IBM va proposer la technologie de Nutanix sur ses serveurs Power

Dans le cadre d'une alliance annoncée hier, IBM va collaborer avec Nutanix pour offrir la plate-forme hyperconvergée de la jeune société sur ses serveurs Power. Objectif : proposer une offre de cloud privé pour applications critiques sous Power et Linux.

Nutanix et IBM ont annoncé hier un accord OEM aux termes duquel, IBM va revendre la technologie hyperconvergée de la jeune société sur ses serveurs à base de puces Power. Le portage de la plateforme de Nutanix sur serveurs Power est en cours et devrait être finalisé avant la fin de l’année.

IBM s’est séparé de sa division serveurs x86 en 2014 pour la céder à Lenovo (par ailleurs partenaire OEM de Nutanix). Depuis, Big Blue se concentre sur ses offres d’infrastructures à base de grands systèmes (mainframe) et de serveurs à architecture Power. Jusqu’alors toutefois, la firme ne disposait d’aucune solution viable en matière d’hyperconvergence. L’alliance avec Nutanix va donc lui permettre de proposer à ses clients Power une offre hyperconvergée Linux sur Power.

Concrètement, Nutanix va tout d’abord porter son hyperviseur Acropolis (AHV) sur Power puis adapter ses composants d’infrastructure et sa couche d’administration Prism à la plate-forme matérielle d’IBM. Logiquement, les couches d’automatisation applicative et notamment les technologies héritées du rachat de Calm.io devraient aussi suivre.

L’idée de l’alliance est de permettre à IBM de proposer à ses clients des environnements de cloud privé automatisés et prêts à l’emploi motorisés par l’architecture de Nutanix. Accessoirement, l’alliance entre les deux firmes permet également à IBM de compléter son offre de stockage avec une solution hyperconvergée basée sur ses machines Power. 

Des premières appliances Power-Nutanix avant la fin de l'année

Comme l’explique Greg Smith, le directeur du marketing technique de Nutanix l’objectif pour IBM est de proposer des appliances Nutanix prêtes à l’emploi basées sur des nœuds Power avant la fin 2017. La logique voudrait que ces appliances s’appuient sur les nouveaux serveurs Power 9 en mode scale-out, que Big Blue doit dévoiler au second semestre.

Les puces Power 9 devraient être des monstres de performances avec une performance par socket 60 à 80 % supérieure à celle des Power 8, une bande passante mémoire impressionnante de 230 Go/s (contre 127,8 Go/s pour une plate-forme bi-socket équipée des futurs processeurs Xeon « Skylake-EP » attendus pour juillet). Chaque puce Power 9 disposera également de 48 liens PCIe v4, soit 96 liens pour une plate-forme bi-socket (contre 80 liens PCIe v3 pour les futurs Xeon).

De façon intéressante, ces mêmes machines devraient aussi être utilisées par Google dans son cloud en parallèle de son infrastructure x86. Google sera présent lors du prochain Nutanix .Next en juin à Washington. La patronne de Google Cloud Platform, Diane Greene (co-fondatrice et ex-CEO de VMware), y délivrera un keynote. Sa participation pourrait être le signe d’un partenariat à venir sur le cloud hybride entre Nutanix et Google Cloud Platform. Dans ce cadre, il sera intéressant de voir si la relation évolue à terme vers un ménage à trois entre Nutanix, Google et IBM.

Nutanix vise le marché des applications critiques

« (L’accord) nous permet de faire fonctionner notre logiciel sur une classe différente de serveurs » indique Smith. « Nous avons bien réussi sur les plates-formes x86 et cela nous permet de nous implanter sur un autre segment du marché. Les systèmes Power sont utilisés pour des applications plus avancées en matière de Big Data, de Machine Learning et d’intelligence artificielle. Ce sont des applications très gourmandes en termes de performance ».

Nutanix vise aussi le marché des « workloads » critiques telles que les bases de données, les grands datawarehouse et les applications critiques d’entreprise.

La principale différence par rapport aux systèmes Nutanix sur plates-formes x86 sera que les systèmes hyperconvergés Nutanix d’IBM ne feront fonctionner que l’hyperviseur Acropolis (vSphere et Hyper-V n’étant pas disponibles sur architectures Power). Smith indique que AHV est particulièrement adapté aux applications cloud natives et à l’exécution de conteneurs et d’applications à base de microservices.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close