Nutanix annonce le support des serveurs rack HPE et des serveurs lames Cisco

Le pionnier de l'hyperconvergence a annoncé aujourd'hui que sa plate-forme hyperconvergé supportera prochainement les serveurs Proliant d'HPE et les serveurs lames UCS-B de Cisco. Il a aussi dévoilé un nouveau modèle de tarification à l'usage

Nutanix a annoncé aujourd’hui l’extension de sa plate-forme logicielle hyperconvergée aux serveurs en rack Proliant de Hewlett Packard Enterprise et aux serveurs lames Cisco UCS B-Series et a également dévoilé un nouveau modèle de licence permettant à ses clients de consommer sa technologie dans un mode OPEX proche de celui proposé par les acteurs du cloud.

L’annonce du support des serveurs d’HPE et Cisco confirme le positionnement croissant de la firme comme un éditeur de plate-forme logicielle cloud et fait de Nutanix un concurrent de plus en plus sérieux à VMware sur le marché des architectures hyperconvergées.

À la fin 2016, Nutanix avait déjà annoncé le support de sa technologie sur les serveurs Rack UCS-C-Series de Cisco et HPE était le dernier acteur de premier rang du marché des serveurs absent du catalogue de la firme. Nutanix dispose en effet déjà d’accords avec Dell EMC et Lenovo qui revendent sa technologie sous forme d’appliances préintégrées (les Dell EMC XC Series et Converged HX) et il supporte lui-même les serveurs de SuperMicro sur ses propres appliances.

Greg Smith, le directeur du marketing technique de Nutanix a indiqué que les clients de la firme veulent pouvoir librement acheter la pile hyperconvergée de leur choix et la déployer sur leurs marques de serveurs favorites. « Nous sommes fondamentalement un éditeur de logiciel et c’est donc une stratégie naturelle pour nous de rendre notre technologie disponible sur autant de plates-formes matérielles que possible. (…) les clients veulent construire ce que nous appelons des clouds d’entreprise en consommant notre logiciel sur les serveurs de leur choix ».

Selon Nutanix, sa plate-forme cloud d’entreprise sera disponible sur les machines Cisco UCS B-Series avant la fin juin, tandis que les Proliant d’HPE seront supportés dans le courant du 4e trimestre. Comme pour Cisco, Nutanix ne dispose d’aucun accord spécifique avec Hewlett Packard Enterprise et ce sont donc les intégrateurs qui devront coupler le logiciel de la firme avec les serveurs des deux firmes. HPE et Cisco revendent leurs propres plates-formes hyperconvergées (respectivement HyperFlex et Simplivity).

Smith a confirmé que plusieurs grands clients de la firme font déjà fonctionner sa technologie sur des serveurs de marques différentes. Pour l’instant, les clusters peuvent être supervisés via la même console, mais les clients sont invités à ne pas mélanger des serveurs de plusieurs constructeurs au sein d’un même cluster.

Consumption-based pricing part of Nutanix enterprise cloud model

L’autre nouveauté annoncée par la société est l’arrivée d’un modèle tarifaire baptisé Nutanix Go, qui permet aux clients de licencier l’usage de ses appliances pour des périodes aussi courtes que six mois. Go est pour l'instant proposé aux Etats-Unis et sa tarification n'a pas été précisée. Selon Smith, cette dernière dépend du modèle d’appliance retenu et de la durée de la souscription. Smith a toutefois indiqué que Nutanix préconisait d’acheter et amortir ses appliances si les clients prévoient de les utiliser plus de trois ans. Le mécanisme de facturation « à la demande » est mieux adapté à des implémentations à plus court terme. « Nous souhaitons que le modèle de tarification à l’usage s’approche de très près de celui du cloud public », affirme Smith.

Toujours en matière de licence, Nutanix a indiqué que les licences logicielles de sa plate-forme seront librement transférables entre plates-formes matérielles. Concrètement, cela signifie qu'une entreprise qui déploie initialement des licences Nutanix sur des serveurs Cisco pourra les transférer librement vers des serveurs HPE ou vers des machines d'un autre constructeur une fois ces dernières certifiées.

Pour mémoire, Nutanix a réalisé un CA de 525 M$ en 2016 et a débuté l’année 2017 avec un CA de 182,2 M$ pour le premier trimestre (+87,3 % sur un an). La firme indique avoir séduit près de 5380 clients, un chiffre à comparer aux 7000 clients revendiqués par VMware pour VSAN – une donnée qui inclut sans doute toutefois les déploiements POC des clients entreprise utilisant les programmes de licence EPP et ELA ou opérant dans le cadre d’un accord-cadre spécifique.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close