UiPath : 568 M$ pour accélérer la R&D et éduquer le marché au RPA

Le spécialiste du RPA a réalisé une levée de fond conséquente de 568 M$ qui servira à accélérer sa R&D et mener des programmes d’accompagnement et d’éducation dans les milieux universitaires. Des fusions-acquisitions sont également au programme.

568 millions de dollars : c’est la coquette somme que UiPath, l’un des cadres actuels du marché du RPA (Robotic Process Automation  - automatisation des processus robotique) vient de lever auprès d’investisseurs américains.  Avec cette opération, la société accueille de nouveaux actionnaires à son capital, dont Coatue, Dragoneer, Wellington et Sands Capital, en plus des actionnaires existants Accel, CapitalG et Sequoia, IVP et Madrona Ventures Group.

UiPath fait partie du trio de tête de ce segment de marché très en vogue. Ses concurrents sont Automation Anywhere, Blue Prism ou encore Pegasystems et Contextor, aujourd’hui intégré à SAP.

Vu par Forrester Research comme le leader du secteur, UiPath connait actuellement une très forte croissance. Si les levées de fonds se succèdent, le chiffre d’affaires connait une augmentation fulgurante, atteignant aujourd’hui 200 millions de dollars en récurrent. La société compte 2 500 employés dans le monde .

Installé depuis 2017 en France, la société compte aujourd’hui une quarantaine de collaborateurs. « Un chiffre en constante évolution pour faire face à la demande croissante des entreprises en matière d'automatisation et de digitalisation par la nouvelle génération de robots », explique Eric Adrian, le patron d’UiPath en France.

Bon nombre d’acteurs du RPA signent des projets proches du front-office, comme dans l’automatisation des procédures bureautiques, de gestion documentaire (l’OCR est souvent associé au RPA) et dans l’automatisation de la gestion des réclamations – comme chez les assureurs par exemple. UiPath s’est aussi positionné en France auprès du secteur de la finance et des banques, plaçant ses robots notamment au LCL, où l’automatisation a été appliquée à des processus métiers critiques. UiPath est aussi bien positionné sur les robots autonomes et semi-autonomes.

UiPath a d’ailleurs investi dans des fonctions spécialisées liées à la reconnaissance et à la lecture intelligente d’écran pour renforcer son offre côté front-office. Cette reconnaissance d’informations se fait par exemple via une technologie dite de Computer Vision, bâtie sur des réseaux de neurones, nous avait expliqué Eric Adrian, le patron de UiPath en France.

Si comme l’indique le responsable, cette levée de fonds doit accélérer la feuille de route de la société en matière de R&D et de produits stratégiques, l’IA en fera à coup sûr partie. Même si aujourd’hui coupler Machine Learning au RPA n’est pas encore dans les priorités des entreprises – du moins en France. Toutefois, les éditeurs du secteur investissent pour créer des robots plus réactifs et apprenants. Là encore, UiPath souhaite nourrir sa R&D via des fusions – acquisitions qu’il qualifie de stratégiques, précise encore le patron français.

Eduquer, éduquer, éduquer

Mais l’autre pan évoqué par Eric Adrian est celui de l’éducation. Parmi les axes prioritaires d’évolution, UiPath souhaite « accroître ses investissements dans la préparation de la main-d'œuvre, y compris l'enseignement supérieur, la formation des formateurs en automatisation et le programme Youth-in-Automation (promouvoir le RPA dans les universités, NDLR) », indique-t-il dans un email envoyé à la rédaction. Il s’agit là de sensibiliser le marché au RPA, dans les entreprises et dans les écoles et universités. Accompagner vers un niveau de maturité adéquat en somme.

En France, des investissements seront par exemple consentis dans l’Academic Alliance, pour  « former un plus grand nombre de personnes sur la plateforme UiPath », affirme Eric Adrian. L’Academic Alliance est un programme éducatif réalisé avec le monde académique pour favoriser l’apprentissage des outils de RPA et de la plateforme d’UiPath, auprès des étudiants.

Mais la société entend aussi renforcer son accompagnement auprès de ses partenaires, « grâce à une formation élargie, au développement de solutions communes et à un engagement conjoint sur les marchés », assure-t-il encore.

Les partenaires sont un pan clé pour UiPath. La société a par exemple noué un partenariat stratégique avec BonitaSoft, un éditeur de BPM (Business Process Management). Le BPM fait en effet partie des portes d’entrée pour le RPA.

Mais l’ambition d’UiPath est aussi de placer sa plateforme au centre d’un écosystème de partenaires. Pour cela, la société a lancé en 2018 UiPath Go!, un magasin de processus métiers pré-câblés et pré-automatisés, développés par les partenaires du groupe et qui s’adossent à sa plateforme. Cette plateforme s’adresse aussi bien aux clients qu’aux partenaires de la société. Ils peuvent y monétiser leurs travaux.

 

Dig Deeper on Applications métiers

Start the conversation

Send me notifications when other members comment.

Please create a username to comment.

- ANNONCES GOOGLE

Close