rocketclips - stock.adobe.com

Zoom se veut conquérant en France

Avec une forte progression de ses revenus et la signature de groupes comme Sanofi, Zoom fait de la France une de ses priorités internationales. Son accord avec Slack devrait l'aider à continuer sur sa lancée. Mais il reste à confirmer.

Zoom, un des deux nouveaux acteurs de la vidéo-conférence qui secoue le secteur avec BlueJeans, a augmenté de plus de 170 % ses revenus récurrents mensuels entre juillet 2018 et juillet 2019 en France.

Zoom se présente comme une plateforme de communication unifiée (UC) alors que le Gartner la positionne plus comme une solution de conférence concurrente de Cisco Webex Teams, Microsoft Teams ou LogMeIn. Les quatre acteurs suscités formant d'ailleurs le groupe de Leaders du « Magic Quadrant 2019 for Meeting Solutions ».

Autre marque de cette montée en puissance, le cabinet Frost & Sullivan a donnée à Zoom le titre de « Company of the Year for the Global Video Conferencing Industry » en 2019.

En France, l'activité de Zoom est dirigée par Loïc Rousseau, un ancien de PGI et d'OBS, depuis un peu plus d'un an.

Sous la houlette du manager de sa nouvelle entité locale, l'éditeur californien y a gagné quelques grands noms comme le groupe AFNOR, Havas ou Sanofi. Dans le monde, Zoom compte parmi ses clients le Nasdaq, Facebook, Delta Airlines, le brasseur ABinBev ou encore HSBC.

Fort de ses 170 % de progression, Loic Rousseau parle de « croissance explosive » dans la zone EMEA, « et en particulier en France ».

« La France est un marché critique dans la stratégie de croissance internationale agressive de Zoom dans la région EMEA », confirme pour sa part Abe Smith, directeur international de Zoom. « Nous sommes ravis à l'idée de former une équipe locale de très grande qualité afin d'offrir des services commerciaux et de support de la meilleure qualité possible, et en français, à nos clients. »

L'éditeur ne précise en revanche pas le chiffre d'affaires qu'il réalise dans le pays.

Zoom + Slack

Pour continuer sa croissance, et exister face aux géants de la communication unifiée, Zoom a récemment passé un accord avec Slack. L'accord va plus loin qu'un simple partenariat dans le sens où il rapproche fortement les deux acteurs qui vont mutualiser des ressources commerciales et synchroniser leurs R&D.

Cette alliance « fait parfaitement sens », commente Irwin Lazar, analyste chez Nemertes Research. « Ils se complètent parfaitement et ils ont des bases clients similaires. Une stratégie commune devrait les aider à mieux se positionner sur le marché des grandes entreprises contre des acteurs comme Microsoft ou Cisco ».

Les deux éditeurs travaillaient déjà ensemble de manière informelle, mais « là, il s'agit d'un partenariat contractuel », précise Brad Armstrong vice-président des activités et du développement de Slack.

« Nous avons une feuille de route commune et des initiatives communes [N.D.R. : dans le marketing et les actions commerciales] ».

Reste que le plus dur sera certainement de confirmer, alors que la riposte des grands s'organise - aussi bien technologiquement que commercialement - auprès de leurs très larges bases installées.

Plusieurs analystes pensent que Slack et Zoom vont regrouper commercialement leurs produits pour pouvoir offrir des rabais aux clients des suites tout-en-une comme Office 365.

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close