Citrix s’offre Unidesk pour améliorer son offre de layering applicatif

La technologie d’Unidesk doit permettre à Citrix d’industrialiser la fourniture d’applications découpées en couches en intégrant la gestion de l’environnement utilisateur.

La découpe d’applications en couches permet aux DSI de fournir de multiples combinaisons d’applications aux différents utilisateurs de leurs environnements poste de travail virtualisés.

L’idée consiste à découpler les applications et leurs données du système d’exploitation, en s’appuyant sur des jeux de conteneurs avec, d’un côté, les applications et leurs paramètres, sur des volumes partagés en lecture seule, et de l’autre, les données et les licences d’utilisation, sur des volumes accessibles en écriture et spécifiques aux utilisateurs.

VMware supporte cette approche avec App Volumes, fruit du rachat, à l’été 2014, de CloudVolumes, intégré à Horizon 6 et Workspace 6 à l’automne suivant.Pour compléter son offre en ajoutant une couche de gestion des utilisateurs, VMware avait par la suite racheté Immidio début 2015. Citrix n’avait manqué de voir l’intérêt de l’approche, présentant un peu plus tard, et non sans une certaine discrétion, sa propre réponse, sous la forme d’AppDisk, finalement lancé au printemps 2016.

Satisfait ? Probablement pas. Car Citrix prévoit de remplacer Appdisk par les outils d’Unidesk qui seront donc intégrés à XenDesktop et XenApp.

Ils resteront toutefois accessibles indépendamment aux utilisateurs des solutions de virtualisation de Microsoft et de VMware – dont certains les préféraient à l’App Volumes 3.0 de ce dernier.

Continuité du rachat de Norskale

Cette opération s’inscrit dans la continuité du rachat de Norskale annoncé en septembre dernier. Sa solution Vuem s’appuie sur les outils existants de Windows pour optimiser la gestion de l’environnement utilisateur et accélérer les ouvertures de session. Mais elle va plus loin dans l’optimisation des environnements VDI en permettant de réduire automatiquement la priorité d’un processus trop longtemps gourmand en ressources.

Dans son communiqué, Citrix expliquait vouloir « optimiser l’environnement de travail complet avec une solution d’administration qui assemblerait dynamiquement un poste de travail virtuel basé sur une combinaison idéale de profils utilisateur, de personnalisation, de réglages d’applications, de stratégies système, et de consommation de ressources ».

Le rachat d’Unidesk ne s’inscrit pas dans une perspective différente. Sa force, comme l’indique Citrix dans un communiqué, réside dans « la compatibilité applicative [qui] est l’un des critères les plus importants pour retirer toute la valeur d’une solution de layering d’applications. Unidesk se distingue par la compatibilité applicative la plus étendue sur le marché ».

Et pour identifier d’éventuelles incompatibilités, il restera encore AppDNA.

Liquidware Labs, désormais seul spécialiste indépendant de la découpe d’applications en couches avec FlexApp, prévoit de proposer des offres commerciales agressives pour séduire les clients d’Unidesk qui seraient échaudés par son acquisition par Citrix. 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close