Sergey Nivens - Fotolia

Chromebooks : des clients légers moins attractifs avec les applications Android

Tous les futurs Chromebook supporteront les applications Android. Ce qui ne va pas sans soulever des questions quant à leur sécurité, leur administration, et plus généralement leur utilité comme clients légers.

Le support des applications Android sur les Chromebooks soulève des questions sur l’utilisation de ces appareils comme clients légers. Huit modèles de Chromebook prennent en charge les applications Android. Les futurs modèles le feront également. Les Chromebooks sont populaires en tant que clients légers car ils sont peu coûteux et ne stockent pas de données localement. Mais leur support des applications Android pourrait les rendre moins attrayants pour ces usages.

Une solution de gestion de la mobilité d’entreprise (EMM) peut être en effet nécessaire pour contrôler ce que les utilisateurs installent et mettent à jour depuis le magasin applicatif de Google, une charge de travail supplémentaire pour les administrateurs.

« Le défi avec les derniers Chromebooks est qu'ils peuvent effectivement exécuter des applications, et vous ne pouvez pas dicter quand le logiciel est mis à jour », relève ainsi Patrick Moorhead, président du cabinet d’analyse Moor Insights and Strategy : « c'est un risque de sécurité et cela rend les Chromebooks plus complexes ».

Des préoccupations pour la sécurité

La sécurité est un point fort des clients légers et de la virtualisation du poste de travail. L’absence de stockage de données en local réduit l’exposition des données critiques. Mais l'ajout d'applications Android aux Chromebooks change la donne : si les utilisateurs ont des Chromebooks en tant que clients légers et y téléchargent des applications, cela crée un point de terminaison stockant des données. Les utilisateurs peuvent facilement stocker des informations métiers dans les applications Android, localement sur le périphérique lui-même, à moins que l'IT n'utilise une solution d’EMM pour éviter cela. Ce qui n'est pas le cas avec le VDI ou avec des applications Web.

« Il existe des préoccupations majeures », reconnaît Mehran Basiratmand, directeur technique de l'université de l'Atlantique en Floride à Boca Raton. Pour lui, « l’EMM est maintenant une nécessité pour contrôler et administrer ces appareils ».

En outre, les applications Android elles-mêmes peuvent également présenter une menace pour la sécurité, malgré les efforts de Google pour mieux tester son magasin d'applications.

« Le contrôle... a laissé beaucoup à désirer », estime Rory Monaghan, consultant indépendant à Phoenix.

L’EMM à la rescousse ?

Il n'y a généralement aucune application sur les clients légers. La capacité de télécharger des applications Android sur les Chromebooks change radicalement la situation : « vous perdez le contrôle de l'utilisateur », juge ainsi Moorhead. Et pour lui, le risque est grand que des organisations s'éloignent des Chromebooks au profit d'autres types de clients légers qui n'installent pas d'applications sur l'appareil lui-même.

L’université de l’Atlantique en Floride utilise des clients légers Dell Wyse car leur système d'exploitation ThinOS est considéré comme l'un des systèmes d'exploitation les plus sécurisés d'aujourd'hui. Il n'y a pas d'API pour ThinOS, de sorte que les développeurs ne peuvent pas créer une application à exécuter. Et les pirates ne peuvent pas créer de vecteur d'attaque pour les logiciels malveillants : « nous utilisons Dell Wyse pour les domaines où la sécurité est très importante », relève ainsi Basiratmand.

Mais malgré le défi que représente le support des applications Android sur Chromebook, certains DSI devraient continuer de s’y intéresser. Matt Kosht, DSI d’une utilité en Alaska, souligne ainsi que les clients légers constituent un « segment de marché très étroit » et que l’offre n’est pas particulièrement économique. A l’inverse, les Chromebook « restent une façon économique, avec peu de maintenance, de fournir des postes de travail et des applications d’entreprise ». Google offre par ailleurs un support robuste, avec des mises à jour et des améliorations continues pour Chrome OS, estime-t-il.

Pourquoi ajouter des applications Android sur les Chromebooks ?

Les Chromebooks ont connu une importante croissance sur le marché américain de l'éducation, notamment. Les utilisateurs de Chromebook ont ​​accès à des milliers d'applications Web, y compris les applications Microsoft Office. Mais les applications Web ne permettent pas aux utilisateurs d'être aussi productifs lorsqu'ils sont hors connexion et ne peuvent pas toujours profiter pleinement des fonctionnalités natives de l'appareil.

Les applications Android aident à résoudre ces problèmes. De plus, les Chromebooks plus récents sont dotés d'une quantité beaucoup plus grande de stockage interne, dont les utilisateurs pourront profiter lors du téléchargement d'applications Android. Et ça, « c'est génial pour les utilisateurs », estime Monaghan.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close