peshkova - Fotolia

IA : IBM s’associe avec Palantir pour accélérer les déploiements hybrides

Palantir IBM Cloud Pak for Data est conçu pour aider les utilisateurs inexpérimentés à créer des applications basées sur l’intelligence artificielle qui peuvent fonctionner sur plusieurs plateformes cloud hybrides.

IBM et Palantir Technologies ont annoncé cette semaine un partenariat qui réunit la plateforme hybride de données en cloud d’IBM et la plateforme d’exploitation de Palantir afin de faciliter pour les utilisateurs la création et le déploiement d’applications basées sur l’IA de nouvelle génération.

Suite de l'article ci-dessous

Le nouveau produit, appelé Palantir for IBM Cloud Pak for Data, repose sur la plateforme Palantir Foundry et complétera les solutions Watson et Red Hat OpenShift d’IBM. Cette nouvelle offre aide les utilisateurs ayant peu ou pas de formation technique à analyser d’énormes quantités de données dispersées dans des clouds hybrides, via une approche low-code/no-code. Elle vise en priorité des responsables des Chief Data Officer, des DSI et des COO.

IBM adresse le Cloud Pak for Data aux secteurs qui traitent généralement de grandes quantités de données et qui pourraient bénéficier le plus des applications basées sur l’IA, notamment le commerce de détail, les services financiers, la santé et les télécommunications. Il sera proposé par la force de vente mondiale de Big Blue, qui compte 25 000 personnes, contre 30 pour Palantir.

Les objectifs du partenariat avec Palantir pour IBM

« [IBM] ne vise pas seulement les industries qui possèdent de grandes quantités de données, comme les services financiers et les opérateurs de télécommunications, mais elle vient aussi de déployer ses stacks dédiées à ces secteurs », a déclaré Daniel Elman, directeur de recherche chez Nucleus Research. « IBM cherche à cloisonner les secteurs du marché qui ont de gros workloads ».

Pour le marché de la finance, le produit peut aider les utilisateurs à effectuer des tâches supposant une intégration, un nettoyage et une déduplication rapides des données, ainsi qu’une mise en correspondance avec un modèle de données commun. Cette capacité peut ensuite être étendue à des cas impliquant le service à la clientèle et la gestion de crise. Pour les utilisateurs engagés par des opérateurs « telcos », l’outil peut aider à combiner des données provenant de différents logiciels tels les CRM et les systèmes de commande.

Bien que Palantir bénéficie de la force de vente considérablement plus importante d’IBM, il n’a pas eu recours à IBM – en particulier à IBM Watson. Les utilisateurs de Watson profitent également d’un avantage en disposant d’un produit qui rend désormais le Watson, réputé pour sa complexité, plus facile à utiliser, selon Daniel Elman.

« Watson a un certain nombre de bonnes fonctionnalités, mais les critiques ont toujours été les suivantes : “Comment l’utiliser” ou “Comment faire en sorte qu’il apporte une valeur réelle” », enchaîne-t-il. « Ce produit offre au moins une feuille de route potentielle pour y parvenir ».

Red Hat va conteneuriser l’IBM Cloud Pak for Data en le rendant compatible avec OpenShift, ce qui devrait améliorer sa compétitivité, d’après certains analystes. Cette approche devrait contribuer également à réduire les silos, à intégrer les données dans de multiples environnements cloud hybrides et à gérer les données tout au long du cycle d’un déploiement IA, selon leurs propos.

« L’adoption d’OpenShift lui permettra d’exécuter [les plateformes de data science] partout où il est nécessaire de traverser des couches de cloud hybride. »
Frank DzubeckPrésident de Communications Network Architects, Inc.

La conteneurisation « est une faille de l’armure qu’il fallait combler », estime Frank Dzubeck, président de Communications Network Architects, Inc. « L’adoption d’OpenShift lui permettra d’exécuter [les plateformes de data science] partout où il est nécessaire de traverser des couches de cloud hybride. C’est une capacité que Palantir n’a pas ». De son côté Big blue compte relancer l’attrait pour Watson qui, selon les derniers résultats de la firme, ne tire pas les revenus vers le haut.

Autre avantage de l’accord, les utilisateurs de Palantir peuvent désormais travailler directement avec la « Data Science and AI Elite Team » d’IBM pour prendre en charge des cas d’usage de data science qui freinaient jusqu’alors l’adoption de l’IA. Fiserv, un fournisseur de technologies pour les services financiers, estime que l’offre peut lui donner un avantage concurrentiel en « exploitant de manière plus sûre les données et en créant des modèles avancés pour automatiser la prise de décision », selon Guy Chiarello, chef du groupe d’innovation technologique de Fiserv, cité dans un communiqué. Palantir for IBM Cloud Pak for Data, sera disponible en mars 2021.

L’éditeur controversé a publié un article sur medium expliquant la manière dont son système d’authentification basé sur Multipass se connectera à l’outil de gestion des utilisateurs de Cloud Pak en s’appuyant sur des tokens JWT (Json Web Tokens), suggérant que dans un premier temps les solutions de Palantir et d’IBM seront intégrées sans modification de l’architecture sous-jacente.
Pour rappel, Palantir participe à l’initiative GAIA-X et propose déjà des déploiements sur site et dans le cloud, particulièrement chez AWS. En France, la plateforme est employée par Airbus ou encore la DGSI. Pour le reste, l’éditeur spécialiste de la data science exploite une quantité importante de projets open source, dont Apache Spark, Kubernetes, Docker, Cassandra, Gradle, GraalVM ou encore le projet maison AtlasDB, une couche transactionnelle par-dessus un espace de stockage clé-valeurs.

Pour approfondir sur Intelligence Artificielle et Data Science

Close