Citrix peaufine sa solution de virtualisation de postes clients avec XenDesktop 3.0

Citrix vient de présenter la version 3.0 de son outil de virtualisation du poste de travail, XenDesktop. Cette nouvelle mouture se concentre sur la réduction des coûts de déploiement, l'amélioration des performances et intègre de nouvelles fonctions comme le streaming d'environnements de travail. De quoi répondre à l'offensive de VMWware sur sa chasse gardée; et préparer le terrain à l'arrivée du futur hyperviseur client "Independence" co-développé avec Intel.

Dans la bataille qui se joue sur le marché de la virtualisation du poste de travail, VMware et Citrix se rendent coup pour coup. Sur ce marché naissant où les deux acteurs doivent encore convaincre de la pertinence de leurs solutions, VMware a récemment annoncé la publication en open source du code de son client VMware View, une publication qui pourrait accélérer l'adoption de sa technologie sur une large sélection de terminaux. Citrix, lui, concentre aussi bien ses efforts sur le serveur que sur la partie cliente, avec la version  3.0 de XenDesktop sa suite de virtualisation de postes clients, annoncée ce mercredi 4 février.

Avec XenDesktop 3.0, l'éditeur a porté  son attention sur l'amélioration du nombre de sessions utilisateurs pouvant tourner sur un même serveur. Pour cela, Citrix a optimisé son propre hyperviseur, XenServer 5.0, de façon à lui permettre de supporter un nombre accru de sessions client par serveur. La version précédente de XenDesktop n'était livrée qu'avec XenServer 4.1, ce qui faisait qu'ironiquement XenDesktop était plus performant couplé à VMware ESX Server qu'à l'hyperviseur maison. Désormais, avec XenServer 5.0, Citrix annonce faire mieux avec son propre Hyperviseur qu'avec ESX Server (typiquement 50 à 60 utilisateurs bureautiques sur un serveur bi-socket à puces quadri-cœurs). Cette bataille de chiffres n'est pas innocente car l'un des principaux obstacles à l'adoption des technologies de virtualisation de postes clients est l'investissement requis en infrastructure serveur. En augmentant le nombre de sessions par serveur et, donc, en réduisant le nombre de serveurs requis, Citrix contribue à rendre l'adoption de la virtualisation de postes clients plus "abordable", surtout en ces temps ou les dépenses en capital ne sont pas forcément les bienvenues...

Une expérience plus proche du client lourd

Les améliorations apportées par XenDesktop 3.0 ne s'arrêtent toutefois pas à l'optimisation des performances côté serveur. Citrix a également apporté au produit des fonctions de streaming de desktop (l'aptitude à distribuer en quasi temps réel un environnement de travail complet au travers du réseau sur un poste client).  Il a aussi intégré à XenDesktop sa technologie HDX, qui promet des performances d'affichage nettement améliorées notamment pour les applications multimédias et 3D intensives (voir à ce propos la présentation d'HDX sur le site de l'éditeur). HDX, qui n'est pas sans rappeler certains éléments de TCX chez Wyse, rassemble plusieurs technologies que Citrix avait jusque-là présenté de façons séparées lors de ses différentes conférences techniques. 

Au programme, on retrouve l’accélération graphique, le support du streaming multimédia, le support étendu des périphériques USB, bref, de quoi « assurer que l’expérience utilisateur ne soit pas différente de ce quelle serait avec un poste lourd », explique Guillaume Le Tyrant, le responsable du marketing produits chez Citrix pour l’Europe du Sud. Et d'ajouter, en référence à Wyse, que XenDesktop 3 va plus loin que ce que propose depuis peu son concurrent, avec « une implémentation plus large, étendue à n’importe quel client x86, sous Windows 32/64 bits, Mac OS X et Linux ; nous cherchons d’ailleurs à évoluer vers Windows Mobile et l’iPhone. »

Une administration simplifiée

Plus loin, le responsable du marketing produits de Citrix pour l’Europe du Sud, insiste sur autre nouveauté de XenDesktop 3 : « la notion de personnalité portable. C’est la réponse à la problématique des profils utilisateurs. » XenDesktop 3 intègre la gestion du profil utilisateur, et la rend asynchrone : le profil de l’utilisateur de la machine virtuelle n’a pas besoin d’être intégralement chargé pour qu’une session puisse être ouverte ; mais ce profil est synchronisé sur le serveur, évitant les incohérences d’expérience utilisateur entre postes de travail physiques.

xd graphic 

A plus long terme, certains éléments de XenDesktop 3.0 permettent d'imaginer ce à quoi ressembleront les prochaines versions du logiciel lorsque Citrix et Intel en auront terminé avec le développement de leur hyperviseur client, nom de code "Independence", un environnement qui a bien des égards permettra à Citrix de répondre au futur hyperviseur client de VMware. Guillaume Le Tyrant, responsable du marketing produits chez Citrix pour l’Europe du Sud, résume : les nouveautés de XenDesktop 3 « et en particulier la possibilité de streamer la machine virtuelle pour l’exécuter nativement sur le poste de travail, mais de manière encore dépendante du matériel, participent de la préparation du projet Independence. » Avec à terme, l'idée de streamer l'environnement de travail non plus sur la machine physique de l'utilisateur mais dans un environnement virtuel tournant au côté de son environnement système habituel. Une forme de Saint Graal auquel aspirent tous les grands de la virtualisation de poste client dont Citrix et VMware, mais aussi Microsoft et Sun. Reste à convaincre les utilisateurs d'adhérer à ce nouveau modèle…

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close