3dmentat - Fotolia

Hedvig ajoute le tiering Flash et le chiffrement à la version 3.0 de son logiciel de stockage

La plate-forme de stockage d'Hedvig s'enrichit du support du tiering entre différentes classes de stockage Flash et du chiffrement de bout en bout. Elle arrive aussi avec des plug-ins pour Veritas, Red Hat OpenShift et VMware.

Après avoir renforcé ses finances et noué un étroit partenariat avec HPE au printemps, Hedvig a dévoilé la semaine dernière la troisième version majeure de sa plate-forme de stockage distribué éponyme.

Cette dernière apporte le support du tiering entre différents types de stockage Flash, le chiffrement intégré, ainsi qu’un ensemble de plug-ins pour les solutions de conteneurs et pour les solutions de sauvegarde tierces.

Des fonctions de cache et de tiering avancées

Hedvig supportait déjà le déplacement de données entre la Flash et les disques durs, mais la nouvelle technologie FlashFabric de la firme supporte désormais le tiering entre différents niveaux de stockage persistant. Le logiciel détecte ainsi automatiquement les différences de performances entre des SSD Optane, des SSD Flash NVMe et des SSD SAS ou SATA et permet de les gérer de façon optimum.

Avinash Lakshman, le CEO
d'Hedvig est aussi l'un des pères
d'Amazon Dynamo et d'Apache
Cassandra.

couche de SSD Optane pourra ainsi être utilisée comme un étage de cache en frontal d’une couche de stockage flash plus traditionnelle. FlashFabric vise à garantir que les données « les plus chaudes » sont positionnées sur les supports les plus performants qui jouent le rôle de cache en lecture/écriture pour la couche de Flash la plus standard.

Une autre nouveauté est l’arrivée du chiffrement des données en vol et au repos, la gestion de politiques d’accès sophistiquées basées sur LDAP ou Active Directory, ainsi que l’intégration de fonction d’audit. La technologie Encrypt360 256 bits d’Hedvig s’appuie sur le proxy logiciel installé sur chaque serveur client pour distribuer les tâches de chiffrement entre les nœuds et il tire également parti des instructions d’accélération du chiffrement embarquées dans les processeurs modernes. Le chiffrement s’opère après déduplication.

 Ce support du chiffrement logiciel évite le recours à des disques durs ou des SSD avec chiffrement embarqué, souvent plus coûteux que les périphériques de stockage standards. Il est à noter que pour la gestion de clés, Hedvig s’intègre en standard avec le service de gestion des clés de Amazon Web Services, mais a également la possibilité de s’interfacer avec d’autres systèmes selon leur API. 

Des plug-ins pour VMware, Veritas et Red Hat

L’autre nouveauté apportée par la version 3.0 d’Hedvig est le support de plug-ins pour les solutions de Veritas, VMware et Red Hat, qui viennent s’ajouter à ceux déjà disponibles pour Docker et OpenStack.

Le plug-in pour Veritas est un plug-in OST (OpenStorage Technology) qui permet d’utiliser le stockage Hedvig comme une cible dédupliquée pour le logiciel de sauvegarde NetBackup. Le plug-in VMware vient remplacer le plug-in existant tandis que celui pour Red Hat préfet de provisionner du stockage pour conteneurs directement depuis l’OS Linux et depuis OpenShift.

Hedvig est toujours disponible sur serveurs Cisco, Dell EMC, HPE, Lenovo, Quanta et Super Micro. L’éditeur et HPE ont aussi conçu ensemble un bundle prévalidé qui combine le logiciel et les serveurs HPE Apollo 4200 et bénéficie du support et de l’appui de la force de vente d’HPE.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close