Les résultats de Microsoft progressent… dans une certaine mesure

Avec 15 % de croissance, l’éditeur se félicite de fournir des services cloud qui répondent aux besoins engendrés par la crise pandémique. Mais, entre les lignes, on voit surtout des particuliers qui achètent Office.

Malgré la crise pandémique qui paralyse nombre de fournisseurs informatiques, Microsoft vient de publier des résultats trimestriels qui indiquent une activité en croissance. Le chiffre d’affaires réalisé entre janvier et mars est ainsi de 35 milliards de dollars, soit 15 % de mieux qu’il y a un an, pour des bénéfices de 10,8 Md $, soit 22 % supérieurs à ceux de l’année dernière sur cette même période. La direction de l’éditeur interprète ces chiffres comme le reflet d’une activité en parfaite adéquation avec les besoins suscités par la crise pandémique actuelle.

Suite de l'article ci-dessous

« Nous avons connu en deux mois l’équivalent de deux années de transformation digitale. Qu’il s’agisse des logiciels collaboratifs, de ceux qui permettent aux enseignants, aux commerciaux ou aux services clientèle de travailler à distance, ou encore des infrastructures critiques du cloud, nous sommes présents aux côtés de nos clients pour les accompagner dans un monde où les activités se font à distance », a déclaré Satya Nadella, le PDG de Microsoft.

Avec 59 % de croissance, Azure est le produit qui progresse le plus

En vedette, l’infrastructure, qui comprend le cloud public Azure, les licences des logiciels pour serveurs et les services de support qui vont avec, a généré 12,3 Md $ de CA. Cela correspond à une croissance de 27 % sur un an. Mais dans le détail, cette croissance est belle et bien tirée par la location de ressources virtuelles sur Azure, qui a engendré à elle seule 59 % de revenus en plus.

Les licences de Windows, que ce soient celles des postes virtuels comme celles des serveurs applicatifs, en cloud comme sur site, ont augmenté quant à elles de 17 %. Ces ventes sont regroupées au sein d’une rubrique « produits serveurs » avec celles des services de stockage et de sécurité en ligne ou encore celles des bases de données SQL en cloud comme sur site. Ensemble, ces logiciels serveurs ont généré 30 % de CA en plus.

La vente de support est en revanche le parent pauvre de cette dynamique serveurs, avec une croissance de seulement 6 %.

En entreprise, Dynamics 365 est plus une locomotive qu’Office 365

Juste derrière, le département Productivity and Business Processes a engendré 11,7 Mds, soit une croissance de 15 %. Celui-ci regroupe Office 365, qui intègre l’outil collaboratif Teams, le CRM Dynamics et la vente de visibilité sur LinkedIn. Dans le détail, c’est la version SaaS de Dynamics, Dynamics 365, qui a connu la plus belle progression avec 47 % d’abonnements en plus. Dynamics 365 est positionné comme un outil de prospection commerciale utilisable en télétravail. Son succès va de pair avec la vente de visibilité et de contacts sur LinkedIn qui progresse de 21 %.

En revanche, les licences sur site de Dynamics, comme la vente d’outils accessoires, ont connu moins de succès puisque, si on les cumule avec celles de Dynamics 365, la progression de cette famille de logiciels tombe à 17 %.

Les ventes d’Office 365 en entreprise ont progressé de leur côté de 25 %, mais, là, aussi, elles tombent à 13 % si l’on inclut celles des services périphériques, dont de l’espace en ligne supplémentaire sur OneDrive.

Les activités de loisir au point mort

Enfin, on ne s’étonnera guère que la vente des produits grand public – qui vont de la console de jeu Xbox aux licences de Windows sur les nouveaux PC, en passant par les tablettes Surface – n’ait augmenté que de 3 % en cette période de confinement, soit un CA trimestriel de 10 Md $. Le fait que même la vente de jeux en ligne sur Xbox n’ait progressé que de 2 %, contre 12 % en période normale, suggère d’ailleurs que les personnes confinées sont plus en télétravail qu’en chômage partiel.

En fait, tous les produits de cette famille, y compris la vente de bandeaux publicitaires sur le web, oscillent entre 0 et 2 % de progression. La seule exception est la vente aux entreprises, en l’occurrence de tablettes Surface et de licences Windows OEM sur PC professionnels : elle a augmenté de 17 %. La croissance de cette activité particulière pourrait s’expliquer par l’équipement soudain des salariés en PC, essentiellement pour ceux des centres d’appels, pour leur permettre de télétravailler.

En réalité, une progression du cloud moins bonne qu’en 2019    

Reste à savoir dans quelle mesure la crise actuelle a influencé ces chiffres. L’impact sur les produits grand public ne fait aucun doute, puisque cette catégorie progresse d’ordinaire de 8 %. En 2019, à la même période, les ventes globales de licences OEM de Windows avaient augmenté de 9 %, celles de tablettes Surface de 21 % et celle des jeux Xbox de 12 %.

En revanche, le succès d’Azure, qui évoque soi-disant un bond du travail à distance et de l’usage des services en ligne, est à nuancer. En 2019, sa progression était bien meilleure : +73 %. Ce qui fonctionnait en revanche moins bien à l’époque, ce sont les produits serveurs périphériques à Windows, dont les services de stockage en ligne, puisque les licences de Windows elles-mêmes progressaient mieux (+18 %), mais l’ensemble avait de moins bonnes performances (+27 % contre +30 % aujourd’hui).

Même constat pour Office 365 : malgré l’importance que Teams a subitement prise ces dernières semaines pour assurer la collaboration à distance, la suite bureautique progressait mieux en 2019, avec une croissance des ventes entreprises de 30 % à l’époque.

La croyance que les entreprises iraient plus chercher sur LinkedIn des prospects, faute de pouvoir encore organiser des événements physiques, a aussi du plomb dans l’aile. Avec une progression de 27 % en 2019, l’activité commerciale du réseau social professionnel a en définitive perdu 8 points de croissance cette année.

La croissance étonnante des ventes d’Office pour les particuliers

En fait, le seul produit qui a véritablement mieux marché en entreprise cette année est le CRM Dynamics 365. Cela dit, il semble qu’il suive de longue date une courbe ascendante. En effet, sa progression était déjà de 43 % en 2019.

Si l’on regarde plus attentivement entre les lignes, les progressions qui ont permis à Microsoft d’augmenter son CA de 15 % cette année – soit finalement juste un point de plus que sa progression en 2019 – se situent dans les outils professionnels achetés par le grand public.

Les ventes d’Office aux particuliers ont ainsi augmenté de 15 % entre début janvier et fin mars 2020, contre une progression de seulement 8 % sur la même période de 2019.

Ce taux de 15 % est assez remarquable : comme il englobe l’achat des services périphériques à Office 365, dont de l’espace OneDrive supplémentaire ou des noms de domaine additionnels pour les e-mails, il faut le comparer aux 13 % de progression pour cette même catégorie de produits en entreprise. C’est une première : d’ordinaire, les ventes aux particuliers dans cette catégorie sont toujours inférieures d’environ 4 points aux ventes à destination des entreprises.

Selon Microsoft, le nombre de particuliers disposant d’une licence personnelle d’Office 365 aurait bondi en un an de 34,2 à 39,6 millions.

À date, on ignore si ces chiffres sont corrélés à des pertes d’emploi, avec création d’activités en freelance pour compenser.

Pour approfondir sur Editeurs

- ANNONCES GOOGLE

Close