MWC 2015 : les opérateurs misent sur l’analytique et le Big Data

Monitoring des performances réseaux, optimisation des SLA, amélioration de l’expérience utilisateur, mais également nouvelle opportunités de monétisation. Analytique et Big Data étaient un thème récurrent de cette édition 2015 du Mobile World Congress de Barcelone.

« Le Big Data et l’analytique vont doper tous les secteurs ». Cesar Alierta, le CEO de Telefonica Group, opérateur phare en Espagne avaient prévenu son auditoire en ouverture de l’édition de 2015 du Mobile World Congress qui se tient actuellement à Barcelone.

Dans un monde désormais centré sur la donnée, où la mobilité occupe une position de point d’entrée (mobilité qui est un des segments les plus générateurs de ces précieuses données), les opérateurs comme Telefonica sont aujourd’hui confrontés à un ajustement de leur infrastructure et de leur modèle économique. Une des clés pour s’adapter à ce nouvel environnement réside dans l’analytique et l’usage des Big Data. C’est une des principaux constats qui a pu être fait lors de cette édition du Mobile World Congress.

Bill McDermott, CEO de SAP, au Mobile World Congress 2015

« Nous devons nous adapter à un monde où le logiciel est omniprésent », confirme Timotheus Hoettges, le CEO Deutsche Telekom, dans cette même conférence.

Avec la virtualisation des réseaux (SDN), des fonctions réseaux (NFV), « le réseau est désormais dans le Cloud pour offrir plus de redondance, plus de efficacité et plus de sécurité sur un modèle décentralisé », ajoute-t-il.

Des bases de données historiquement sous-utilisées

Tout cela s’exécute dans un contexte de convergence, sur la base « d’un modèle hybride de connexion sur des réseaux hétérogènes ». 

Bref, les opérateurs télécoms sont presque logiquement affectés par ce monde connecté et la prise de conscience est évidente. « Avec l’analyse de données, nous sommes aujourd’hui capables de relier les industries. Nous avons désormais l’opportunité de connecter plusieurs chaînes de valeur. Mais cela, encore une fois, n’est possible qu’à condition d’analytique », a-t-il précisé.

Pourtant, doit-on préciser, le fait que les opérateurs aient accès à un vaste pool de données, collectées notamment depuis les terminaux de leur abonnés, n’est pas nouveau. Cette gigantesque base de données historiques est peu exploitée, souvent en silo, soutient Richard Kenedi, le président de Tektronix Communications, et dont l’usage tournerait autour de la maintenance prédictive, de la résolution d’incident ou encore pour assurer une qualité optimale de leurs services. Reste donc un potentiel enfoui qu’il s’agit désormais d’exploiter pour trouver des nouvelles lignes de revenus, sur un marché de plus en plus sous pression et concurrentiel.

Cette transformation a déjà démarré. En France, Orange Business Services (OSB), via son entité Orange Applications For Business, exploite les données des abonnés mobiles au réseau Orange pour commercialiser un outil d’analyse de flux de population baptisé Flux Vision. Un service utile, par exemple, pour les études géo-marketing ou dans le cadre d’application touristique.

Unifier les données réseaux et utilisateurs avant de les analyser

Révélateur de ce mouvement, les offreurs de technologies s'adaptent pour cibler ces besoins. A commencer par Ericsson, par exemple, avec son portefeuille technologique réuni sous la bannière Network Control and Analytics.

L’idée est de permettre aux opérateurs de consolider leurs données réseau et leurs données utilisateurs et de les associer à la couche réseau programmable (SDN) et analytique pour accélérer la réactivité, automatiser le déploiement de services et améliorer les performances du réseau - et au final la qualité du service auprès des clients.

Encourager l’usage des données est également l’objectif de la plateforme Live Insight for Telecom d’Hitachi Data System, présentée lors du Mobile World Congress.

Cette plateforme permet, selon HDS, de donner une visibilité en temps réel, de l’ordre de la milliseconde, sur l’état de performance du réseau en analysant les données et garantir un meilleur SLA. Mais au delà, il s’agit surtout de présenter un socle sur lequel les partenaires peuvent proposer des briques applicatives analytiques. Et les commercialiser auprès des opérateurs.

Big Data et temps réel pour un expérience utilisateur optimisée

Le Big Data permet de proposer des applications contextualisées, avec le niveau de sophistication souhaité par le client

Bill McDermott, PDG de SAP

Pour Bill McDermott, le CEO de SAP, présent à Barcelone, l’un des moteurs principaux des Big Data est de pouvoir utiliser une masse de données jusqu’alors inexploitées pour améliorer, augmenter et adapter l’expérience utilisateurs des clients, toujours plus exigeants.

« Le Big Data permet de offrir un approche multicanal aux clients. Offrir la même expérience quels que soient le terminal ou le réseau. Lorsque les clients viennent à vous, vous devez les connaître, avec leurs historiques », précise-t-il.

Il s’agit donc là d’exploiter les données pour proposer des applications contextualisées, « avec le niveau de sophistication souhaité par le client », affirme encore le CEO qui positionne sa base de données in-memory HANA au coeur de ce processus, qu’il qualifie de « real-time business ».

Restera enfin à ancrer cela dans un contexte d’objets connectés et Internet des objets, très présents à Barcelone. Un univers à venir dans lequel l’analyse des Big Data devrait jouer un rôle clé dans l’orientation des usages et dans l’optimisation des réseaux.

Pour approfondir sur Administration de réseaux

- ANNONCES GOOGLE

Close