Noris Cocci - stock.adobe.com

e-signature : Yousign à la conquête de l’Europe des PME

Levée de fonds, renouvellement de qualification par l’ANSSI, croissance exponentielle. L’éditeur normand vise les 70 millions de revenu et une place de champion européen. Et il ne s’interdit pas des acquisitions pour y arriver.

Les Normands de Yousign ont connu un joli début d’été. Le 10 juin, la startup originaire de Caen a bouclé un tour de table (Série A) de 30 millions d’euros auprès de son partenaire historique eFounders et de Lead Edge Capital (Asana, BlaBlaCar, Wise).

Suite de l'article ci-dessous

À peine quelques jours plus tard – sans lien avec cet apport financier – l’ANSSI renouvelait le Visa de Sécurité de la solution de e-signature.

Construire un champion européen

La stratégie de Yousign est de cibler les PME en proposant une alternative qu’il qualifie de plus intuitive que les produits des « géants américains comme DocuSign ou Adobe » (sic).

« Face à des solutions américaines aux périmètres fonctionnels très larges, qui rendent leurs produits trop compliqués, nous avons développé une solution accessible et facile d’utilisation qui permet aux TPE et aux PME de signer leurs premiers documents dans l’heure, et non dans le mois » affirme Luc Pallavidino, CEO et co-fondateur de Yousign.

« Nous ne nous interdisons pas d’envisager des rachats pour élargir le périmètre de nos produits ou pour nous développer sur de nouveaux marchés européens. »
Luc PallavidinoYousign

L’éditeur normand se positionne également clairement dans la mouvance « souveraine » du « cloud de confiance » avec une ambition européenne.

« Alors que le gouvernement français relance plusieurs projets de cloud souverain, l’ambition de créer des champions européens face aux acteurs américains est plus d’actualité que jamais », écrit l’éditeur dans un communiqué. « Le domaine de la gestion des contrats des entreprises est hautement stratégique. La nécessité de protéger ces informations doit être une priorité pour les institutions et les acteurs économiques européens ».

Avec ses nouveaux fonds - et même si certains sont américains - Yousign ambitionne aujourd’hui de se développer comme un champion local en Europe. « Lead Edge est un actionnaire minoritaire, Yousign a vocation à rester une société française », insiste Luc Pallavidino.

L’éditeur qui emploie une centaine de personnes vise les 50 000 PME clientes partout sur le Vieux Continent d’ici 2024 (contre 6 000 aujourd’hui en France, en Italie et en Espagne). Avec à la clef un revenu récurrent annuel d’au moins 70 millions d’euros.

Un marché en pleine croissance et une concurrence accrue

« Nous sommes une des entreprises européennes avec la croissance la plus rapide sur le marché [N.D.R. : l’éditeur revendique une activité multipliée par 2,5 chaque année]. Notre objectif va être d’accélérer encore plus et de prendre des parts de marché le plus rapidement possible », confirme Luc Pallavidino au MagIT.

Luc Pallavidino et Antoine Louiset, les deux co-fondateurs de Yousign
Luc Pallavidino et Antoine Louiset, les deux co-fondateurs de Yousign

« Le marché va croître de 25 % par an jusqu’en 2030, nous ne sommes qu’au début de son expansion », souligne-t-il. Or « le secteur [des TPE PME] reste assez mal servi, bien qu’il représente 95 % des entreprises. Nous sommes donc extrêmement confiants sur le positionnement de Yousign et sa capacité à croître plus vite que son marché ».

Un marché où il resterait par ailleurs « de la place pour de nombreux acteurs », réplique Luc Pallavidino en réponse à une question sur la multiplication des éditeurs locaux (comme les Parisiens d’UniverSign) et le début de concentration (rachat des Marseillais de Sell&Sign par Oodrive) qui pourraient rendre difficile un avenir indépendant pour Yousign.

« L’apparition de nouveaux gros acteurs locaux avec des produits complexes s’adresse davantage à des entreprises de taille importante, déjà fortement digitalisées », insiste au contraire Luc Pallavidino.

Et si concentration il devait y avoir, Yousign se voit désormais plus du côté des acquéreurs que de celui des absorbés. « Nous ne nous interdisons pas d’envisager des rachats à l’avenir », confie Luc Pallavidino au MagIT, « que ce soit pour élargir le périmètre d’utilisation de nos produits, ou pour nous développer sur de nouveaux marchés européens ».

L’ANSSI re-signe un Visa à Yousign

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, l’ANSSI a renouvelé officiellement le 1er juillet le Visa de Sécurité de Yousign pour la signature électronique, l’horodatage et le cachet électronique.

Pour mémoire, cette qualification par l’agence publique rattachée à Matignon garantit la qualité et la solidité du prestataire, la valeur probatoire des signatures réalisées, la sécurité de la solution et la protection de l’ensemble des données des clients.

Yousign conforte ainsi sa position au côté d’UniverSign, de l’Américain DocuSign ou de la filiale de Docapost Certinomis dans les solutions « de confiance » qualifiées pour la e-signature.

Parmi ses clients, Yousign revendique une franchise comme O2 (services à domicile), une coopérative comme l’OCP (livraison de produits pharmaceutiques), un réseau d’agences immobilières comme Orpi ou – au-delà de son positionnement préférentiel sur le midmarket – de grands groupes comme Air France.

Mis à jour le 23 juillet 2021 avec la précision de la part minoritaire de Lead Edge Capital dans Yousign et le commentaire de Luc Pallavidino sur ce point.

Pour approfondir sur Applications métiers

Close