EMC World 2011 : EMC lance VPlex Geo et dope les fonctions de ses baies de stockage unifiées

A Las Vegas, EMC a dévoilé la version longue distance de sa technologie de virtualisation de stockage VPlex permettant ainsi la création de configuration de stockage en mode actif/actif sur des distances pouvant atteindre plusieurs centaines de kilomètres. La firme a aussi présenté une nouvelle applicance de migration de données pour ses baies unifiées VNX permettant le déplacement automatisé de fichiers entre baies ou vers le cloud.

EMC a profité de sa conférence annuelle EMC World pour annoncer de multiples améliorations à ses baies Symmetrix VMax et VNX. Un an après l'annonce de sa technologie de virtualisation de stockage VPlex Metro, qui permet à une entreprise de bâtir des configurations de datacenter en mode actif/actif en autorisant la création de pool de stockage virtualisés répartis entre plusieurs sites distants de moins de 100 km (tout en assurant la synchronisation de données et la relocalisation d'entrées/sorties entre  sites), EMC a dévoilé VPlex Geo, qui permet de construire des configurations similaires mais cette fois-ci à longue distance, c'est-à-dire sans pouvoir compter sur la possibilité de répliquer des données en mode synchrone. VPlex, dans ses versions Metro comme Geo, fonctionne avec les baies SAN Symmetrix VMax, Clariion et VNX, mais aussi avec des baies tierces, comme celles de NetApp ou HP.


Des configurations de stockage en mode actif à actif à des milliers de kilomètres

Brian Gallagher, le patron de la division stockage d'entreprise d'EMC, a expliqué que VPlex Geo permet aux entreprises de bâtir des configurations de datacenter virtualisées à grande échelle réparties entre plusieurs sites distants de quelques centaines ou de quelques milliers de kilomètres. Et d'expliquer que VPlex permet de déplacer le stockage sous-jacent de plusieurs milliers de VM sur plusieurs milliers de kilomètre sans interruption de service.
EMC n'a pas précisé les limites de VPlex Geo, mais a laissé entendre qu'une version encore plus évoluée de la technologie était en cours de développement pour permettre la mise en oeuvre de configurations VPlex à l'échelle mondiale.

Notons que Vplex n'est pas la première fois qu'EMC propose un système de virtualisation de stockage à grande échelle. La firme avait opté pour une approche out-of-band avec Invista et a préféré une approche in-band pour VPlex, qui de facto ressemble d'un point de vue architecture au SVC dIBM. La grosse différence toutefois est la gestion de la cohérence de cache distribué à longue distance issue du rachat de Yotta-Yotta (voir à ce propos notre article précédent sur VPlex).

Meilleure intégration de VNX avec Sharepoint et Google Search Appliance
EMC a aussi profité d'EMC World pour annoncer une meilleure intégration des baies VNX avec SharePoint via notamment un assistant de provisionning de stockage optimisé pour le logiciel de gestion de contenu de Microsoft - des intégrations similaires existent déjà pour Exchange et VMware ESX dans les baies VNX, NDLR.

La firme a également annoncé une intégration entre les VNX et les appliances de recherche de Google via l'ajout dans les VNX d'un agent d'indexation optionnel qui permet à la baie unifiée d'EMC de construire en temps réel un index des données qu'elle héberge au fur et à mesure qu'elles sont créées ou modifiées. Cet index est alors mis à disposition de la Google Search Appliance et permet donc de faciliter l'accès aux données stockées sur la baie VNX.
Cliquez pour dérouler

Une appliance de migration de données pour les baies VNX
Côté VNX, EMC a aussi annoncé plusieurs améliorations spécifiques dont le lancement d'une nouvelle appliance de migration de données qui permettra de déplacer automatiquement des fichiers d'une baie VNX vers une autre baie (Atmos, Data Domain, Isilon...) ou vers le cloud en fonction de règles définies par l'administrateur. La Cloud Tiering Appliance — qui sera disponible au troisième trimestre 2011 — permettra aussi dans un premier temps de migrer des fichiers vers tout service de stockage en cloud basé sur Atmos, puis dans une seconde mouture vers des services de stockage en nuage tiers.

Lorsque les fichiers sont migrés vers une baie EMC Atmos ou Data Domain depuis un VNX, il semble que l'appliance soit capable de laisser un fichier "stub" permettant d'établir le lien entre le stockage d'origine et le stockage de destination. Mais apparemment, la CTA ne dispose pas des fonctions de global namespace de Rainfinity, la technologie de virtualisation de fichiers d'EMC.

Dans la pratique, la CTA pourrait à terme évoluer pour fournir des services de migration de fichiers entre baies hétérogènes EMC et non-EMC (pour peu qu'elles supportent NFS ou CIFS). Rich Napolitano, le patron de la division stockage unifié d'EMC, a également confié que la CTA devrait être proposée sous la forme d'une appliance physique, mais aussi sous la forme d'une appliance virtuelle. A plus long terme, ses fonctions pourraient être intégrées dans les baies VNX, mais dans un premier temps l'intégration sera limitée au pilotage des fonctions de la CTA via Unisphere, l'interface d'administration des baies de stockage unifiées de la marque.





Pour approfondir sur Architectures de Datacenters

- ANNONCES GOOGLE

Close