BillionPhotos.com - Fotolia

Consul : HashiCorp adapte sa tarification au SaaS

Certains utilisateurs n’ont pas apprécié le barème de prix d’HCP Consul lors de sa mise sur le marché, ce qui a incité HashiCorp à ajouter une version Starter SKU, dont le tarif n’a pas encore été précisé.

HashiCorp prévoit d’étendre les options de tarification de Consul sur sa plateforme cloud, en partie pour séduire les petites et moyennes entreprises et les utilisateurs de logiciels libres qui ont souffert du choc des prix lors de son lancement initial en mode SaaS.

Consul est le produit de découverte et de maillage de services d’HashiCorp, qui gère les réseaux dans les environnements distribués, les architectures de microservices. Le produit est en disponibilité générale sur HashiCorp Cloud Platform (HCP) depuis février, et les prix ont été rendus publics en mars. HCP Consul a émergé alors que plusieurs éditeurs ont lancé des offres de maillage de services cette année ; séparément, HashiCorp propose également le service HashiCorp Consul (HCS) sur Microsoft Azure.

HashiCorp Consul SaaS dépendait initialement de deux niveaux de tarification : un forfait développement qui prenait en charge jusqu’à 50 instances de service dans des environnements de développement/test à partir de 2,7 centimes de dollar par heure par nœud de serveur Amazon EC2. La tarification standard, pour les environnements de production comptant jusqu’à 500 instances de service, commençait à 6,9 centimes par heure par nœud EC2, plus 2 centimes de dollar par heure par instance de service.

HashiCorp définit une instance de service comme « la représentation logique d’une application ou d’un microservice enregistré dans Consul », selon sa page de tarification. Des remises sur le volume sont disponibles sur le prix par instance de service, mais le prix par nœud de serveur augmente à grande échelle.

Pour les TPE et les PME, la perspective d’un maillage de services hébergés était attrayante, mais la tarification de HCP Consul ne l’était pas.

« Fondamentalement, chaque nouvelle application enregistrée dans Consul vous coûterait 20 dollars [par mois au prix d’entrée], et cela n’inclut pas les ressources réelles nécessaires à l’exécution de cette application », considère Andrey Devyatkin, consultant principal en ingénierie du cloud chez Hippo, éditeur new-yorkais d’une application qui gère la tarification des médicaments sur ordonnance, lors d’une interview en mars sur la tarification initiale de HCP Consul. « Je ne pense pas que cela ait du sens pour les petits acteurs […]. Une facturation basée sur l’agent Consul, et non sur l’application, me semblerait plus logique. »

Désormais, HashiCorp prévoit d’ajouter un « Starter SKU » pour HCP Consul. C’est ce qu’a déclaré Armon Dadgar, cofondateur et directeur technique d’HashiCorp, lors d’un discours prononcé à l’occasion de l’événement virtuel HashiConf Europe cette semaine.

« Certains des commentaires que nous avons reçus [sur HCP Consul] indiquaient qu’il ne suffisait pas de disposer d’un forfait développement et d’un SKU de production de taille unique », indique Armon Dadgar dans sa présentation. « Il y a d’autres besoins et défis que les gens essayent de résoudre ».

Selon un billet de blog de l’entreprise, le Starter SKU sera une proposition d’entrée de gamme pour les « petits » utilisateurs de Consul en production et pour les « usagers de la version open source cherchant à minimiser le coût opérationnel de la gestion de Consul dans leur propre environnement ».

Un SKU Plus, haut de gamme, qui prend en charge la fédération multiclusters à l’échelle mondiale, sera également bientôt disponible. Des SKU Starter et Plus seront également ajoutés pour la gestion des secrets HCP Vault, en disponibilité générale depuis avril.

Aucun détail n’a été divulgué cette semaine quant à savoir si le SKU Starter impliquera un coût par instance de service et combien de services il prendra en charge, ou combien d’instances de service le SKU Plus offrira.

Service Mesh : les éditeurs testent le marché

La tarification par instance de service pour HCP Consul est plus adaptée aux grandes entreprises, car elles peuvent obtenir des remises sur le volume et ont des considérations de coûts différentes de celles des petites organisations.

« Si votre entreprise est mieux établie et que vous disposez d’un budget suffisant pour libérer des personnes qui travailleront sur le produit plutôt que sur l’infrastructure, cela en vaut la peine », déclarait en mars Connor Kelly, jusqu’à récemment SRE pour une plateforme de recherche d’emploi en ligne qui envisageait d’utiliser HCP Consul.

Cependant, le plafonnement à 500 instances de service du forfait standard pourrait constituer un obstacle dans les grands environnements. Le tiers standard comprend également des niveaux moyens et larges plus élastiques, au détriment d’un coût par serveur plus élevé, avec des remises sur le volume des instances de service.

« Si une entreprise est [entièrement basée sur les microservices], vous pouvez facilement atteindre 500 instances de service à mesure que vous étendez votre architecture », assure Connor Kelly. « En particulier si vous finissez par avoir du code ou des services glue que vous pourriez vouloir sur le maillage de services ».

HCP Consul n’est pas le seul éditeur SaaS de service mesh qui compte faire évoluer sa tarification en fonction de la maturité du marché. Ses concurrents doivent également évaluer l’appétit des utilisateurs de maillage de services pour le support SaaS et les coûts qu’ils sont prêts à supporter. Par conséquent, les prix varient considérablement d’un éditeur à l’autre, et cela n’est pas près de s’arrêter.

« L’adoption par les entreprises [du Service Mesh] est encore très précoce. »
Brad CasemoreAnalyste, IDC

« L’adoption par les entreprises [du Service Mesh] est encore très précoce », rappelle Brad Casemore, analyste chez IDC. « Cela va être difficile pour tout le monde jusqu’à ce que le marché voit un point d’inflexion – un facteur important pour arriver à ce point d’inflexion sera de lever les objections, dont celles concernant les prix. »

Le tarif de HCS sur Azure, par exemple, sur repose sur l’infrastructure serveur uniquement, sans coût d’instance de service. Calico Cloud est tarifé par heure de nœud de serveur, mais inclut également un coût mensuel pour l’ingestion des données de log, plafonné à 100 Go dans son édition Starter. Kong Konnect Plus est facturé 250 dollars par service et par mois, mais il ne comprend pas de prix par serveur. Kong définit un « service » dans ce contexte comme « une API qui peut être définie comme une unité discrète de fonctionnalité et à laquelle ses consommateurs peuvent accéder à distance ».

Pour approfondir sur Architectures logicielles (SOA)

Close