iStock

Atlassian « adoucit » les accords de licences de son offre Enterprise Cloud

Cette semaine Atlassian a stoppé la distribution des versions on premise de ses logiciels et multiplié les incitations destinées à attirer les grands comptes vers ses offres cloud.

Comme promis en octobre 2020, Atlassian a cessé de vendre ce mois-ci les éditions Server de Jira issue tracking, de Confluence et de Bitbucket CI/CD, entre autres. Les clients recourant à ces produits pouvaient choisir de rester sur site avec les éditions Data Center de ces outils, mais Atlassian a aussi décidé d’en augmenter leur prix. La société a clairement indiqué que son attention se porterait à l’avenir sur les services cloud.

Suite de l'article ci-dessous

C’est le bâton qu’employait Atlassian pour pousser les utilisateurs vers le cloud et cette semaine, il a officiellement ajouté la carotte en annonçant la disponibilité générale de la version Enterprise dans le cloud, une offre présentée en avril 2020.

Des licences cloud plus flexibles

Ce lancement s’accompagne d’une nouvelle modulation de licence pour attirer les convertis au cloud. Les utilisateurs d’Atlassian Cloud Enterprise peuvent déployer plusieurs instances de Jira, Confluence et Jira Service Management pour des équipes individuelles, sans avoir à payer des licences séparées. Dans le même temps, les usagers peuvent conserver un flux de travail de configuration centralisé pour certaines tâches de gestion, telles que le paramétrage de la sécurité ou l’affectation des données à des régions géographiques pour des raisons de conformité.

Tyler Technologies, un éditeur de logiciels pour les systèmes d’information gouvernementaux à Plano, Texas, a déjà prévu de passer au cloud d’Atlassian avant le prochain renouvellement de sa licence à la mi-2021. Ce nouvel aspect du Cloud Enterprise a renforcé la confiance de la direction informatique dans cette décision.

« Nous avons quelques difficultés à maintenir une seule instance de Jira pour toutes les différentes équipes produits autonomes », déclare Jeff Green, CTO de Tyler Technologies. « Il peut y avoir un add-in ou un marché particulier [intégration] qui ne concerne qu’une partie de notre entreprise, mais la façon dont leur licence actuelle fonctionne, vous devez en fait la concéder pour l’ensemble de l’organisation ».

Dans le cadre de Cloud Enterprise, les administrateurs peuvent affecter des utilisateurs à un nombre illimité d’instances que les équipes respectives peuvent personnaliser. Les licences Cloud Enterprise sont également regroupées dans le logiciel de gestion des identités et des accès Atlassian Access, qui fait l’objet de licences séparées pour les autres niveaux de cloud computing.

« À mon sens, c’était vraiment bizarre qu’ils proposent ce logiciel séparément, juste pour que vous puissiez bénéficier de SAML et d’autres produits d’entreprise inclus dans leur abonnement », estime Jeff Green.

En outre, la licence Cloud Enterprise de Jira Software Cloud, Confluence et JSM est assortie d’un accord de niveau de service (SLA) de 99,95 % de temps de fonctionnement, de contrôles de résidentialité des données et d’une prise en charge des accords de licence d’entreprise (ELA) qui englobent à la fois les solutions sur site et dans le cloud.

Le tarif de Jira Software Cloud Enterprise commence à 122 250 dollars pour 801 à 1 000 utilisateurs. Celui de Confluence Cloud Enterprise pour 800 à 1 001 utilisateurs est indiqué à 92 625 dollars. Jira Service Management Cloud Enterprise est disponible à partir de 99 750 dollars pour 201 à 300 utilisateurs. Atlassian ne propose pas encore d’ELA pour Cloud Enterprise sans composant sur site, mais l’envisagera à l’avenir, ont déclaré cette semaine des responsables d’Atlassian.

Atlassian doit compléter les capacités de son offre Cloud Enterprise

Atlassian Cloud a évolué rapidement depuis que la société a transféré ses services SaaS d’un back-end autogéré qui présentait des problèmes de fiabilité bien connus vers une architecture de microservices AWS en 2018. Atlassian a introduit ses premières fonctions de sécurité d’entreprise pour le cloud en 2019 avec l’ajout du chiffrement et son premier SLA de 99,9 % de temps de disponibilité pour son édition premium.

Certaines fonctionnalités disponibles dans les versions Enterprise sur site sont en cours de développement pour le cloud.

Toutefois, les dirigeants d’Atlassian reconnaissent que certaines fonctionnalités disponibles dans les versions Enterprise sur site sont en cours de développement pour le cloud. Par exemple, les utilisateurs de Cloud Enterprise peuvent localiser des données aux États-Unis ou dans l’Union européenne à des fins de conformité, mais pas dans des pays spécifiques, bien qu’Atlassian annonce à terme prendre en charge la résidentialité des données en Australie, au Canada, au Royaume-Uni, au Japon et dans d’autres pays, selon un article de blog de l’éditeur. Les certifications d’Atlassian Cloud Enterprise pour des cadres de conformité spécifiques tels que HIPAA et FedRAMP sont également en cours de préparation.

Certaines sociétés qui emploient des modules complémentaires tiers depuis leur infrastructure on premise n’ont pas encore d’équivalents dans le cloud, mais Atlassian a lancé un programme Forge l’année dernière, afin d’accélérer le développement d’extensions pour ses offres cloud. Ce programme passera de la version bêta à la disponibilité générale dans un mois environ, assurent les porte-parole de l’éditeur.

« Nous nous engageons avec les grandes entreprises à faire l’inventaire des applications dont elles disposent dans leur(s) centre(s) de données et dont elles ont besoin dans le cloud ».
Bala VenkatraoResponsable produits cloud pour les entreprises, Atlassian

« Avec l’annonce récente de la fin de vie de Server, nous indiquons très clairement à nos partenaires que nous sommes les premiers à utiliser le cloud », vante Bala Venkatrao, responsable des produits cloud pour les entreprises chez Atlassian. « Nous mettons en place des mesures d’incitation et de soutien pour que l’écosystème donne la priorité aux applications équivalentes au cloud, et nous nous engageons avec les grandes entreprises à faire l’inventaire des applications dont elles disposent dans leur(s) centre(s) de données et dont elles ont besoin dans le cloud ».

Pour Jeff Green, les ajouts ne seront pas un obstacle à la migration vers le cloud Atlassian, et toute perturbation qui pourrait être causée par le déménagement est compensée par les avantages potentiels.

« L’offre d’Atlassian en matière de SLA est plus avantageuse que ce que nous pourrions faire en interne sans dépenser une fortune », assure-t-il. « Cela nous donne également la possibilité d’effectuer des mises à jour [entre les versions de logiciels] plus fréquemment et de manière moins douloureuse »

De manière générale, les analystes affirment qu’Atlassian a acquis une position fortement concurrentielle avec ses produits cloud.

« Une startup comprenant deux personnes peut commencer avec un tableau Trello et se développer jusqu’à utiliser Atlassian Cloud Enterprise », considère Charles Betz, analyste chez Forrester Research. « Aucune autre entreprise ne dispose d’un ensemble d’outils aussi complet à la fois pour le code source et les versions, et pour les opérations ».

Cependant, le suivi détaillé des performances des applications et de l’infrastructure est une lacune dans le portefeuille d’Atlassian, que la société pourrait chercher à combler cette année par une acquisition, évalue Charles Betz.

« Si Atlassian peut trouver un moyen d’intégrer la tarification de l’observabilité [avec d’autres produits] et d’aplanir les différences de prix pour ces outils, d’un point de vue commercial, cela pourrait avoir un sens », conclut-il.

Pour approfondir sur Administration et supervision du Cloud

Close