4Max - stock.adobe.com

OpenText ne manque pas de projets pour EnCase de Guidance

C’est bien la sécurité du point de terminaison qui intéressait l’éditeur dans ce rachat. Il prévoit désormais de mettre à profit sa plateforme analytique et d’intelligence artificielle Magellan pour étendre les capacités d’EnCase.

Lorsqu’OpenText a fait l’acquisition de Guidance Software en septembre 2017, le spécialiste de la gestion de contenus avait besoin de son outil de sécurité pour les points de terminaison, postes de travail et serveurs.

Bien sûr, OpenText a été ravi que l'outil en question ait été doté d'autres atouts intéressants, à commencer par ses capacités d’investigation numérique, une plateforme de découverte de contenus, et la liste des fidèles clients de Guidance. Et l’éditeur n’entend pas les délaisser – un client de longue date l’assure, les intégrations nécessaires sont en cours. Mais c’est bien la protection des points de terminaison qui l’intéressait le plus.

Répondre aux attentes des clients

Mark Barrenechea, directeur général et technique de l’éditeur, n’y va pas par quatre chemins : « nous voulions entrer sur le marché de la sécurité ».

En fait, le cloud privé d'OpenText compte aujourd'hui rien moins que 50 millions de ces points, et continue de s’étendre à mesure que plus en plus de clients y migrent davantage de données. Et si OpenText a construit sa base installée sur la gestion de contenu, qui a évolué au fil du temps vers les services de contenu, ses clients exigent du cloud hybride strictement sécurisé, ainsi qu'un contrôle d'accès aux contenus.

L'outil de sécurité des points de terminaison de Guidance sont venus combler les « espaces vides » technologiques qu'OpenText avait besoin de remplir. Parallèlement, l'acquisition de Covisint lui a apporté une gestion des identités bien nécessaire.

L’application phare de Guidance, EnCase, est utilisée pour collecter et figer les données afin qu'elles restent légalement admissibles dans les procédures civiles et judiciaires.

Lalith Subramanian, vice-président d’OpenText en charge de l'ingénierie pour l'analyse, la sécurité et la découverte, explique ainsi que l'outil est devenu principalement nécessaire pour les ordinateurs portables sur le réseau d’OpenText.

Mais d'autres cas d'utilisation sont à venir, car les clients de l’éditeur préparent des déploiements d’objets connectés qui multiplieront le nombre d’équipements en ligne : « nous n’en sommes pas encore là, mais cela va venir. Notre défi consiste aujourd’hui à supporter toute l’étendue de plateformes possibles ».

EnCase, bientôt dopé à l’intelligence artificielle

Mais il y a une autre opportunité qu’OpenText entend bien saisir : intégrer les capacités d’intelligence artificielle de sa plateforme Magellan avec les outils de Guidance. Ce dernier n’intégrait pas l’intelligence artificielle dans ses applications. Mais celle-ci peut aider les humains à effectuer des recherches électroniques, dans le cadre de procédures légales, notamment pour trier des documents et classer des données.

Lalith Subramanian relève ainsi que les enquêteurs du FBI se disent régulièrement submergés de données numériques associées à des dossiers en cours, et que l'intelligence artificielle peut aider à identifier rapidement des motifs et des points de départ pour des preuves qu’il faudrait autrement des jours entiers à découvrir.

James Kritselis, expert en criminalistique d’OpenText, aide les clients de Guidance à extraire des données de leurs appareils depuis des années, justement dans de telles situations. Pour lui, l’intelligence artificielle peut aider à découvrir, au milieu des données, des liens qui ne sont pas évidents pour les humains. Et cela vaut par exemple pour remonter le fil entre des conversations s’étant déroulées via plusieurs canaux différents.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close