Réseaux : Aruba met à jour ses switches pour PME et TPE

Offrant 24 ou 48 ports Ethernet 1 Gbit/s et une paire de ports 10 Gbit/s, les Instant On 1960 débarrassent les caméras de leurs prises électriques et s’agglomèrent pour simplifier leur administration.

Aruba enrichit sa gamme de switches Instant On pour les petites et moyennes entreprises avec l’introduction de la série 1960. Succédant aux switches de la série 1930, les 1960 ont la particularité de s’assembler en cluster : il suffit de les empiler pour que la console d’administration les présente tous comme un seul équipement pourvu d’une grande quantité de ports.

La série 1960 se compose de cinq modèles. Deux modèles ont 24 ports Ethernet 1 Gbit/s, deux autres en ont 48, les uns alimentent les appareils connectés en électricité (PoE), les autres non. Le cinquième modèle a 12 ports 10 Gbit/s. Il sert en fait d’agrégateur pour les autres switches. Chaque paire de ses ports – pour des questions de redondance – est reliée à une paire de ports 10 Gbit/s sur les quatre autres modèles à des fins d’interconnexion.

Débarrasser les caméras et les bornes Wifi de leur prise électrique

Tous ces ports sont des connecteurs Base-T pour des câbles réseau en cuivre traditionnels. Ils se destinent à mettre en réseau des appareils clients : PC, caméras, bornes wifi et autres objets connectés filaires.

Interrogé par nos confrères de TechTarget USA, l’analyste Brandon Butler d’IDC remarque que les deux switches offrant des ports PoE fournissent assez de puissance pour alimenter les appareils jusqu’à 60 watts, c’est-à-dire qu’ils peuvent fournir assez de courant aux caméras avec zoom mécanique et aux bornes Wifi professionnelles.

« La majorité des PME fait face au problème de devoir brancher ses caméras et ses bornes Wifi sur une prise de courant, ce qui est inesthétique dans un local commercial et peu écologique. Le fait de pouvoir alimenter ces appareils directement depuis leur câble réseau lève la contrainte et va inciter les entreprises à multiplier ces équipements qui modernisent grandement les locaux », commente-t-il.

Précédemment, Aruba avait déjà fait preuve d’efforts similaires sur les ports POE avec sa gamme de switches CX 6300/6400 pour campus et immeubles de bureaux.

10 Gbit/s pour les serveurs, des fonctions d’autodiagnostic

En plus de leurs connexions cuivre, chacun de ces switches dispose d’une paire de connecteurs 10 Gbit/s SFP+ – soit des liens en fibre – destinée à la liaison vers un serveur ou une baie de stockage (NAS ou SAN iSCSI). Le switch agrégateur a même deux de ces paires.

Comme pour le reste de la gamme Instant On, les utilisateurs peuvent configurer et administrer les commutateurs 1960 via une application Instant On sur smartphone. Cette application est doublée d’une console d’administration plus traditionnelle, qui fonctionne en cloud.

Parmi les fonctions de haut niveau, on retrouve la capacité de segmenter le réseau en VLANs, de reconnaître les paquets de téléphonie sur IP en les rangeant automatiquement dans un VLAN dédié, de répliquer le trafic sur plusieurs ports à des fins de monitoring, de cantonner des accès à certains ports ou encore d’autodiagnostiquer des câbles défaillants. Chaque switch d’accès peut router huit VLANs, tandis que le switch agrégateur en route trente-deux.

Il est possible de cumuler ensemble un maximum de quatre switches, c’est-à-dire qu’ils seront considérés par la console d’administration comme un seul équipement avec un seul jeu de règles. Au-delà, il faudra définir des jeux de règles supplémentaires.

Tous ces switches occupent le même espace : leur boîtier est large de 44,25 cm, haut de 4,4 cm, profond de 35 cm. Les prix publics, pour l’heure uniquement communiqués en dollars américains, vont de 899 $ pour un switch 24 ports sans PoE, à 2 299 $ pour le modèle 48 ports.

Pour approfondir sur LAN - WLAN

Close