Comment le Brexit affecte le niveau des investissements IT attendu en Europe en 2019

Gartner anticipe un fort ralentissement de la croissance de la dépense IT en Europe dans les années qui viennent. Si les applications cloud, la sécurité et la confidentialité des données sont des moteurs de croissance, ils ne sont pas suffisants pour entrainer de manière soutenue un secteur affecté par les incertitudes liées au Brexit.

Effet Brexit selon Gartner : les dépenses IT des entreprises européennes vont se tasser en 2019. On se rapproche toujours plus près des 1 000 milliards de dollars d’investissement annuel (973 Md$ sont anticipés contre plus de 953 Md$ en 2018) mais la croissance attendue sera plus faible à 2 % contre 5,8 % pour l’exercice en cours.

Et encore, lors du Symposium Gartner de cette année, John Lovelock, Research vice-président du cabinet d’analystes, explique que 2018 n’est déjà pas une bonne année. Selon lui, le niveau de croissance des revenus s’explique pour une bonne partie par les taux de change qui ont vu une revalorisation de l’euro vis à vis du dollars sur la période. Avec ce niveau de croissance, EMEA se classe au troisième rang des régions à croissance la plus lente pour les dépenses informatiques, devant l'Eurasie (+0,5 %) et l'Amérique latine (+1,7 %). La transformation digitale sur toutes les lèvres n’est donc pas – autant que l’on pourrait s’y attendre – porteuse d’un niveau de croissance folle pour le secteur IT.

Reste qu’en termes de segments tous ne sont pas affectés de la même manière par ce coup de mou. Gartner estime ainsi que les besoins métiers étant bien présents, la demande en logiciels et applications est la plus soutenue avec des taux de croissance à 2 chiffres en 2018 - +12,7 % - qui se tassera à 7,3 % en 2019 pour un CA attendu au-delà de 115 Md$. La bascule continue vers le cloud porte cette tendance selon les analystes.

Globalement Gartner s’attend d’ailleurs à ce que le cloud computing, la sécurité et les éléments de transformation numérique soutiennent le peu de croissance de la zone EMEA.

Les investissements cloud au sens strict (PaaS, SaaS ou services cloud) augmenteront de 15 % en 2019 pour atteindre un total de 38,5 Md$. Sur le plan de la sécurité, avec la mise en place du GDPR, les pénalités pour les violations de données pourraient atteindre 4 % des revenus ! A l’occasion de son symposium cette semaine à Barcelone, Gartner a fait des problématiques de « Privacy » l’une des préoccupations principales à avoir pour les DSI dans les années à venir. 

Pour John Lovelock, « la mise en œuvre du GDPR a fait de la sécurité une priorité au niveau de la direction générale. Les organisations qui ne protègent pas la vie privée de leurs clients ne protègent pas leur marque et prennent un risque industriel majeur ». Les dépenses mondiales en sécurité informatique dépasseront 133 Md$ en 2019 et atteindront 40 Md$ dans la zone EMEA, soit 7,8 % de plus qu'en 2018.

Côté infrastructure, après avoir continué de croitre en 2018 (+5,4 % à 46 Md$) les dépenses consacrées aux datacenters devraient rester stables voire diminuer en 2019 et au-delà. Les préoccupations - notamment nées de la sécurité du CPU – qui avaient entrainé une embellie ces derniers temps ne sont plus à l’ordre du jour ou de manière moins prégnante. La logique de rationalisation induite par le cloud computing et surtout la virtualisation explique pour une grande partie cette atonie relative. Côté réseau et services de communication le constat est différent mais la tendance est la même. Devenus commodités ces services ont vu leurs coût largement se réduire. Du coup Gartner s’attend à un marché atone en 2019 à 356 Md$ de revenus.

Enfin, les dépenses liées aux terminaux utilisateurs (PC, imprimantes et téléphones portables) dans la zone EMEA devraient diminuer en 2019. Les dépenses en PC grand public ont diminué de 9,1 % en 2018 et la demande de PC Windows 10 pour les entreprises passera son point culminant en 2019, avec une croissance de 1 % du nombre d’unité acquises.

De même, la croissance du nombre de terminaux mobiles vendus, en particulier en Europe occidentale, commencera à diminuer, passant d'une croissance de 4,7 % en 2018 à -1,1 % en 2019.

Pour mieux mesurer l’effet réel des incertitudes liées au Brexit il suffit de regarder les chiffres propres au Royaume Uni. Selon Gartner les investissements IT devraient y totaliser 204 Md$ en 2019, soit une baisse de 1,9 % par rapport à 2018. Pour John Lovelock, « Le Royaume-Uni ne devrait pas afficher une croissance supérieure à 2 % avant 2020, ce qui a un effet à la baisse sur la moyenne des dépenses informatiques de l'EMEA tout au long de la période de prévision ». Les deux pays qui enregistreront les plus fortes croissances de la zone EMEA ne sont ni importants en volume ni européens. Il s’agit, selon Gartner, d’Israël et de l’Arabie Saoudite.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close