La Grande école du numérique en phase avec ses objectifs

Depuis 2016, les formations labellisées Grande école du numérique (GEN) ont formé près de 19 000 personnes aux principaux métiers du secteur. Les chiffres sont en phase avec l'engagement de la GEN de favoriser l'inclusion et la mixité.

Tout ce qui contribue à l'inclusion et à la mixité, tout en amenant le plus grand nombre de personnes possible à l'emploi, a fortiori dans les secteurs les plus recruteurs, mérite d'être souligné. C'est le cas de la Grande école du numérique (GEN).

Lancée en 2015 par François Hollande, alors Président de la République, la GEN identifie et labellise pour une durée de 3 ans les formations aux métiers du numérique « dispensées au travers de méthodes pédagogiques innovantes, ouvertes à tous, sans distinction académique, économique ou sociale ».

L'objectif était clair : former largement aux métiers du numérique les plus porteurs et les plus en tension pour répondre aux besoins des entreprises. L'initiative faisait suite à un rapport de France Stratégie, qui estimait alors à 190 000 les emplois à pourvoir dans le secteur en 2022.

Une offre diversifiée

La GEN a récemment présenté le bilan de l'année 2018 et de ses trois premières années de fonctionnement. Le bilan est clairement positif. Désormais, 751 formations ont été labellisées sur tout le territoire français, en France métropolitaine et en Outremer. Elles forment aux métiers de développeur (web, mobile, back et front end…), de community manager, de data analyste ou de technicien systèmes et réseaux, etc.

A souligner, 3 % des formations sont proposées exclusivement en ligne et donc accessibles depuis n'importe où. Le bilan précise qu'elles ont obtenu 6,5 % des financements accordés et qu'elles forment 36 % des apprenants. Les formations durent en moyenne 7 mois. Elles sont financées par les Régions, Pôle Emploi et les différents acteurs de la formation dans les territoires.

Inclusion et mixité

Le nombre d'apprenants formés en formation initiale ou en reconversion depuis 2016 atteignait 18 976 à fin mars 2019 ; 69 % d'entre eux ont moins de 30 ans. En 2018, les formations ont reçu plus de 66 000 candidatures. De fait, elles sélectionnent les candidats. Ceux-ci ont un niveau d'études Bac ou inférieur à 57 % et à 43 %, un niveau Bac+2 à Bac+5.

Si la GEN n'a pas encore atteint les objectifs de mixité qu'elle s'était fixés (30 % de femmes et 30 % de résidents des quartiers prioritaires), elle affiche tout de même des résultats très encourageants : 24 % des apprenants sont des femmes et 17 % sont issus des quartiers prioritaires.

Un mécanisme efficace

La GEN affiche un taux de « sorties positives » de 85 % (CDI, CDD ou poursuite de professionnalisation). S'y ajoutent 10 % d'apprenants qui deviennent entrepreneurs. Le salaire brut moyen d'embauche constaté est de 25 000 €. « Cette formidable réussite a permis de créer un réseau de formations innovantes dans tous les territoires. Nous devons amplifier cet effort de formation (…) : partout en France, des dizaines de milliers d'emplois attendent désespérément d'être pourvus. », a affirmé Cédric O, secrétaire d'Etat chargé du Numérique.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close