services Azure dans un datacenter local. Les entreprises s’en servent pour profiter des services du cloud public de Microsoft – portails de ressources à la demande, consoles ergonomiques pour les montées en charge, batterie de services applicatifs, etc. – sans sortir les données critiques de leurs murs ou pour les exécuter sur des sites avec une faible connectivité.

Un rebranding du peu déployé WSSD

Azure Stack HCI est un bundle des couches logicielles de Windows Server qui servent à faire fonctionner une infrastructure hyperconvergée (ou HCI). Il s’agit principalement de l’hyperviseur Hyper-V, qui exécute des machines virtuelles, de la couche de stockage virtualisée Storage Spaces Direct (S2D), d’un réseau virtualisé, qui vient d’être renommé Azure Network Adapter, et de la console d’administration Windows Admin Center. Jusqu’à il y a peu, cette solution globale s’appelait WSSD, ou Windows Server Software Defined.

Problème, WSSD est suffisamment peu répandu pour ne même pas être cité dans le palmarès IDC des plateformes logicielles de l’hyperconvergence. Selon les derniers chiffres connus, et qui datent d’octobre dernier, les piles logicielles HCI de Nutanix et de VMware (ESX, vSAN, NSX, vCenter) occuperaient chacune plus de 34 % du marché, tandis que celles de Dell EMC (VxRails), Cisco et HPE auraient chacune environ 5 % des parts. WSSD est a priori noyé dans la catégorie « Autres » qui englobe les 16 % restants. On soupçonne donc Microsoft de rebaptiser WSSD surtout pour la publicité. Le cloud Azure, de son côté, est durablement numéro 2 sur son marché et, selon Microsoft, ses revenus augmenteraient d’environ 90 % tous les ans.

Des interactions aussi limitées avec Azure que n’importe quel autre Windows Server

WSSD ne communique avec le cloud public Azure que par les dispositifs réseau traditionnels de Windows : un VPN ou, au mieux, ExpressRoute. Ce dernier revient à un VPN dédié aux ressources hébergées sur Azure, en passant par une connexion physique privée, comme une ligne MPLS qui relie l’entreprise à un hébergeur de services Microsoft.

En termes d’interactions possibles, WSSD, comme n’importe quel autre Windows Server, est administrable depuis le service d’authentification d’Azure. On peut aussi migrer des machines virtuelles de l’un à l’autre, ou programmer des sauvegardes du datacenter local qui iront se stocker dans le cloud de Microsoft. Mais Azure offre ces fonctions pour toutes les plateformes d’hyperconvergence.

A priori, le nouvellement dénommé Azure Stack HCI n’a pas de lien de parenté supplémentaire. Si une application a été écrite pour s’interfacer avec les services d’Azure, alors elle ne fonctionnera pas sur Azure Stack HCI, tandis qu’elle s’exécutera sur Azure Stack tout court.

Selon un article publié par l’expert Paul Ferrill, qui a obtenu auprès de Microsoft le titre de Most Valuable Professional en matière de datacenter, il n’est même pas certain que le déploiement d’une application en containers soit facilement transposable d’Azure Stack HCI à Azure. 

L’autre différence entre Azure Stack sur site ou des ressources Azure en ligne et Azure Stack HCI est le moyen de consommation. Les deux premiers sont facturés sous la forme d’un loyer selon le nombre de ressources utilisées par mois. Azure Stack HCI, en revanche, s’achète à la carte, avec plus ou moins d’options, parmi lesquelles figurent par exemple le SDN Azure Network Adapter ou un prochain module de monitoring Azure Security Center.

Notons à ce titre qu’Azure Stack est généralement fourni préinstallé sur des configurations serveurs particulières, tandis qu’Azure Stack HCI est déployable sur tout un catalogue d’appliances hyperconvergées.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close