Facebook entre dans l’ère de l’Open Hardware

Il y avait les fameuses ‘Google Box”. Il y aura désormais les “Facebook Box”. Le n°1 des réseaux sociaux a décidé d’ouvrir en grand les portes de son dernier datacenter, et d’inaugurer Open Compute.

Il y avait les fameuses ‘Google Box”. Il y aura désormais les “Facebook Box”. Le n°1 des réseaux sociaux a décidé d’ouvrir en grand les portes de son dernier datacenter, et d’inaugurer Open Compute. Un vaste projet qui vise à rendre publiques les méthodes de conception et de développement de son vaste datacenter planté dans l’Etat de l’Oregon (à Prineville), ainsi qu’à ouvrir le design et les spécifications des serveurs qui motorisent la grosse infrastructure du groupe - qui compte, rappelons le, quelque 500 millions d’utilisateurs.

Ce datacenter est le dernier complexe construit par Facebook pour absorber la grande quantité de données que le groupe collecte et traite au quotidien. Selon les chiffres de la firme de Mark Zuckerberg, le centre de Prineville consommerait jusqu’à 38% moins d’énergie que les autres complexes du groupe, et surtout aurait couté 24% moins cher.

Outre les méthodes de conception du centre en matière de refroidissement et d’agencement des baies, Open Compute décrit également par le menu le design des serveurs maison, et notamment les spécifications des cartes mères, châssis, racks et alimentations qui lui ont permis de réduire la consommation énergétique de ses équipements. Le groupe s’est associé à Intel, AMD et Quanta, ainsi que Dell pour développer ces designs. Rappelons qu’en mars, Facebook avait, selon Wall Street Journal, testé une évolution des puces Atom d’Intel que le fondeur compte porter sur le segment des serveurs.

Les équipes de Facebook rappellent que ce projet, qui a germé pendant deux ans, n’a pas vocation à rester entre les mains du groupe, mais s’inscrit dans une démarche collaborative qui passe par le partage de ses travaux avec la communauté. L’idée, expliquent les responsables de la firme est de livrer des spécifications et des designs de serveurs et de datacenters afin de faciliter le travail d’autres entreprises et de start-up qui pourront alors bâtir leur propres services en s'appuyant sur les designs de FaceBook et pourront aussi les améliorer, contribuant ainsi à l'enrichissement des spécifications Open Compute.

L'Open Compute Project s’inscrit dans le mouvement, certes encore très embryonnaire, de l’Open Hardware. En France, le concept est notamment représenté par Hedera Technology ou encore OpenPatterns.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close