Graphicroyalty - stock.adobe.com

MAM : Workspace One Send s’interface avec Intune

Comme pour l’application Bridge de Blackberry, il s’agit d’établir une passerelle entre deux mondes de la gestion des applications mobiles. Mais Microsoft et Apple pourraient travailler à rendre les choses plus simples.

En mai, VMware a annoncé Workspace One Send, une application qui fait le lien entre les applications Workspace One et celles qui sont compatibles avec la brique d’administration des applications mobiles (MAM) d’Intune. De quoi rappeler Bridge, de Blackberry.

Le MAM peut reposer soit sur les capacités natives du système d’exploitation, soit sur celles offertes par un kit de développement spécifique. Et les deux ne manquent pas d’être complémentaires. Mais voilà, certains éditeurs ont une approche plus ou moins fermée. C’est ainsi le cas de Microsoft, avec ses applications mobiles Office qui utilisent le SDK MAM d’Intune, exclusivement. Mais de nombreux utilisateurs voudraient pouvoir utiliser celui de leur suite existante de gestion de la mobilité d’entreprise (EMM). C'est là qu'intervient Workspace One Send (à l’instar de Blackberry Bridge).

Workspace One Send fonctionne entièrement au niveau applicatif, sans dépendance au MDM. Il intègre les éléments du SDK de Workspace One, ainsi que du SDK Intune MAM, afin de pouvoir fonctionner aussi bien dans le conteneur Workspace One que dans le conteneur Intune : les utilisateurs peuvent ainsi transférer des documents sans les exposer au reste du terminal. Send prend également en charge Microsoft Information Rights Management et le service Azure Rights Management, pour la protection des documents.

Pour utiliser Send, il faut être client Workspace One et Intune. L'application Send est distribuée sur les magasins applicatifs d’Apple et de Google. Pour l'instant, VMware a artificiellement restreint son fonctionnement à son application de messagerie Boxer, mais l’éditeur pourrait aisément lever cette limitation et supporter n'importe quelle application compatible Workspace One.

Avec la version iOS, les utilisateurs doivent passer par plusieurs étapes, jusqu’à ramener l'application Send au premier plan. La version Android est plus légère à utiliser, car le système d’exploitation mobile de Google permet à l'application de rester cachée en arrière-plan.

Mais sur le fond, devoir déployer une telle application pour supporter deux univers n’a rien d’une sinécure. Avec les profils professionnels d’Android, Google ne s’en tire pas si mal. Mais Apple et Microsoft pourraient faire plus pour améliorer la situation.

La firme à la pomme a besoin de mettre à niveau les fonctionnalités de MDM associées à iOS pour répondre aux besoins liés au BYOD. Mais Microsoft pourrait également faire plus pour rendre la pile MAM d’Intune et les applications Office plus extensibles.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close