zhu difeng - Fotolia

Covid-19 : les fournisseurs IT redoutent bien des retards de livraison

Même si les serveurs et les baies de disques sont assemblés hors de Chine, ils reposent sur des composants fabriqués par des usines désormais confinées. Les stocks permettraient de tenir encore 4 semaines.

C’est désormais officiel : le gel des activités dû au Covid-19 aura bien un impact sur les résultats des fournisseurs d’infrastructure. Lors d’un rendez-vous financier organisé il y a quelques jours par Dell EMC pour discuter de ses prochains résultats, le directeur financier du groupe, Thomas Sweet, alertait sur un ralentissement du chiffre d’affaires global, lié à la soudaine chute des ventes des matériels en Chine, le second plus gros marché de Dell Technologies après les USA.

Suite de l'article ci-dessous

Si Thomas Sweet accuse le confinement des personnels suite aux mesures de sécurité mises en place par Pékin, il refuse de préciser s’il parle d’acheteurs chinois qui ne sont plus derrière leur téléphone pour passer commande, ou d’usines qui ne sont plus en mesure de fournir des serveurs. Dans le second cas, l’impact sur l’activité serait, d’ici à quelques semaines, mondial.

Dell Technologies : « aucun problème… à très court terme »

« Disons que nous gérons la dynamique liée à la chaîne d’approvisionnement avec des délais prolongés sur certains produits. Et nous prévoyons que certains utilisateurs puissent se fournir ailleurs s’ils ne trouvent pas le bon produit au bon moment », se contente-t-il de déclarer.

« Des problèmes ont été rapportés sur les marchés asiatiques. En Europe, en revanche, le coronavirus ne pose à date aucun problème. »
Stéphane HuetDG, Dell Technologies France

Stéphane Huet, tout récemment nommé directeur général de Dell Technologies en France, se veut rassurant. « Des problèmes ont été rapportés sur les marchés asiatiques. En Europe, en revanche, le coronavirus ne pose à date aucun problème, ni dans les ventes dont le rythme est au beau fixe ni dans l’approvisionnement des composants. Le seul problème de pénurie dont nous souffrons – et, ce, depuis plusieurs mois – est un retard de livraison des processeurs de la part d’Intel. Cela n’a rien à voir avec l’épidémie et nous espérons qu’Intel aura résolu ses problèmes industriels dans le courant du second trimestre de cette année », confie-t-il au MagIT.

« Mais, sur ce secteur, une épidémie comme celle du Covid-19 peut faire basculer un marché en seulement un mois. »
Stéphane HuetDell Technologies France

Il pondère néanmoins : « l’information que je vous donne est valable pour les prochaines semaines. Mais, sur ce secteur, une épidémie comme celle du Covid-19 peut faire basculer un marché en seulement un mois. »

Nutanix, Netapp, HPE et Hitachi Vantara basculent dans l’inquiétude

Au-delà de Dell EMC, ce sont tous les fournisseurs d’infrastructures qui avouent aujourd’hui leur inquiétude. « En ce qui nous concerne, nous devions signer plusieurs grands contrats au Japon avant la fin de l’année fiscale, qui se termine là-bas en mars. Vu la situation et sachant que les ventes que nous réalisons en Asie correspondent généralement à 16 ou 18 % de notre CA, la prudence nous commande de ne pas prédire dès aujourd’hui nos prochains résultats », indique, lors d’une réunion financière Dheeraj Pandey, le CEO de Nutanix.

Du côté de NetApp, partenaires et clients ont reçu un message qui les alerte, cette fois-ci plus directement, sur le « risque d’un impact dans la livraison des produits ». Dans ce communiqué, NetApp explique que, même si ses machines sont assemblées et testées en dehors de Chine, elles reposent néanmoins sur des composants fournis par des usines chinoises « dont l’activité a été gelée du fait des mesures de confinement. »

Chez HPE, la frénésie règne. Le constructeur assure être en contact constant avec ses fournisseurs pour limiter les retards de livraison. Selon un porte-parole, il aurait constitué un stock important de matériels qui lui permettrait d’honorer toutes les commandes en cours.

En interne, HPE a tout de même imposé un confinement de 14 jours à tous ses salariés s’étant récemment rendus en Chine, ou qui ont approché des personnes qui en reviennent. De plus, des procédures de contrôle ont été mises en place à l’entrée de tous ses bureaux dans le monde pour éviter la contagion. Et toutes les forces de ventes ont été équipées pour, le cas échéant, pouvoir prendre des commandes depuis chez elles. Des mémos sont mis à disposition pour savoir comment s’y prendre.

Même son de cloche chez Hitachi Vantara qui vient d’interdire à tous ses salariés de se rendre en Chine, en Corée du Sud, au Japon ou en Italie. Là aussi, le stock de matériel devrait servir à honorer les commandes… « du moins jusqu’à la fin de ce trimestre », indique un porte-parole.

« Il est encore trop tôt pour quantifier exactement l’impact du Covid-19 sur les ventes de serveurs et de baies de disques durant le premier semestre 2020. »
Sebastian laganaAnalyste, IDC

« Il est encore trop tôt pour quantifier exactement l’impact du Covid-19 sur les ventes de serveurs et de baies de disques durant le premier semestre 2020. Évidemment que tous les constructeurs ont des stocks de composants et de cartes mères. Mais, généralement, cela leur permet juste de tenir deux à quatre semaines en cas de défaut d’approvisionnement », commente l’analyste Sebastian Lagana d’IDC.

Il existe encore des raisons de garder son optimisme

« Ensuite, la production se mettra à ralentir. Le point positif est que, selon nos informations, les constructeurs avaient anticipé une baisse de la production à cause du Nouvel An chinois et qu’ils auraient par conséquent constitué des stocks plus importants que d’ordinaire, dès début décembre. Je pense donc qu’ils étaient un minimum préparés », ajoute l’analyste.

Dans l’ambiance électrique qui domine ces jours-ci du côté de la Silicon Valley, un constructeur fait exception : Pure Storage. Charlie Giancarlo, le PDG de ce constructeur de baies de disques, le promet : le Covid-19 n’aura aucun impact sur ses ventes immédiates. Ni en termes de fourniture des composants – « aussi fluide que d’habitude et en provenance de fabricants situés ailleurs qu’en Chine », précise-t-il – ni en ce qui concerne son chiffre d’affaires, puisque l’Asie n’a jamais été un marché important pour le constructeur.

Pure Storage mise en ce moment beaucoup sur des gammes de baies de stockage uniquement pourvues de disques SSD, avec des composants Flash fabriqués soit en Corée du Sud, soit au Japon, soit aux USA. Comme dans ce dernier cas, il s’agit de composants fabriqués par les Américains Intel et Micron, on se demande dans quelle mesure l’épidémie de coronavirus ne va pas favoriser – enfin – les ventes de leurs disques 3D XPoint.

Pour approfondir sur Constructeurs

- ANNONCES GOOGLE

Close