SAP Forum : innover est le remède à la crise, soutient Bill McDermott

De passage à Paris, le co-Pdg de SAP a martelé que les dirigeants des entreprises n'avaient d'autre choix que d'innover. En raison des nouvelles attentes des consommateurs. Mais aussi des incertitudes économiques, qui condamne tout immobilisme.

"Les périodes difficiles économiquement peuvent être de bonnes périodes pour les innovateurs technologiques". De passage à Paris lors du SAP Forum, qui se tenait le 31 mai à Paris, Bill McDermott, le co-Pdg de SAP, s'est montré optimiste sur les conséquences de la crise de l'euro pour la société qu'il dirige : "après 2008, qui avait vu les entreprises geler leurs projets brutalement, les dirigeants ont compris qu'ils évoluaient dans un environnement durablement difficile et ont pris conscience qu'ils devaient innover pour s'en sortir". Un optimisme renforcé par les conversations que l'Américain a eu la veille avec des dirigeants d'entreprises françaises : "j'ai rencontré 8 ou 9 Pdg et tous faisaient le lien entre technologies et business", raconte McDermott.

Et ça tombe bien. S'exprimant devant un peu moins d'un millier de personnes (clients et partenaires de SAP) au CNIT à Paris-La-Défense, le co-Pdg du premier éditeur européen a expliqué que les entreprises doivent faire face à une révolution des usages chez les consommateurs, révolution portée par l'explosion des usages mobiles et la généralisation des applications sociales. "Cette mutation frappe les entreprises de plein fouet et oblige les dirigeants à revoir leur modèle économique, explique le co-Pdg de SAP. Car les consommateurs veulent du temps réel, des services simples à utiliser et personnalisés en fonction de leurs besoins propres."

p5310058

Passer du B2B au B2B2C

Ce qui se traduit par de nouveaux défis pour les entreprises. Défis commerciaux, tout d'abord. Ainsi, pour de nombreuses sociétés, "il ne s'agit plus seulement de B2B, mais aussi de B2B2C", note Bill McDermott. Allusion aux industriels de la grande consommation qui trouvent dans les réseaux sociaux une voie pour instaurer un dialogue direct avec les consommateurs finaux, s'affranchissant ainsi de leur dépendance exclusive aux distributeurs. Défis de fonctionnement ensuite. Comme le BYOD (Bring Your Own Device) : "80 % de nos clients ont instauré une politique permettant à leurs salariés d'utiliser leurs terminaux mobiles personnels dans l'entreprise, mais seuls 10 % d'entre eux ont mis en place un processus permettant de contrôler et sécuriser ces pratiques", note McDermott. Ou comme le Big Data. "Nous produisons actuellement autant de données en 12 heures qu'entre l'origine de l'humanité et 2003".  

Arrivé depuis 5 semaines à la tête de SAP France - en remplacement de Nicolas Sekkaki -, Henri van der Vaeren mise quant à lui sur "l'intimité" avec les clients pour faire avancer ces projets innovants, pour les introduire dans la feuille de route technologique des grands comptes mais aussi des PME. Pour le nouveau directeur général de la filiale, ceci passe par des discussions plus directes avec les directions métier, impliquant évidemment la DSI. Contrairement à certains pure-players du Saas, SAP se garde bien de toute tentation de shunter la direction informatique, gardienne du temple de l'ERP et de la cohérence du système d'information, des socles qui restent inscrits profondément dans l'ADN de la société allemande.

Ariba : un pied dans un marché de 12 000 Md$
Sur scène, lors de SAP Forum, Bill McDermott a justifié la (coûteuse) politique d'acquisition menée depuis sa prise de fonction. "Lorsque Jim Snabe (l'autre co-Pdg, NDLR) et moi-même sommes arrivés à la tête de la société il y a deux ans et demi, nous avons identifié trois tendances lourdes : l'explosion des données, la mobilité et le Cloud". Des priorités qui se sont traduites par le rachat de Sybase (mai 2010, 5,8 Md$), renforçant les positions de SAP dans la mobilité, de SuccessFactors (décembre 2011, 3,4 Md$), pour "acquérir l'ADN du Cloud", selon les mots de McDermott, et tout récemment d'Ariba (mai 2012, 4,3 Md$). Ce dernier, spécialisé dans les plates-formes collaboratives permettant à un réseau de partenaires de synchroniser leurs opérations, était dans le collimateur des dirigeants de SAP depuis deux ans et demi. "Nous attendions le bon moment, confirme Bill McDermott. Le phénomène des collaborations interentreprises est peut être encore plus important que celui des réseaux sociaux. Nous estimons ce marché à 12 000 Md$ et l'industrie n'a fait pour l'instant qu'en effleurer la surface". Une fois le rachat conclu (à la fin de l'été, espère le co-Pdg), SAP prévoit de porter les solutions applicatives en mode Saas d'Ariba sur sa plate-forme d'accélération des accès aux données, Hana. Objectif : fournir aux utilisateurs des tableaux de bord dynamiques permettant en temps réel de prendre des décisions sur les achats et les ventes. SAP s'est fixé comme objectif de réaliser 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires dans le Cloud avant 2015. Aujourd'hui, ce volet de son activité représente moins de 500 millions.
Cliquez pour dérouler

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close