jules - Fotolia

Oracle déploie ses SGBD depuis Azure sur son propre cloud

Oracle et Microsoft étendent leur partenariat pour permettre aux utilisateurs du cloud de Microsoft de provisionner et d’accéder directement aux services de base de données sur Oracle Cloud Infrastructure.

Oracle et Microsoft ont annoncé la disponibilité générale d’Oracle Database Service for Azure.

Ici, il ne s’agit pas d’exécuter les bases de données Oracle sur Azure, mais de piloter depuis la console du cloud de Microsoft le déploiement, la maintenance et la supervision des services de SGBD sur Oracle Cloud Infrastructure (OCI).

Oracle Database Service for Azure (ODSA) permet donc de déployer Autonomous Database, Exadata Database Service et les services Autonomous Data Warehouse sur OCI, le tout depuis un ersatz d’Azure Resource Manager. MySQL Heatwave sera disponible plus tard cette année.

Oracle a déployé des efforts considérables pour faciliter le provisionnement et l’exploitation de ses bases de données pour les clients d’Azure, en permettant des fonctions d’exploitation à partir d’une interface utilisateur familière, estime Holger Mueller, analyste chez Constellation Research.

« Lorsque des concurrents commencent à coopérer, c’est une bonne nouvelle pour les clients communs », note l’analyste. « Et c’est le cas du partenariat entre Microsoft et Oracle. Il simplifie l’utilisation et la consommation des capacités des bases de données Oracle depuis Microsoft Azure. »

Interconnexion et fédération : les ingrédients secrets d’Oracle et de Microsoft

Leo Leung, vice-président de la gestion des produits chez OCI, déclare que l’interconnexion entre OCI et Microsoft Azure a été jusqu’à présent ce qu’il appelle « une fonctionnalité fondamentale » qui fournit un niveau de base de capacités pour l’exploitation de services dans les deux clouds.

Depuis le surprenant partenariat annoncé en 2019, les deux fournisseurs ont relié 12 régions cloud aux États-Unis, en Europe et en Asie-Pacifique. Un déploiement en France est prévu à la feuille de route. En principe, Microsoft et Oracle ouvrent des tunnels privés via Azure ExpressRoute et OCI Fastconnect entre les tenants des clients.

Les liaisons privées entre les data centers permettraient d’établir des connexions à faible latence entre les deux clouds (moins de deux millisecondes) et de « supprimer les coûts d’egress ». Toutefois, les organisations devaient faire davantage d’efforts pour fédérer les identités et intégrer les applications entre les deux clouds.

Oracle Database Service for Azure fournit une identité fédérée, permettant à un utilisateur de Microsoft Azure d’accéder aux services d’OCI sans avoir à se connecter séparément au cloud d’Oracle. Outre le déploiement des instances, les clients peuvent superviser les logs, les métriques et événements via Azure Log Analytics.

Comme il pouvait le faire depuis OCI, les clients d’ODSA peuvent exécuter des opérations CRUDL, cloner, restaurer et maintenir les backups des bases de données.

Les utilisateurs d’Azure pourront également intégrer plus facilement les bases de données Oracle à d’autres services cloud, tels qu’Azure Synapse Analytics et la plateforme Power BI. Ils peuvent aussi connecter les services d’OCI à des applications, des conteneurs, des fonctions, des VM ou encore des clusters Kubernetes. Il faudra pour cela configurer des chaînes de connexion de stockage Azure.

« Le client Azure n’a pas à comprendre quoi que ce soit de nouveau. Il peut simplement accéder à nos services de cloud et de base de données », vante Leo Leung.

Kris Rice, vice-président du développement chez Oracle, ajoute que l’interconnexion entre Azure et OCI peut extraire rapidement les données à partir de l’un ou l’autre des clouds.

« Ainsi, du côté de la base de données Oracle, vous pouvez effectuer un chargement à partir du stockage d’objets Azure, puis l’utiliser pour le traitement de votre base de données », illustre-t-il.

Un client peut depuis sa console Azure déployer un Autonomous Data Warehouse pouvant contenir jusqu’à 31 pétaoctets de données compressées.

La première étape d’une stratégie multicloud

« Du point de vue de la facturation, rien ne change. Si vous avez une relation de facturation existante avec deux entreprises, vous payez les deux entreprises séparément ».
Karan BattaVP, Product OCI, Oracle

Au lancement, Oracle veut fournir un service intégré pour les utilisateurs de Microsoft Azure.

Il manque toutefois un élément d’information particulier.

Oracle Database Service for Azure ne se connecte pas actuellement à la facturation. Pour gérer la facturation, les utilisateurs d’Azure devront toujours revenir et se connecter directement au portail OCI.

« Du point de vue de la facturation, rien ne change », précise Karan Batta, VP, Product OCI chez Oracle. « Si vous avez une relation de facturation existante avec deux entreprises, vous payez les deux entreprises séparément ».

Pour Oracle, le lancement d’Oracle Database Service for Azure est probablement la première étape d’une stratégie multicloud qui impliquera les autres acteurs du marché.

« C’est un modèle que nous pouvons reproduire avec d’autres fournisseurs », assure Kris Rice.

Pour approfondir sur Base de données

Close