Red Hat abandonne Btrfs et fait le ménage dans son support des protocoles de stockage

L'éditeur a annoncé son intention de rendre obsolète son support du système de fichiers Btrfs dans les prochaines versions de sa distribution Linux. Il va aussi abandonner le support de FCoE et renforcer celui de NFS

Btrfs (Butter File System), le système de gestion de fichiers initialement promu par Oracle comme une alternative à ZFS - avant son rachat de Sun Microsystems -  du fait de ses caractéristiques natives de type « Copy on Write », ne sera bientôt plus supporté par Red Hat.

Intégré en mode « Technology Preview » dans les versions 7.x de Red Hat Enterprise Linux, Btrfs a longtemps fait figure de système de fichiers de nouvelle génération pour Linux. Il est d’ailleurs utilisé par Suse pour ses partitions de démarrage. Mais en dévoilant officiellement la version 7.4 de RHEL, Red Hat a annoncé son intention de retirer le système de fichiers des prochaines versions de son OS Linux.

XFS (Extents File System) est aujourd’hui le système de fichiers par défaut de RHEL 7.x. Ce système de fichiers journalisé a été développé en 1993 par Silicon Graphics pour son propre Unix, Irix. Son usage par Red Hat semble se renforcer. XFS est ainsi préconisé par la société en conjonction avec Overlay FS (un « Union File System ») pour les applications conteneurisées avec Docker.

La décision de Red Hat d’abandonner Btrfs n’augure rien de bon pour le futur du système de fichiers open source, dont l’adoption reste à ce jour marginale. Elle pourrait même compliquer la tâche des entreprises qui utilisent à la fois RHEL et SLES en empêchant l’utilisation de volumes SAN formatés avec Btrfs par SLES par des serveurs RHEL.

Elle montre aussi à quel point il est long et difficile pour un système de fichiers moderne de faire son chemin dans les entreprises. Le dernier qui y soit parvenu est ZFS, le système de fichiers apparu en 2005 dans OpenSolaris.

ZFS est aujourd’hui le système de fichiers par défaut d’Oracle Solaris. Sa déclinaison open source, OpenZFS, est également utilisée par les distributions BSD et par des acteurs du stockage logiciel comme Nexenta. Plus récemment, Canonical a aussi intégré Open ZFS par défaut à Ubuntu, malgré les doutes persistants sur la compatibilité entre la licence gpl du noyau Linux et la licence CDDL de ZFS..

L’abandon de Btrfs par Red Hat pourrait offrir à Oracle l’occasion de marquer des points auprès de la communauté open source, si l’éditeur se décidait à honorer l’une des dernières promesses faite par Sun avant son rachat, à savoir la modification des termes de licence de ZFS, pour le faire passer de son actuelle licence CDDL à une licence plus ouverte de type Apache ou GPL.

FCoE, aussi sur le point d’être abandonné par Red Hat

L’annonce de l’abandon de Btrfs n’est pas la seule nouvelle importante effectuée par Red Had en matière de stockage avec le lancement de RHEL 7.4. Le support de la technologie Fibre Channel over Ethernet (dont nous avons souvent dit un certain mal) est lui aussi en phase terminale. FCoE continuera à être supporté dans Red Hat Linux 7.x, mais il ne le sera plus dans les prochaines versions majeures de Red Hat Enterprise Linux.

Selon Red Hat, la trop faible adoption de la technologie explique son abandon. Encapsuler le jeu de commande SCSI dans Fibre Channel puis dans des trames Ethernet — et exiger en plus le déploiement de réseaux de datacenter Ethernet convergés — n’était sans doute pas la meilleure façon de créer un protocole de stockage simple et efficace pour remplacer Fibre Channel… À ce jeu, un protocole NAS comme NFS 4.1 et des protocoles SAN comme iSCSI ou NVMe over Fabrics semblent bien plus adaptés.

Le support de NFS renforcé

RHEL 7.4 apporte aussi des améliorations significatives au support de NFS dans la distribution Linux de Red Hat. La première est le support par défaut de NFS v4.1 comme protocole de montage. Selon l’éditeur, NFSv4.1 délivre des améliorations importantes comme la gestion des sessions, le support de pNFS ou le trunking de sessions.

Red Hat a aussi mis en œuvre un support limité de l’accélération par le serveur des copies NFS (NFS copy-offload). Lorsqu’un client demande la copie sur un serveur NFS de fichiers déjà présents sur le serveur, les données ne transitent plus sur le réseau entre client et serveur. Elles sont directement copiées par le serveur, ce qui accélère les opérations et déleste le réseau.

Une autre nouveauté est le support complet du protocole NFSoRDMA (NFS over Remote Direct Memory Access). Jusqu’alors en « Technology Preview », NFSoRDMA permet d’accélérer les échanges de données via RDMA, si le serveur et le client sont équipés d’adaptateurs réseau Infiniband ou de cartes réseaux Ethernet supportant RoCE (RDMA over Converged Ethernet).

Notons pour terminer que Red Hat Entreprise Linux 7.4 apporte aussi un support préliminaire (« Technology Preview ») de Direct Access (DAX) pour les systèmes de fichiers ext4 et XFS. L’objectif est de permettre à ces systèmes de fichiers de gérer de façon efficace le stockage sur des mémoires persistantes, telles que des NVDIMMs.

Pour approfondir sur Linux

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close