SanDisk

Western Digital rachète SanDisk pour 19 milliards de dollars

Une manière de palier le déclin de ses produits traditionnels, mis à mal par la démocratisation du SSD - des smartphones aux serveurs – dont SanDisk est spécialiste. La transaction est une marque de plus de la consolidation du secteur.

Western Digital a annoncé le rachat de SanDisk pour un montant de 19 milliards de dollars, pour partie en numéraire, pour partie en actions. Ce prix représente un bonus de 15% par rapport à sa valorisation boursière du jour (80 $). L’action avait déjà bondi de 30 % un peu plus tôt dans le mois, avec des fuites concernant un rachat potentiel dans la presse financière. Fin aout, la valeur avait connu son plus bas depuis 2013 (à 46 $).

Dans un marché en pleine consolidation, SanDisk était en effet devenu une cible potentielle qui pouvait aiguiser les appétits de plusieurs acteurs comme WD ou Micron.

De son côté Western Digital fait face à une évolution du marché du stockage qui met son cœur de métier – à savoir la fabrication de disque dur – dans une position indélicate avec la montée en puissance des stockages de type flash (dans les tablettes, les smartphones, et aujourd’hui dans les laptops et même dans les serveurs).

La flash est justement la spécialité de SanDisk qui a refondu son offre professionnelle l’année dernière et qui pourrait donc représenter un relais de croissance salutaire pour WD. A condition de résoudre les problèmes du constructeur de SSD qui a connu plusieurs déconvenues (comme des retards dans la commercialisation de nouveaux produits) avec à la clef des ventes en berne en milieu professionnel.

Autre mauvaise nouvelle pour SanDisk qui a grandement fragilisé sa position, Apple a décidé de ne plus utiliser ses SSD dans ses produits mais ceux de son concurrents Samsung.

Malgré ses défis, WD prévoit que ce rachat devrait créer suffisamment de synergies avec ses activités traditionnelles (disques internes, externes, NAS et appliances de « stockages Cloud personnels ») pour générer une valeur ajoutée de 500 millions de dollars sur les 18 mois à venir.

Pour mémoire, le secteur a été agité par de nombreux rachats et fusions dont celle entre Avago et Broadcom (37 milliards de dollars), Intel et Altera (16.7 milliards). Des mouvements favorisés par des valorisations boursières à la baisse - les marchés ayant pénalisé les acteurs dans l’incapacité d’accroitre leurs marges malgré un contexte de pression sur les prix.

En 2013, WD avait déjà racheté Stec, le pionnier des SSD d'entreprise, et Virident, un des pionniers des cartes PCI-express Flash. Une stratégie au long court donc.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close