lucadp - Fotolia

Igneous rend l’inventaire des données plus granulaire et plus utile

Les logiciels DataDiscover et DataFlow ne servent plus uniquement à archiver les données froides. Ils partagent les documents trouvés et assurent la migration entre deux générations de stockage.

L’éditeur Igneous Systems vient de dévoiler les dernières améliorations apportées à ses produits DataDiscover et DataFlow.
Le premier, qui sert à cataloguer les documents présents sur les espaces de stockage de l’entreprise, voit ses vues s’enrichir, sa recherche devenir plus granulaire et de nouvelles fonctions de migration faire leur apparition.
Le second, qui automatise les déplacements de fichiers selon des règles, autorise plus de mouvements entre les NAS et les espaces de stockage en cloud, au format fichier ou objet.

Suite de l'article ci-dessous

Les produits d’Igneous Systems s’adressent aux entreprises qui détiennent généralement des pétaoctets de données, comme les médias, les laboratoires de recherche et les bureaux d’étude. L’éditeur a trois offres, toutes accessibles depuis une seule interface : DataDiscover, DataFlow et DataProtect. Ces trois solutions aident respectivement les entreprises à trouver des données, à les déplacer et à les protéger.

Selon Christian Smith, en charge des produits chez Igneous Systems, le stockage d’au moins 10 Po de données deviendrait une situation de plus en plus courante, mais les outils usuels des entreprises ne suffiraient plus à gérer les documents à de telles échelles.

Il affirme que la première version de DataDiscover, qui proposait juste de discerner les données chaudes des données froides, a connu un certain succès à partir d’une simple démonstration : mettre en évidence que quasiment toutes les entreprises conservent des données rarement consultées sur des NAS de production dont la capacité coûte cher.

Découvrir les contenus avec plus de précisions et les partager

Cette nouvelle version de DataDiscover ajoute la possibilité de faire des recherches de fichiers selon leur extension, ce qui simplifie grandement le traitement sur des types particuliers de données, comme des films ou des séquençages génétiques. Il est également possible d’effectuer des recherches selon les droits d’accès des groupes d’utilisateurs, typiquement pour avoir une visibilité globale sur tous les documents liés à un projet. Enfin, une autre nouvelle fonction sert à partager les documents issus d’une recherche avec certains collaborateurs, sans pour autant leur donner accès au reste des documents.

« Il est devenu impératif de comprendre l’étendue de ce que l’on possède. »
Christophe BertrandAnalyste, ESG

Selon Christophe Bertrand, analyste au bureau ESG, « au-delà des entreprises qui ont plus d’un Po de données, DataDiscover rend service à toutes les entités soumises à des contraintes de conformité et de sécurité, dont le RGPD. Indexer toutes les données entrantes, savoir où elles sont stockées et les rendre toutes consultables sont des fonctions liées à la réduction des risques commerciaux. Il est devenu impératif de comprendre l’étendue de ce que l’on possède. »

« Comprendre ce que l’on possède va dans le sens de l’histoire. Parallèlement, des acteurs de la sauvegarde, dont Cohesity, Rubrik et Actifio, proposent désormais des fonctions pour se servir des sauvegardes qui stagnent sur des espaces de stockage en attendant une hypothétique restauration. Mais la première étape pour exploiter utilement ces données froides est de les identifier », ajoute l’analyste.

Avoir la garantie qu’une migration fonctionnera

Les nouvelles capacités de migration de DataFlow visent à déplacer de grands volumes de données vers des espaces de stockage NFS, SMB ou S3, sur site ou en cloud. Précédemment, DataFlow ne déplaçait les données locales que vers un service de stockage S3 en cloud.

Christian Smith explique que cette nouvelle versatilité permet de déplacer les données vers autre chose qu’un simple entrepôt d’archivage – il pense à des disques reliés à des serveurs applicatifs, sur site ou en cloud – sans avoir à se soucier de problèmes de compatibilité entre l’infrastructure de départ et celle d’arrivée. Les cas d’usage comprennent l’alimentation de moteurs de Machine Learning en données source, ou encore la migration simple des documents entre deux générations de NAS.

« Selon nos observations, migrer les données sans devoir tenir compte des fournisseurs est une vraie demande des entreprises. »
Christophe BertrandESG

« Selon nos observations, migrer les données sans devoir tenir compte des fournisseurs est une vraie demande des entreprises qui y voient un gain de productivité. En particulier, avoir la garantie que le prochain NAS fonctionnera comme le précédent, sans devoir mener des tests pour s’en assurer est considéré comme un argument prioritaire. Je pense que les éditeurs qui connaîtront à présent le plus de succès, sont ceux qui proposent de genre d’automatismes », commente Christophe Bertrand.

Précisons cependant que DataFlow ne permet toujours pas de migrer les données entre deux services cloud. « Cette possibilité arrivera dans un second temps », indique Christian Smith.

DataDiscover coûte actuellement 24 000 dollars par an. Ses nouvelles fonctions pourraient être facturées en plus. DataFlow est quant à lui facturé sur la base du nombre d’instances migrées.

Pour approfondir sur Administration du stockage

- ANNONCES GOOGLE

Close