Avec le 7500R, Arista poursuit son offensive contre Cisco dans les grands datacenters

Avec sa plate-forme de commutation/routage à grande échelle et son architecture "Universal Spine", Arista veut éliminer une large partie des routeurs actuellement utilisées au coeur des grands datacenters.

Arista poursuit peu à peu son implantation dans les datacenters des grandes entreprises. La firme, qui a passé l’an passé la barre du milliard de dollars de CA (soit plus que le CA IP/Ethernet de Brocade et deux fois plus que le CA d’Extreme Networks) ne cesse de progresser sur le marché de la commutation de datacenter est aurait livré l’an passé plus de 12 % des ports 10G/40G/100G vendus dans les réseaux de datacenter.

Universal Spine : Arista part en chasse des routeurs Cisco dans les datacenters

Avec son dernier-né, le commutateur/routeur 7500R la firme s’attaque cette fois-ci au cœur des réseaux de datacenters et surtout au marché des services de routage entre datacenters. Arista décrit le 7500R comme un commutateur « Universal Spine ». Entendez par là que le 7500R a été conçu comme un commutateur de cœur de réseau de datacenter (une épine dorsale dans une architecture de type « leaf and spine »), mais aussi pour jouer le rôle de routeur IP/MPLS pour interconnecter des datacenters entre eux ou pour plus simplement ouvrir le datacenter au monde extérieur.

Bien sûr l’idée de combiner des fonctions de routage et de commutation dans des commutateurs de datacenter est loin d’être nouvelle. Mais jusqu’à présent, les fonctions de routage de ces équipements étaient par exemple utilisées pour segmenter le trafic à l’intérieur du datacenter. Grâce aux capacités de routage hors normes du 7500R l’idée d’Arista est de remplacer purement et simplement certains des routeurs actuellement utilisés pour l’interconnexion de datacenters. En clair, après avoir aplati les architectures de commutation dans le datacenter, Arista veut désormais que ses châssis de cœur de réseau éliminent le besoin de recourir à des routeurs pour l’interconnexion de datacenter ou l’accès à Internet. Les capacités du 7500R permettent aussi d’envisager la généralisation de BGP jusqu’aux commutateurs ToR dans de très grands datacenters (comme proposé par Petr Lapukhov chez Microsoft).

L'architecture Universal Spine d'Arista

La firme entend répondre aux besoins des grands comptes, mais surtout à ceux des grands opérateurs de services cloud qui représentent une part grandissante du marché de la commutation Ethernet et dont les besoins de commutation et de routage ne cessent de grossir (notamment pour l’interconnexion avec les datacenters de leurs clients).

Une architecture qui s'appuie sur les dernières puces "Jericho" de BroadCom

Le commutateur en châssis Arista 7500R succède à l’actuel 7500E. Il s’appuie sur la dernière génération d’ASIC Broadcom, connue sous le nom de code « Jericho », qui succède à « l’Arad » du 7500E. Dévoilée il y a près d’un an, la puce Jericho (en fait le BCM88670) est un processeur de paquets et un gestionnaire de trafic conçu pour motoriser des cartes lignes Ethernet. Issue du rachat de Dune Networks en 2009, elle affiche une capacité agrégée de 720 Gbit/s, soit 3,6 fois plus que le précédent BCM88650 « Arad ».

Comme précédemment, il est possible de relier 4 ASIC pour créer un ASIC « virtuel » capable cette fois-ci de gérer une bande passante de 2,8 Tbit/s . Pour Arista, l’un des intérêts majeurs de la puce Jericho est qu’elle embarque des capacités de routage que ne proposent pas les puces de la gamme StratusXGS (dont l’ASIC « Tomahawk »), utilisées dans nombre de commutateurs 25/50/100G les plus récents (chez Arista et HPE par exemple). Outre le 7500R d’Arista, la puce Jericho est ainsi utilisée dans les cartes lignes des châssis Cisco NCS5500 que le constructeur positionne comme des routeurs d’agrégation WAN à grande échelle.

Dans le 7500R, les puces « Jericho » installées sur les cartes lignes sont agrégées au sein d’une fabric massive par la puce FE3600 de Broadcom (BCM88770). Cette dernière , qui succède à la précédente FE1600 (BCM 88750), peut interconnecter jusqu’à 144 puces « Jericho » au sein d’une fabric à un étage de 103 Tbit/s . Arista annonçant 115 Tbit/s pour sa fabric dans le 7512R, la firme a en fait mis en œuvre une implémentation à deux étages.

Une gamme composée de 3 châssis de commutation

La gamme 7500R se compose de trois châssis rackable de 7, 11 et 18U de hauteur capables respectivement d’accueillir quatre cartes lignes, huit cartes lignes et douze cartes lignes. Les deux premiers modèles dont disponibles immédiatement tandis que le plus performant arrivera au 4e trimestre.

Selon Arista, les châssis 7504R, 7508R et 7512R ont des capacités agrégées de commutation de 38, 75 et 115 Tbit/s et peuvent traiter respectivement quelque 17,3, 34,5 et 51 milliards de paquets par seconde. Arista propose trois types de cartes lignes pour ses châssis. La plus avancée, la carte 7500R36CQ intègre 6 ASIC Jericho et dispose de 36 ports QSFP à 100Gbit/s. Deux autres cartes lignes sont aussi proposées : la 7500R-36Q avec 30 ports 40Gbit/s et 6 ports à 100 Gbit/s et la 7500R-48S2CQ avec 48 ports 10 Gbit/s et 2 ports 100 Gbit/s. Il est à noter qu’à chaque fois, les ports 100G sont splittables en 2 ports 50G ou 4 ports 10G/25G.

Cela veut dire qu’un 7504R peut accueillir un maximum de 144 Interfaces 100G (ou 576 interfaces 10G/25G), tandis qu’un 7508R peut accueillir jusqu’à 288 ports 100G ou 1 152 ports 10G/25G). Le 7512R ouvrira quant à lui la porte à une configuration massive capable de supporter jusqu’à 432 interfaces 100G ou 1 728 ports 10G/25G Ethernet. À titre de comparaison un commutateur Nexus 9508 ne supporte que 256 ports 100G (soit 32 de moins que l’offre équivalente chez Arista). Et un routeur comme le NCS5500 en propose 288 (soit l’équivalent du 7508R) mais dans 13 U au lieu de 11 U.

Toute la table de routage Internet dans un commutateur/routeur de datacenter

L’un des atouts de la famille 7500R est qu’Arista a tiré parti d’une des capacités de l’ASIC Jericho pour étendre la TCAM de la puce et permettre de gérer jusqu’à 1 million de routes en mémoire sur son châssis haut de gamme. Pour mémoire, le nombre de routes Internet a franchi la barre des 512 000 en 2014 et celle des 600 000 routes au début 2016. Symboliquement, cela veut dire qu’un 7500R peut  stocker l’ensemble des routes BGP d’Internet dans sa table de routage. Arista a baptisé la technologie Flexroute et indique que cette extension de la TCAM a été rendue possible par un développement spécifique dans son OS Extensible Operating System (EOS).

Un autre atout est la quantité de mémoire présente sur les cartes lignes (24 Go sur les 7500R-36CQ , 8 Go sur les 7500R-36Q  et 4 Go sur les 7500R-48S2CQ) qui permet de gérer des tampons de très grande taille et donc (en théorie) de maintenir une qualité de service élevée sur tous les ports. L’Arista 7500R, comme son prédécesseur le 7500E met en œuvre la technologie VOQ (Virtual Output Queuing), qui est en fait un mécanisme de scheduling distribué utilisé pour garantir que les flux de trafic sont traités de façon équitable lorsqu’ils doivent accéder à un port de sortie congestionné.

Selon Arista, le prix d’un port 100G sur un commutateur 7512R pleinement configuré devrait être d’environ 3 000 $, soit environ 750 $ par port 25G, ce qui est impressionnant au vu des services proposés. Pour mémoire une carte hôte 25G Qlogic FastLinQ 45000 est vendue aux environs de 735 $.

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close