Oracle change les conditions de support de Solaris et met un terme à la gratuité

Toujours occupé à intégrer ses offres avec celles de Sun, Oracle vient de revoir les conditions de support du système d'exploitation phare développé par Sun, Solaris. Désormais, l'OS ne sera plus supporté que si une entreprise souscrit un contrat de support pour l'ensemble de ses serveurs faisant tourner l'OS. Oracle signe enfin la fin de la gratuité de Solaris en limitant son usage sans contrat de support à 90 jours. La fin d'une époque...

La reprise en main de Sun se poursuit chez Oracle et commence à toucher les clients. Et pas qu'avec des bonnes nouvelles. Non content de modifier les conditions contractuelles de support de Solaris, Oracle vient en effet de signer la fin de la gratuité de l'OS Unix de Sun.

La première décision d'Oracle porte sur la politique de support de Solaris sur ses propres serveurs . A partir d'aujourd'hui, Oracle n'assurera plus aucun support de l'OS sur des machines, si l'ensemble des machines du client ne sont pas couvertes par un contrat de support (cette politique exclu toutefois les système dont la finde vie a été prononcée). Et pour être bien clair l'éditeur/constructeur précise que le support ne concerne pas que l'assistance mais aussi la fourniture des mises à jours et correctifs. Les entreprises qui ne souscrivaient des contrats de support que pour une partie de leurs serveurs Solaris vont donc devoir soit passer à la caisse soit tirer un trait sur tout support. Une politique qui pourrait en particulier affecter ceux qui utilisent Solaris sur serveurs x86.

Fin de la gratuité de Solaris

Séparément Oracle a également mis un terme à une longue tradition de gratuité de Solaris. C'est ce que souligne sur son blog Ben RockWood, le directeur des systèmes chez Joyent, un fournisseur de services en nuage basés sur OpenSolaris - Joyent est un concurrent d'Amazon et a récemment noué un accord avec Dell pour la fourniture de sa plate-forme pour la constitution de clouds privés d'entreprises -, en notant la reformulation par Oracle de l'accord de licence de Solaris.
Cette dernière exclut désormais la possibilité d'enregister gratuitement un système via le Sun Download Center ce qui permettait auparavant de bénéficier d'une licence gratuite de Solaris. Désormais seule une période de 90 jours d'utilisation est associée au téléchargement et il faut acquérir un contrat de support pour poursuivre l'usage au dela des 90 premiers jours.


Rockwood note aussi une autre modification. La nouvelle licence stipule ainsi qu'afin "d'utiliser Solaris pour un usage commercial perpétuel, chaque système faisant fonctionner Solaris doit être expéssement licencié pour ce faire. Un document donnant le droit à une licence est délivré avec l'acquisition d'un nouveau serveur Sun ou dans le cadre d'un contrat de service avec Sun Services." Il n'est donc plus possible d'installer Solaris sur un serveur tiers comme une machine Supermicro sans contrat de service Oracle. la politique reste en revanche à préciser pour les "partenaires" de Sun qui supportaient jusqu'alors Solaris sur leurs machines comme Dell, HP ou IBM

OpenSolaris : toujours gratuit, mais en retard

Rockwood reste philosophe en notant que ceux qui cherchent à déployer gratuitement Solaris comme alternative à Linux, ont toujours la possibilité d'utiliser OpenSolaris. A ceci près qu'on est toujours sans nouvelle de la version 2010.03 - Sun produit en principe une compilation bi-annuelle - alors que le mois de mars se termine demain, et qu'Oracle ne s'engage à fournir des correctifs pour OpenSolaris que pour six mois (il faut ensuite installer la version suivante de l'OS).

Et Rockwood de conclure : "certaines offres d'Oracle pourraient intéresser les grands comptes, mais les partisans de Sun dans les entreprises de tailles plus petites vont se faire royalement enfler ('screwed' dans la version originale)". L'avis résume assez bien les commentaires des utilisateurs de Solaris aux récentes modifications d'Oracle.

A lire aussi sur LeMagIT :

Oracle veut moderniser le Java Community Process

Simon Phipps, Monsieur Open Source chez Sun, quitte Oracle et rebondit à l'OSI 

Oracle augmente le prix de certaines certifications Sun, notamment pour MySQL 

Stockage : Oracle rompt le partenariat de Sun avec Hitachi Data Systems 

La vision d'Ellison après le rachat de Sun : Oracle en 2010 = IBM en 1960 

Avenir des technologies Sun : demain, Larry Ellison rase gratis 

JavaOne : OpenSolaris évolue vers plus de performances et d’ouverture à la virtualisation 

JavaOne 2008 : OpenSolaris 2008.05, l'arme anti-Linux ? 

Pour approfondir sur Solaris

- ANNONCES GOOGLE

Close