Tomasz Zajda - Fotolia

Veeam promet des restaurations en temps réel

Dans un entretien accordé au MagIT, Veeam dévoile ses ambitions avec la future version de son application phare, Availlability Suite.

Michael Cade, Senior Global Technologist chez Veeam Software, a détaillé pour Le MagIT les innovations à attendre de Availlability Suite 11, pour les années à venir.

Suite de l'article ci-dessous

Le MagIT : La version 10 d’Availlability Suite est tout juste disponible, après 3 années de mise au point. Pourquoi tant de temps entre les différentes versions, alors que vous parlez déjà de la version 11 ?

Michael Cade, Senior Global Technologist de Veeam : Lorsque survient une perte de données, vous devez vous assurer que les clients vont être capables de les restaurer dans son intégralité. Et pour cette raison, vous ne pouvez pas vous précipiter dans cette phase de mise au point. C’est d’autant plus vrai en ce qui concerne le CDP (Continuous data protection), et le CDP sera l’une des grandes évolutions de la V11.

Nous devons nous assurer que le CDP n’est pas seulement capable d’assurer ce pour quoi il est destiné, mais aussi d’être scalable sur de multiples architectures différentes. C’est notre élément différenciateur d’être un fournisseur d’une solution de diagnostic complètement Software Defined, fonctionnant avec n’importe quel hardware. Ce qui implique de fournir une assurance qualité pour garantir que les fonctionnalités de Veam ne feront pas perdre une journée au client. 

Le MagIT : Qu’avez-vous prévu pour le stockage à long terme ?

Michael Cade : L’autre évolution de cette version 11 concerne le stockage objet. Dans la version 10, et même avec les mises à jour de la version précédente, nous supportions le stockage objet. Et pour cause : le stockage objet n’est plus réservé aux fournisseurs hyperscalaires, mais aussi aux entreprises qui font du stockage S3 on premise. Le stockage objet est en croissance exponentielle. Les applications sont aussi concernées : avec Veam Backup for Office 365, nous pouvons directement faire des sauvegardes en mode objet. Nous prenions déjà en charge déjà AWS S3 (et tout ce qui est compatible avec S3), Microsoft Azure Blob Storage, IBM Cloud Object Storage. Nous ajoutons Google Cloud Storage dans la version 11.

Michael Cade, Senior Global Technologist, Veeam.

Une autre évolution concerne le stockage à long terme, typiquement Glacier d’AWS. Les entreprises accèdent très peu à cet archivage profond. C’est un nouveau venu dans le domaine du tiering dans le stockage profond. Nous allons le prendre en compte dans la version 11 d’Availlability Suite, car il est de plus en plus exploité avec un temps de restauration plus élevé, mais un coût de stockage nettement réduit.

Le MagIT : Justement, pour certaines applications, il est important d’avoir des temps de restauration les plus courts possible. Comment comptez-vous améliorer la situation ?

Michael Cade : C’est une préoccupation que nous avons depuis la création de Veeam, à savoir comment les utilisateurs peuvent restaurer leurs données le plus vite possible. Comme vous le savez, nous avons commencé par la restauration instantanée des machines virtuelles, puis celle de n’importe quel workload dans vSphere.

La prochaine étape est la restauration instantanée des NAS. Ils sont souvent soumis à des pannes matérielles ou victimes d’attaques par ransomware qui crypte les données. Les collaborateurs ne peuvent plus accéder à leurs fichiers Word par exemple, ce qui bloque l’entreprise. Ce que nous allons faire c’est que nous allons directement exposer à l’utilisateur les données de la sauvegarde. Nous allons présenter à l’utilisateur une copie lisible de son fichier Word pour qu’il puisse continuer à travailler dessus. Pendant ce temps, les équipes IT auront le temps de résoudre le problème, qu’il s’agisse d’une panne matérielle ou d’un ransomware.

Le MagIT : Ce concept de restauration instantanée s’appliquera-t-il aux bases de données ?

Michael Cade : Oui. Récupérer une base de données SQL, nous savons le faire depuis longtemps. Ce que nous faisons dans la réalité, c’est récupérer les données pour les mettre dans une autre base SQL dans un environnement de test et de développement. La véritable restauration, ce n’est pas aussi simple. Couramment, un serveur de bases de données contient 10, 15 ou 25 bases. Le point clé avec la version 11, c’est que nous offrons à l’utilisateur une base de données instantanément fonctionnelle depuis la sauvegarde. Pendant ce temps, nous migrons les données vers la base de production en arrière-plan, sans aucune perte de performance.

Lire aussi :

Veeam veut des restaurations plus rapides
Lors de son événement VeeamON 2020, l’éditeur a pris note de la transformation engendrée par le travail à distance et a amélioré les performances de ses produits phares.

Pour approfondir sur Backup et protection de données

Close