Le nouvel Arista 7050X conjugue faible latence et richesse applicative

Le dernier-né des commutateurs de haut de rack d'Arista affiche un faible latence et un environnement logiciel riche visant à faciliter la gestion des réseaux virtualisés complexes.

Arista Networks a débuté les livraisons de ses commutateurs de nouvelle génération basés sur le chipset StrataXGS Trident II de Broadcom. Le commutateur Arista 7050X offre une bande passante de 2,56 Tbit/s et peut traiter jusqu’à 1,44 milliards de paquets par second avec une latence de 550 nanosecondes de port à port. Il est fourni en deux modèles par le constructeur, le Switch 1U Arista 7050QX-32 qui dispose de 32 ports QFSP+ (32 ports 40Gigabit ou 96 ports 10Gigabit avec splitter) et le switch 2U Arista 7050SX-128 avec 96 ports SFP+ à 10 Gigabit et 8 ports QSFP+ (40 Gigabit).

Les deux commutateurs peuvent gérer jusqu’à  288 000 adresses MAC, supportent l’agrégation de liens (jusqu’à 64 voies) et peuvent fonctionner comme une passerelle VXLAN – ils assurent alors la communication entre deux segments de niveau 2 VXLAN au dessus d’une couche de niveau 3.

Les nouveaux commutateurs 7050X sont des commutateurs de haut de rack performants qui s’adressent au marché des datacenters à faible latence. Typiquement, ils seront utilisé pour des applications HPC, dans des univers de serveurs convergés comme ceux proposés par Simplivity ou Nutanix, ou dans des univers plus traditionnels comme ceux des salles de marché et de la finance.

Ils peuvent s’intégrer dans des architectures de type « leaf-spine » du fait de leur support de l’agrégation de lien et du routage ECMP (equal-cost multi-path). Et selon la taille des entreprises, ils peuvent à la fois jouer le rôle de la feuille (leaf) ou du tronc (spine) du fait de leur aptitude à agréger des trafics à haute performance sur leurs ports 40 Gigabit.

La disponibilité du 7050X a été annoncée le lendemain du lancement par Cisco de ses commutateurs Nexus 3100 eux aussi basés sur Trident II. Seule différence, la commercialisation du Nexus 3100 ne devrait pas démarrer avant novembre.

Des applications intégrées au commutateur

Une des façons pour Arista de se différencier de Cisco est de proposer un ensemble d’applications originales pour son commutateur. Le constructeur proposait déjà plusieurs applications fonctionnant au dessus de son OS Extensible Operating System (EOS). VM Tracer permet de faire le lien entre l’infrastructure virtualisée et le trafic réseau tandis que Latency Analyzer permet aux administrateurs de corréler les informations de latence et de congestion avec les informations de la couche applicative, de telle sorte que le réseau puisse gérer les priorités de trafic plus efficacement.

Arista a ajouté deux nouvelles applications de traçage avec le 7050X. Path Tracer est un outil d’administration et d’analyse dont la vocation est d’améliorer la visibilité sur le réseau leaf-spine, la structure des connexions résiliente ECMP et MLAG rendant difficile la détection par les ingénieurs réseau des fautes dans le réseau. MapReduce Tracer, de son côté est une application big data qui interagit avec les applications Hadoop pour aider le réseau à réagir en cas de défaillance d’un nœud ou de congestion durant un calcul analytique sensible.

"Lorsque vous commencez à utiliser des technologies modernes comme les overlay de VMware NSX,  il devient de plus en plus difficile d’identifier où se trouvent les problèmes sur le réseau", indique Peter Christy, directeur de recherche chez 451 Research. Il peut arriver que vous déplaciez une application et qu’elle ne fonctionne plus. Il devient alors difficile de comprendre s’il s’agit d’un problème physique ou logique. Les traceurs réseau d’Arista devraient permettre d’offrir plus de visibilité.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close