Suse s’aligne sur Kubernetes avec le rachat de Rancher Labs

Le numéro 2 de Linux était le seul éditeur à promettre le multi-cloud aux entreprises sans pour autant avoir de stratégie Kubernetes claire. Mais personne ne s’attendait à ce rachat.

Suse, le numéro 2 des éditeurs de Linux, a annoncé courant juillet son acquisition de Rancher Labs, l’un des principaux éditeurs de Kubernetes, ce système qui orchestre l’exécution des applications en containers, des instances virtuelles plus pratiques que les machines virtuelles.  Selon le média financier américain CNBC, Suse aurait déboursé entre 600 et 700 millions de dollars pour cette opération.

Suite de l'article ci-dessous

Les produits open source de Rancher Labs comprennent des distributions Kubernetes, dont une destinée à être embarquée dans des NUC Intel sur les lieux de production, des outils d’administration orientés multi-cloud et un système de stockage dédié aux containers.

L’enjeu Kubernetes

« L'acquisition de Rancher Labs permet à Suse de prendre en charge les déploiements en containers, qu’ils se fassent en datacenter, en cloud ou sur le terrain (alias edge computing, ndr). Elle va aussi aider Suse à s’adresser aux équipes de développement des entreprises », estime Arun Chandrasekaran, analyste chez Gartner. Il fait notamment référence à Red Hat, le concurrent historique de Suse, qui dispose déjà avec OpenShift de son propre Kubernetes et qui le présente comme un environnement pour DevOps.

Selon lui, Kubernetes est la pierre angulaire des applications développées spécifiquement pour fonctionner en cloud – comprendre celles qui gèrent nativement les pics d’activité en se clonant automatiquement et qui communiquent par défaut avec les protocoles du web. D’après une étude de Gartner, 35% des grandes entreprises auraient déjà déployé des applications en containers. Ce taux devrait grimper à 75% d’ici à 2023.

Arun Chandrasekaran ajoute que la possibilité de contrôler les containers de manière globale, quel que soit l’endroit où ils sont exécutés, devient l’objet d’une compétition féroce entre les différents fournisseurs d’infrastructure. VMware, le champion des machines virtuelles, a lui-même récemment entièrement revu sa solution vSphere pour qu’elle repose sur Kubernetes. Google entend quant à lui devenir la locomotive du multi-cloud – c’est-à-dire en conjuguant son cloud avec celui de ses concurrents – au travers d’Anthos, un ensemble de technologies Anthos qui reposent sur Kubernetes.

Un premier rachat pour Suse depuis son indépendance

Cela dit, le rachat de Rancher Labs a surpris plus d’un analyste. « En mars dernier, Rancher Labs était parvenu à lever 40 millions de dollars supplémentaires pour se développer face aux géants de l’infrastructure qui se sont mis à imiter ses produits. J’aurais pensé que cela lui aurait permis d’aller plus loin avant de se laisser racheter », commente Krishnan Subramanian, analyste au bureau financier Rishidot Research.

« Franchement, je ne comprends pas. Est-ce que les actionnaires de Rancher ont finalement souhaité récupérer plus vite que prévu leurs billes ? Est-ce que Suse a subitement décidé de se démener pour rester dans la course face à un Red Hat de plus en plus hégémonique grâce au soutien d’IBM ? Je n’ai pas de réponse », dit pour sa part Greg Schulz, analyste au bureau de conseil Server & Storage IO.

Il souligne que Suse, devenu indépendant depuis l’année dernière, aurait en effet toutes les raisons de montrer à ses actionnaires qu’il est capable de prendre de décisions d’envergure, au-delà du maintien de ses affaires courantes. Lancé en 1992, Suse était passé sous l’égide de Novell en 2003, puis sous celle de Microfocus un peu plus tard. Cette situation de subordination a duré jusqu’en 2019, jusqu’à ce que le groupe financier américain EQP décide d’investir 2,5 millards de dollars pour racheter les parts de l’éditeur et redonner à son équipe dirigeante les clés de sa stratégie. Rancher Labs est de fait le premier rachat de Suse depuis qu’il est indépendant.

« Suse était le dernier grand éditeur d’infrastructure à promettre le multi-cloud aux entreprises, sans avoir de stratégie particulière autour de Kubernetes. C’est à mon avis la seule raison qui a motivé ce rachat », concède Krishnan Subramanian.

Les logiciels de Rancher Labs intégrés au catalogue des produits CaaS

Sheng Liang, l’actuel PDG de Rancher, devrait prendre les rênes de l'innovation chez Suse. « Ma mission consistera à chapeauter tous les ingénieurs. Je compte les faire travailler ensemble, au sein d’une même équipe », explique-t-il. Il ajoute que ses actuelles équipes commerciales devraient aussi être intégrées à celles de Suse.

Il se félicite surtout que la puissance commerciale de Suse permette de distribuer plus largement les produits qu’il chapeautait jusque-là. « Chez Rancher, nous avons toujours eu une approche de base pour vendre nos logiciels. Suse a une clientèle importante, fidèle et toujours croissante, ainsi qu’un impressionnant écosystème d’intégrateurs. Ils planchent par ailleurs sur des projets d’envergure avec les plus grandes entreprises. »

Selon un billet de blog de Melissa Di Donato, la PDG de Suse, les produits de Rancher Labs seront à présent commercialisés dans la gamme de produits Container-as-a-Service Platform (CaaS).

Pour approfondir sur Administration et supervision du Cloud

- ANNONCES GOOGLE

Close