Rolandino - Fotolia

Lapeyre modernise la gestion de ses données commerciales avec Stibo Systems

Dans le cadre de sa transformation numérique et d’une vaste stratégie de rationalisation son système d’information, l’enseigne a retenu les outils Stibo Systems pour gérer ses informations produits, à destination de son futur nouveau site Web, mais aussi de ses conseillers en magasin.

Cela faisait une quinzaine d’années que Lapeyre vivait sur un système d’informations produits basé sur un ERP hautement customisé. Philippe Chareyre, directeur du projet PIM (Product Information Management, gestion des informations produits) chez Lapeyre, estime qu’il s’agit là d’un phénomène finalement assez commun dans la grande distribution, lié notamment à « la richesse du catalogue produit, avec des descriptions d’articles très variées selon l’univers ». D’autant plus qu’historiquement, l’enseigne produit beaucoup de sur-mesure, de configurable. Un véritable casse-tête en somme, ne serait-ce que pour définir un modèle de données.

Mais le groupe a exprimé sa volonté de simplifier l’architecture du système d’informations pour le rendre plus robuste, plus évolutif, dans une perspective de transformation numérique, mais également plus économique. Il y a quelques années, Lapeyre a donc engagé la refonte des systèmes de vente dans les magasins, sur base de SAP Retail, et celle de son site Web de commerce en ligne, avec IBM Websphere Commernce. Deux objectifs ont été clairement exprimés pour cela : améliorer l’expérience client et supporter les plateformes mobiles dans une approche multi-canal.

Pour cela, il fallait être capable de générer des flux de données structurées, issus du référentiel articles, et des flux de données d’enrichissement – visuels, documentations, etc. Un premier problème a émergé : dans le périmètre du système d’information de l’enseigne, il n’y avait pas d’outil de DAM (Digital Assets Management, gestion des actifs numériques). Toute la partie photographie produits est externalisée, chez un prestataire qui traite ces documents numériques dans la perspective de production d’un catalogue papier. Et c’est sans compter avec des documentations techniques – à destination des clients ou des conseillers de clientèle – qu’il a fallu identifier, collecter, consolider – « il y en avait un peu partout », explique Philippe Chareyre, soulignant l’ampleur du travail accompli.

Mais quelle approche adopter ? Implémenter un DAM en complément du référentiel articles existants – dont les capacités allaient devoir être de toutes façons étendues pour supporter les nouveaux besoins ? Ou démarrer directement sur un PIM ? La seconde option « bouleversait bien trop les plannings de refonte du site Web et du système de vente en magasin ». La piste du DAM semblait dès lors plus raisonnable.

Prudemment, un double appel d’offres a été lancé à l’automne 2013. Mais en février 2014, la décision a été prise de déployer un PIM dont seules les fonctions de DAM seraient initialement mises en œuvre, la plateforme STEP de Stibo Systems. A ce stade, Lapeyre finalise les tests d’intégration avec SAP et Websphere. Une partie des données du référentiel articles sont toutefois déjà répliquées dans le PIM. Mais la date de lancement du nouveau site Web n’est pas encore communiquée publiquement.

Et il restera encore après de nombreuses questions. Car, comme le relève Philippe Chareyre, le référentiel articles « alimente aussi beaucoup d’autres choses. Il héberge des fonctionnalités qui vont au-delà d’un PIM » et qu’il faudra bien préserver : gestion des prix, des promotions, des remises. Sans compter les outils de simulation de marges, de hausses de prix, de volumétrie des ventes. « Tout cela réside dans des développements spécifiques qu’il faudra détricoter pour replacer dans des briques ad hoc ». Engagé, l’effort de transformation numérique et de rationalisation du système d’information de l’enseigne n’est donc pas encore achevé. 

Pour approfondir sur MDM - Gouvernance - Qualité

- ANNONCES GOOGLE

Close