bdavid32 - stock.adobe.com

Stockage : Kioxia lance un SSD qui rivalise avec les Optane d’Intel

Le FL6 atteint 1,5 million d’IOPS et 6,2 Go/s. Surtout, son endurance est maximale grâce à ses cellules SLC qui le positionnent face à l’Optane P5800X dans les écritures intensives.

Le fabricant de SSD Kioxia annonce un nouveau modèle censé rivaliser de vitesse avec les Optane d’Intel. Le FL6 BiCS4 XL-Flash atteindrait des débits de 6,2 Go/s en lecture et 5,8 Go/s en écriture. Il supporterait 1,5 million d’IOPS en lecture et 0,4 million d’IOPS en écriture. Son temps de latence serait de 29 microsecondes avant de lire une donnée et de 8 microsecondes avant de l’écrire.

Comparativement, un SSD P5800X d’Intel à base d’Optane lit ses données à la vitesse de 7,2 Go/s, pour 1,5 million d’IOPS et 6 microsecondes de latence. Il atteint les mêmes chiffres en écriture, sauf que son débit tombe dans ce cas à 6,5 Go/s. Les deux produits se connectent au serveur hôte via un slot PCIe 4.0 et mobilisent chacun deux canaux. Intel a par ailleurs annoncé l’arrivée prochaine d’un modèle P5801X un peu plus rapide, avec un débit de 7,4 Go/s en lecture comme en écriture.

Le FL6 de Kioxia repose sur une NAND particulière, appelée XL-Flash. Il s’agit d’une NAND avec des cellules SLC – les plus rapides, les plus endurantes, mais les moins capacitives – montées sur 96 couches accessibles en parallèle via 16 bus. L’utilisation de telles cellules limite les capacités : le FL6 est pour l’heure proposé en versions 800 Go, 1,6 To et 3,2 To. On notera qu’il s’agit exactement des mêmes capacités que celles du SSD P5800X d’Intel. En revanche, les cellules SLC promettent au FL6 une endurance maximale, avec une garantie a priori de cinq ans, contre seulement une année pour les SSD QLC ordinaires.

Mieux que Samsung

La XL-NAND rappelle furieusement la Z-NAND mise au point par Samsung pour son Z-SSD. À date, ce produit n’a pas beaucoup évolué depuis son lancement en 2019. Ne comptant que 48 couches de cellules SLC, le Samsung SZ985 offre désormais des performances deux moindres que celles du Kioxia FL6 : 3,4 Go/s en lecture, 3 Go/s en écriture, 0,75 million d’IOPS en lecture, 0,17 million en écriture. Il s’interface avec un bus PCIe 3.0 deux fois moins rapide, mais via quatre canaux, ce qui lui permet de bénéficier d’une meilleure latence en lecture (20 microsecondes), mais pas en écriture (16 microsecondes).

Il y a un an Kioxia avait déjà créé l’événement avec un autre SSD au débit similaire, le CM6. Toutefois, celui-ci reposait sur 96 couches de cellules TLC bien moins endurantes et qui l’empêchaient d’être utilisé dans les applications où les écritures sont intensives, typiquement les bases de données, laissant alors le champ libre aux Optane d’Intel.

Selon le cabinet TrendForce, Kioxia est le deuxième plus important vendeur de SSD au monde (18,3 % de parts de marché), derrière Samsung (34 % de parts de marché). Il est cela dit susceptible de se faire racheter par le numéro 3 du secteur, Western Digital (14,7 % de parts de marché), qui compterait investir 20 milliards de dollars pour dynamiser les développements et prendre la place de Samsung.

De son côté, Intel (6,7 % de parts de marché) est censé bientôt redoubler d’efforts sur ses SSD Optane, à base de cellules 3D XPoint. En effet, il ne fabriquera bientôt plus de SSD NAND, cette activité étant en cours de cession à SK Hynix (12,3 % des parts de marché).

Pour approfondir sur Flash

Close