Avec Flogo, Tibco veut dynamiser l’intégration dans l’IoT

La groupe rend Open Source un projet de moteur d’intégration poids plume, destiné à rendre plus intelligente l’intégration des réseaux de capteurs à un système central.

« Tout interconnecter. » Tibco a décidé de traduire ce message martelé lors de sa conférence TibcoNOW en présentant le projet Flogo. Son objectif : porter l’expertise du groupe en matière d’intégration aux spécificités  très en vue de l’Internet des objets.

Et autre fait notable : ce projet est placé dans l’Open Source.

Disponible en preview, Flogo est en fait un moteur d’intégration ultra-léger (3,3 Mo) que l’on installe dans chaque terminal, objet ou capteur afin de les doter d’un minimum de logique d’intégration. Si en effet, cela était réalisable avec d’autres technologies comme Java ou Node.js, Flogo a la particularité de proposer une empreinte très réduite. Selon Tibco, Flogo sera  50 fois plus léger sur Java et 20 x que Node.JS, précise Tibco. Une caractéristique qui le positionne  sur des terminaux aux capacités réduites.  Autre spécificité, ce moteur Flogo s’appuie sur le langage Go de Google. 

Rendre actifs les capteurs

« Actuellement, les mécanismes de l’IoT reposent sur des réseaux de capteurs et de terminaux passifs qui sont reliés à un cœur technologique », commente Milinf Keskar, vice-président Intégration chez Tibco. A travers ce projet, le groupe a ainsi travaillé à rendre ses terminaux et objets actifs.

En gros, il s’agit d’apporter une certaine logique d’intégration au sein des objets, et de leur permettre d’aller au delà de la collecte d’informations. « Avec Flogo, les terminaux peuvent dialoguer et créer des retours construits vers d’autres systèmes (là est la notion actif, NDLR) », explique encore le responsable de Tibco. Des systèmes qui, selon lui, peuvent être aussi bien une base de données ou encore BusinessWorks, la plateforme d’intégration du groupe.  « Par essence, tous types de systèmes », ajoute-t-il. Tibco veut ainsi installer un dialogue interactif entre ces objets et des systèmes centraux.

Et d’illustrer : « Imaginez une entreprise travaillant dans l’extraction du pétrole, vous disposez de plusieurs centaines de capteurs sous la mer. Vous développez des flux dans Flogo. Des informations critiques sont collectées, avec une logique développée via Flogo. Ces capteurs seront ensuite en mesure de retourner des informations à BusinessWorks dans le Cloud par exemple ». D’autres événements pourront ainsi être déclenchés.

Flogo propose une interface de développement et d’administration Web. Le projet entend proposer une série de « Targets » spécifiques que l’on peut associer via un « design bot ». En clair, on fait glisser des actions dans un environnement graphique. Le tout se veut sans code.

Une communauté pour étendre les cas d’usage

Si pour l’heure, Tibco imagine des cas d’usage axés sur l’Internet des objets, Milind Keskar pense que la communauté Open Source aura la capacité d’étendre Flogo à d’autres scenarii. Un gros potentiel qu’il convient donc de défricher.

Si le projet est bien Open Source, il n’est encadré par aucune licence type, pour l’heure La GPL et AGPL sont envisagées, indique le responsable.

Pour Tibco, Flogo est un projet qui permet aux entreprises d’étendre leurs capacités numériques (comprendre transformation numérique) à partir de leurs systèmes en place – dans ce cas BusinessWorks. Le scénario est ici adapté à l’Internet des objets.

 

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close