Mobile : les développeurs préfèrent les OS “tablet-ready”

Une étude met en avant le fait que Android reste aujourd’hui l’OS de choix des développeurs sur le long terme. La raison? Son ouverture, notamment, qui permet de décliner l’OS Linux sur de multiples appareils ainsi que sur les très tendances tablettes tactiles. La bataille des mobiles se déplace sur le front des tablettes.

Les tablettes, le prochain eldorado des développeurs. C’est une des conclusions que l’on peut retenir de l’étude Mobile Developer Survey, réalisée par la société Appcelerator auprès de 2 733 développeurs, piochés parmi les utilisateur de ses outils de développement mobiles multi-plateformes, Titanium.

Ainsi entre mars (date du précédent sondage) et juin, les développeurs semblent s'être convertis à l'idée que les tablettes tactiles pourraient être le prochain format propice à recevoir leurs applications. Ainsi l’iPad (iOS) qui reste aujourd’hui la seule véritable tablette disponible sur le marché, fait un bond de 31 points pour se hisser 2e avec 84% des sondés se disant “très intéressés par la plate-forme comme opportunités de développement”. L’iPad se range naturellement derrière l’iPhone (iOS) qui totalise 90 % des voix. Même schéma pour Android :  l'arrivée annoncée de multiples tablettes tactiles utilisant l'OS de Google porte à 62% les intentions des développeurs de développer sur des tablettes Android.  Reste que comme dans le cas d'Apple, les téléphones restent encore prioritaires avec 81% des développeurs interrogés se disant très intéressés par le développement d'applications pour les smartphones utilisant la plate-forme de Google.

“Les développeurs ré-ajustent leur priorités pour s’ouvrir au nouveau potentiel offert par les tablettes.[…] Nous remarquons beaucoup d’intérêt dans les catégories qui restent encore à murir en matière d’appareils connectés au Web et dans des catégories où généralement les applications embarquées propriétaires donne le la”, explique Jeff Haynie, Pdg de Appcelerator.

appcelerator

Mauvaise nouvelle pour RIM, Microsoft, Nokia et HP/Palm, l’écart se creuse entre le couple iOS/Android et les autres plates-formes mobiles du marché. Ainsi, seuls 34 % des développeurs estiment être très intéressés par le Blackberry et 27% par Windows Phone 7. Symbian ne rallie que 15% des développeurs - l’ouverture à l’Open Source ne semble pas suffire à convaincre les développeurs -, Palm Pre et Pixi 13%, MeeGo 11% et Kindle 6%.

A la décharge de ces environnements, il faut noter que seules les tablettes iPad et sous Android ont vu le jour aujourd’hui sur le marché.  HP (qui renforce son panel de services mobiles - voir encadré) et RIM n’en sont encore qu’à promettre d’hypothétiques appareils tactiles. Il faudra voir si l'arrivée effective de tels appareils à un impact sur les intentions des développeurs

Services mobiles : HP se paie Melodeo pour muscler webOS
Le désormais propriétaire de webOS - depuis le rachat de Palm - HP a confirmé le rachat de Melodeo, une société qui développe un service de diffusion de playlists musicales en streaming vers des terminaux mobiles. NuTsie, nom du service en question, exporte les morceaux et les listes de diffusion depuis iTunes vers la plate-forme en ligne de Melodeo. Cette dernière diffuse ensuite vers le mobile en flux tendu, une fois une applications installée. NuTsie fonctionne sur Android, Windows Mobile, Blackberry et iPhone. Si le communiqué ne le dit pas, HP devrait certainement enrichir la gamme de services autour de webOS, l’OS mobile qui motorise la dernière génération de terminaux Palm (Pré et Pixi). D’autant que le groupe prévoit de porter webOS vers de futures tablettes tactiles, pour venir notamment concurrencer l’iPad et les terminaux Android.
Cliquez pour dérouler

Forrester de son côté considère que l’explosion des tablettes va déstabiliser le segment des netbooks, pour au final tuer le principe - quasi-identique - des portables low cost d’ici à 2015. A cette date, les tablettes devraient représenter quelque 23% du marché des PC toutes catégories.

“La bataille se joue entre Apple et Google alors que les autres jouent au chat et à la souris. La popularité croissante du développement d’applications pour tablettes sur les deux premiers OS, combinés à la stagnation, voire le déclin, d’intérêt dans les autres plates-formes, laisse entendre que Google et Apple déplacent la bataille des smartphones vers une guerre, sur le long terme, celle du “anywhere computing”, commente Appcelerator dans l’étude. Avant de conclure : “cela signifie que les 6 à 12 mois prochains seront cruciaux pour chaque acteur : Apple et Google continueront à fixer les règles en ce qui concerne cette nouvelle tendance de terminaux tactiles et connectés, alors que les autres devront déterminer si oui ou non ils ont le potentiel pour innover afin de rester dans la course sur le long terme.”

Android, l’OS du long terme

Et face à la montée en puissance prévisible des tablettes, quoi de mieux qu’un OS Open Source, semblent affirmer les développeurs sondés dans le cadre de cette étude. Si en effet, les personnes interrogées considèrent qu’Apple et iOS offrent aujourd’hui de meilleures possibilités commerciales, marketing ainsi qu’un  marché plus important, elles se rallient derrière Android lorsqu’il est question de perspectives sur le long terme. A 54 %, contre 40% pour Apple.
La raison invoquée ? L’ouverture pour 86 % des développeurs interrogés. Ces derniers considère en effet que le caractère open-source d'Android peut favoriser la déclinaison de l’OS vers d’autres formats, comme les TV, les points de ventes ou le segment très prometteur des OS embarqués. Plus flexible, plus ouvert, illustrant une plus grande adaptabilité, en somme pour un plus vaste panorama d’usages - un argument également retenu pour webOS, HP pré-destinant d’ailleurs l’OS pour ses imprimantes.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close