Cet article fait partie de notre guide: Dossier Stockage : La révolution Flash

SanDisk met la main sur Fusion-io et ses cartes Flash PCIe

SanDisk, qui disposait déjà d'une gamme de SSD d'entreprise, va racheter Fusion-io pour 1,1 Md$. Il dope ainsi son offre en matière de cartes Flash PCIe, de logiciels et de baies Flash.

Fusion-io ne sera bientôt plus qu’une marque. Le pionnier des cartes PCI-express Flash, va en effet être racheté par  SanDisk, l’un des géants mondiaux des périphériques à base de mémoire Flash, pour 1,1 milliard de dollars en numéraire. Depuis bientôt deux ans, SanDisk ne fait plus mystère de son intérêt pour le marché des entreprise, un marché où il s’est développé via sa ligne de disques SSD mais aussi via son activisme sur le marché des UltraDIMM, ces barettes de mémoire au format DIMM s’insérant dans des emplacements traditionnellement réservés à la mémoire vive. Les UltraDIMM de SanDisk sont produites via un partenariat avec Diablo Technologies, l’un des pionniers du secteur.

SanDisk entend se développer sur le marché des entreprises

Jusqu’alors SanDisk était présent sur le marché des cartes Flash PCIe avec sa gamme Lightning mais, le moins que l’on puisse dire est que le constructeur n’a guère connu le succès sur ce segment. Le rachat de Fusion-IO devrait le propulser au premier rang mondial du secteur et surtout lui permettre de doper considérablement son portefeuille logiciel. Fusion-IO apporte aussi à SanDisk une activité dans les baies de stockage 100% Flash, héritée du rachat de NexGen. Il sera intéressant de voir si SanDisk décide de poursuivre ses travaux sur ce segment ou d’abandonner pour ne pas compromettre ses relations avec les grands OEM du Stockage, comme Dell (qui utilisent les SSD SanDisk dans ses PowerEdge et dans les baies de stockage Compellent).

L’acquisition devrait en tout cas mettre un terme à l’histoire de Fusion-IO en tant que société indépendante, une société qui se sera illustrée par ses innovations mais aussi ses excès, excès qui ont abouti l’an passé au départ de son CEO, David Flynn, et de son co-fondateur, Rick White , et à la nomination de Shane Robison, l’ex-CTO d’HP, pour tenter de redresser la firme.

Depuis  la consolidation s’est accélérée sur le marché de la Flash avec le rachat récent des activités Flash de LSI par Seagate, celui de l’activité carte Flash PCIe de Violin par Hynix. Auparavant, Western Digital, avait multiplié les rachats en mettant la main sur STEC, Virident et Velobit pour les intégrer à l’activité Flash de sa division HGST (ex-Hitachi Global Storage, et Toshiba avait mis à main sur OCZ et sa ligne de SSD et de cartes PCIe.

Une consolidation du secteur qui ouvre la voie à un choc des titans

Rappelons que l’acquisition intervient à peine une semaine après l’annonce par Fusion-io de sa dernière génération de cartes Flash PCIe, la gamme Atomic. Cette gamme devrait permettre à SanDisk de concurrencer plus activement ses concurrents et notamment Seagate, Micron, Western Digital, Samsung et Toshiba. Et si ces noms vous rappelle ceux des géants de la Flash et des disques durs, cela n’a rien de surprenant : l’ère des start-ups semble terminée sur le segment des cartes PCIe Flash. La bataille entre les géants du secteur peut commencer.

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close