Inmarsat

La Lufthansa choisit Inmarsat et la bande Ka pour son Internet haut-débit en vol

Cet accord sur 10 ans permettra à 150 appareils de bénéficier d’un Internet par satellite à 50 Mbps. Un autre test sera fait avec EAN, une offre commune d’Inmarsat et de Deutsche Telekom. Les compagnies du groupe seront équipées dans un deuxième temps.

La compagnie aérienne Lufthansa vient de signer un accord d’une durée de 10 ans avec le fournisseur de télécommunications Inmarsat (International maritime satellite organization). La société britannique exploite 11 satellites qui fournissent téléphonie et données via une quarantaine de stations terrestres.

L’accord concerne l’offre Global Xpress (GX), pour l’internet haut débit, qui devrait équiper dans un premier temps les 150 avions de la flotte allemande.

Signé en septembre 2015, le contrat évoque dans un deuxième temps la possibilité d’équiper les autres compagnies du groupe dont Austrian Air et la low-cost Germanwings.

GX exploite la dernière génération de satellites de Inmarsat (Inmarsat 5), que Boeing a également testés. Actuellement, seuls trois de ces satellites sont en activité. Un autre devrait être lancé en 2016. Cette génération permet d’exploiter la bande de fréquences Ka avec des débits pouvant aller jusqu’à 50 Mbits par seconde.

Techniquement, le système est composés de satellites géostationnaires couvrant chacun une zone du globe (EMEA, Amérique et Océan Pacifique) et d’un réseau terrestre composés de stations (LES). Un système qui permet d’après Inmarsat de proposer des débits plus élevés, avec des terminaux embarqués cibles plus compacts.

Lufthansa espère que ses premiers avions équipés seront testés d’ici l’été 2016.

A l’horizon 2017, la compagnie portera également son attention sur l’offre European Aviation Network, une combinaison de technologies de télécommunication alliant les satellites d’Inmarsat et le réseau LTE terrestre de Deutsche Telekom. Une solution qui pourrait s’avérer moins couteuse que le 100 % satellitaire.

Du côté des passagers, cet accord signifie que la Lufthansa proposera à ses clients européens la possibilité de surfer, de regarder des vidéos, de télécharger des fichiers et même de se connecter à un VPN d’entreprise. Le tout en haut débit.

Ou en tout cas avec des débits voisins de ceux disponibles sur la terre ferme, et bien supérieurs à ceux de l’offre FlyNet actuelle. Rappelons que FlyNet propose un portail web gratuit sur les vols intercontinentaux de la Lufhtansa (informations économiques, sportives, etc.) et un accès payant au Wi-Fi pour le surf.

« Dans le cadre de cet accord, nous allons travailler avec Lufthansa Technik et Lufthansa Systems pour l'intégration de nos services à bord des appareils et pour tirer parti de l’état de l’art des connaissances, des technologies et des savoir-faire des uns et des autres », s’est félicité Leo Mondale, président d’Inmarsat Aviation.

En novembre 2014, Lufthansa a signé un contrat d’externalisation de sept ans avec IBM pour 1,25 milliard d’euros qui prévoit la scission de Lufthansa Systems en trois entités. Celle portant sur l’infrastructure interne du SI de la compagnie étant placée entre les mains d’IBM.

Pour approfondir sur Administration de réseaux

- ANNONCES GOOGLE

Close