Microsoft : lourde perte au 4e trimestre, mais hausse du Cloud

Avec une transition de plus en plus évidente des entreprises vers les solutions Cloud, les revenus d’Azure, Dynamics CRM Online et Office 365 s’envolent. Le bénéfice dégringole toutefois, impacté par une lourde charge dûe à la restructuration de Nokia.

Lors de la publication des résultats de son 4e trimestre, Microsoft a fait état d’une perte de 3,é Md$ principalement à une charge associée au rachat et à la restructuration des activités Nokia, liées à la téléphonie mobile.

Début juillet, l’éditeur de Redmond a annoncé poursuivre le dégraissage des activités Nokia, en prévoyant de supprimer 7 800 postes supplémentaires dans cette branche. Une branche déjà fortement touchée par un précédent plan.

Dans contexte quelque peu maussade, l’éditeur parvient toutefois à traduire financièrement sa vision du Cloud. Alors que les revenus issus des offres professionnelles classiques stagnent, ceux associés au Cloud font un bond de 88%, alimentés par Office 365 , Azure et Dynamics CRM Online, a indiqué Microsoft. Globalement, les revenus issus des ventes aux entreprises ne progressent que de 4% à 13,5 Md$...alimentés par le Cloud donc.

La ligne dédiée aux solutions serveurs et services augmente de 4%, celle de la gamme Dynamics de 6% - dû surtout à l’offre Cloud. 

La ligne de produits Office subit la transition vers le Cloud avec des revenus en recul de 4%. Les licences en volume de Windows baissent de 8%.

Une montée fulgurante du Cloud qu’étaye Satya Nadella le CEO du groupe, lors d’une conférence avec les analystes : « Pour Azure, les revenus ainsi que l’usage du compute de la plateforme ont tous les deux affiché une croissance à 3 chiffres d’un année sur l’autre. Nous avons multiplié par 3 nos revenus issus des services premium d’Azure ce trimestre », assure le CEO. Microsoft a bénéficié d’une tendance : celle des entreprises traditionnelles qui ont bâti leur propre services IT et logicielles, a-t-il ajouté.

Le Cloud, une clé de la transformation numérique

« Comme toutes les entreprises deviennent des entreprises bâties sur le logiciel, toutes ont une division numérique en interne. En fait, elles exploitent des capacités analytiques avancées grâce au Machine Learning et c’est justement un domaine où nous apportons de vraies possibilités. C’est aussi un secteur où nous constatons une adoption soutenue », précise-t-il, toujours dans cette même conférence.

La numérisation des entreprises est donc un chantier propice à l’adoption du Cloud et donc d’Azure. « Cette adoption des services Cloud, qui servent à motoriser le numérique, est un vecteur de croissance pour Azure, le Cloud servant de back-end aux applications mobiles, via Android, iOS et Windows. » Selon lui, Office 365 et Windows 10 sont aussi des leviers de croissance pour Microsoft. Par exemple, Microsoft pense que la nouvelle offre Office 365 dévoilée lors de la WPC la semaine dernière (Office 365 Premium SKU for business, appelé E5) permet à Microsoft d’étendre les opportunités de marché d’Office 365 de 50 Md$. Avec Windows 10, les fabricants de PC disposent de centaines de designs, ce  qui devrait contribuer à la croissance du nouvel OS.

Etant donné que Windows 10 sera mis à jour de façon continu, Microsoft changera sa méthode de calcul des licences. « Le calcul pour Windows 10 va changer », confirme Amy Hoood, le DAF du groupe. «  Nous allons déferrer une partie des revenue de Windows 10, principalement les OEM, et le reconnaître plus tard ».

Avec la participation de nos confrères de Computerweekly

Pour approfondir sur Services Cloud

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close