Windows 7 : un projet de migration "as usual" dans les entreprises

Windows 7 mieux que XP ? Pour Microsoft, le dernier OS, sorti il y a tout juste un an, bat les temps de passage de son glorieux prédécesseur. Une façon de dire que, malgré le Cloud ou la virtualisation, la migration d'OS reste un exercice imposé à tous les DSI.

A l'heure où l'industrie ne parle plus que de Cloud Computing, Software as a service et virtualisation, Microsoft continue à jouer sa vieille partition comme si de rien n'était. Comme le montrent les différents chiffres sortis par les cabinets d'étude, la migration des entreprises vers Windows 7 ressemble à s'y méprendre à celle qui avait vu les PC en environnement professionnel prendre lentement mais sûrement le chemin les amenant vers Windows XP. Soit voici près d'une dizaine d'années (XP a vu le jour en 2001). Une bonne nouvelle pour Microsoft qui avait enregistré une sévère déconvenue avec son précédent OS, Vista, largement boudé par les DSI.

[Télécharger notre dossier Windows 7 en PDF - sur qualification]

Selon les derniers chiffres donnés par Forrester, Windows 7 équipe désormais 10 % des PC professionnels en Amérique du Nord et en Europe. Une tendance confirmée par la filiale française de l'éditeur, qui estime qu'un PC professionnel sur deux dispose dans l'Hexagone des droits pour installer Windows 7. Mais que les déploiements réels concernent environ 10 % d'un parc comptant 15 millions de machines professionnelles en France.

Deux fois plus vite que XP

Un chiffre qui peut paraître faible  - surtout si on le compare aux 75 % de machines encore sous XP, selon Forrester - mais qui s'explique par la durée des projets de migration. Chez un grand compte notamment, les tests, la mise au point de solutions correctives en cas d'incompatibilités applicatives et la préparation des masters peuvent prendre entre 18 et 24 mois. Pour Microsoft France, ce taux de 10 % de machines passées sous Windows 7 est d'ailleurs deux fois supérieur au rythme d'adoption de XP, qui avait du attendre deux ans avant de franchir ce palier.

[Télécharger notre dossier Windows 7 en PDF - sur qualification]

D'ailleurs, d'autres chiffres de Forrester confirment que la mayonnaise est en train de prendre. Ainsi, dans sa dernière étude - basée sur les réponses de plus de 2 300 décideurs IT au troisième trimestre 2010 -, le cabinet chiffre à 46 % la part des entreprises ayant commencé le déploiement du nouvel OS ou ayant prévu de déployer dans les 12 mois qui viennent. Il y a un an, cette part était limitée à 7 %. S'y ajoute les 42 % d'entreprises qui expliquent avoir l'intention de migrer vers 7 dans plus d'un an. Rich Reynolds, responsable du marketing de Windows 7 auprès des entreprises, cite ainsi les cas de grands déploiements - comme chez Boeing, 3M ou BMW - démarrés cette année, mais qui s'accéléreront considérablement l'année prochaine.

Renouvellement de parcs : l'accélération

Selon lui, cette vague de migration s'explique par plusieurs facteurs : les fonctions amenées par Windows 7 (rappelons que certaines, regroupées dans le package MDOP, sont réservées aux clients ayant souscrit un contrat Software Assurance), la baisse du coût de revient et la "consumérisation" de l'informatique, qui voit les utilisateurs adopter les dernières technologies plus tôt à domicile qu'au bureau. Plus prosaïquement, comme le rappelle Forrester, l'intérêt des entreprises pour le dernier né de Redmond tient aussi à des facteurs plus "mécaniques" : accélération des renouvellements de parcs de PC après une pause dans les investissements durant la crise (ce qui se traduit par l'arrivée de machines sous 7 dans le parc) ou encore arrivée en fin de vie de XP (le mode de support étendu de XP SP3 se termine en avril 2014). Bref, des mécanismes classiques qui avaient déjà fait le succès de XP. "Et je ne vois pas quelle tendance est susceptible de remettre profondément en cause cet état de fait, souligne Rich Reynolds. La virtualisation de postes de travail amène certes plus de choix et de flexibilité aux DSI. Mais, dans la majorité des entreprises, cette technologie concernera au maximum 10 % du parc."

En complément :

- Les entreprises continueront d’utiliser Windows XP après l’échéance de 2014

- Migration vers Windows 7 : Gartner annonce une pénurie d'experts... et des surcoûts

- Migration : Sanofi-Aventis avale la pilule Windows 7 sans sourciller

- Licences : Microsoft transforme Windows 7 en Cheval de Troie de la Software Assurance

Pour approfondir sur Administration des postes de travail

- ANNONCES GOOGLE

Close