massimo_g - Fotolia

Revue de presse : les brèves IT de la semaine

Microsoft ambitieux dans l’ERP - Facebook se lance dans le RSE - Les contrats interministériels et du Minefi attribués à Linagora - OVH ouvre des datacenters, Verizon en ferme - VMware dit oui à AWS, AWS dit oui à VMware - Cisco vire son CTO

LeMagIT revient chaque vendredi sur les actualités qui animent l'écosystème IT.

Voici les brèves de notre revue de la semaine.

Dynamics Three-Sixty-Five

Microsoft a dévoilé mardi pour la première fois officiellement les bases de sa nouvelle suite d’applications métiers. Dynamics 365 prend la suite de ses ERP Cloud (NAV et AX) et du CRM en mode SaaS. Plus modulaire, la nouvelle offre s’enrichit également d’une galerie de verticaux.

Dynamics 365 marque la volonté de Microsoft de s’imposer sur ce marché des applications B2B qui n’est pas le sien traditionnellement, mais qui est complémentaire d’Office 365.

Conscient du poids de l’existant de SAP et Oracle, l’éditeur veut néanmoins faire les choses patiemment. Il vise principalement les nouveaux projets d’ERP ou les « consolidations » d’ERP, plutôt que les « core ERP ».

Plus assuré dans le CRM, Microsoft annonce la couleur et promet des tarifications qui risquent de faire mal à Salesforce. A voir le premier novembre, date de la sortie officielle de Dynamics 365, tous les prix annoncés jusqu’ici dans la presse étant non-sourcés et non confirmés.

Facebook se lance dans le B2B

La plateforme de réseau social la plus populaire du monde a lancé ce mardi sa déclinaison B2B, baptisée Workspace. Ce RSE (Réseau Social d’Entreprise) est totalement indépendant du réseau grand public. Plus sécurisé, dixit Facebook, Workspace reprend les grandes lignes de Facebook (ce qui est un atout majeur pour son appropriation) et propose des outils d’intégration au SI et de monitoring.

Cette diversification est une nouvelle tentative de monétisation pour Facebook. Mais la concurrence est rude sur ce marché du RSE. Bien qu’ultra-connu, Facebook devra se mesurer à des noms beaucoup plus identifiés B2B comme Jive, Yammer (Microsoft), IBM Connections, Chatter (Salesforce) ou encore Jam (SAP) et Google+.

Libre

Linagora, la société d’Alexandre Zapolsky, a été retenu pour orchestrer les marchés publics des ministères français portant sur le support des logiciels libres. Après avoir été choisi pour superviser et développer le backend du système d’archivage électronique de l’Etat (VITAM), Linagora récupère aussi la gestion de l’accord-cadre interministériel initié en 2012 par la DISIC (ex-DINSIC).

En tout, 42 entités administratives - le contrat a été élargi aux agences gouvernementales - peuvent se reposer sur cet accord qui porte sur le support de quelque 200 souches Open Source. Ce nouveau contrat bénéficie aussi de l’héritage du précédent accord et sa mécanique (comme l’harmonisation des versions) a été adaptée pour mieux répondre aux desiderata et des usages.

En plus de ce contrat interministériel, Linagora a aussi été retenu pour gérer le support des logiciels libres du Minefi ; contrat qu’il avait d’ailleurs remporté en 2012.

Datacenters

Lors de l’OVH Summit qui s’est tenu cette semaine à Paris, Octave Klaba a annoncé l’ouverture de 10 nouveaux datacenters. Ces centres de données devraient aider OVH à passer du statut d’hébergeur Web mondial au à celui – encore plus fermé – d’opérateur Cloud de taille planétaire.

Ces datacenters seront situés à Singapour, en Australie, en Pologne (ces trois entités sont d’ailleurs déjà opérationnelles), en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, en Angleterre, en Espagne et aux Etats-Unis. En tout le fournisseur opère 27 datacenters dans 11 pays.

Pour séduire les entreprises, OVH a par ailleurs signé un accord avec Capgemini. Cette offensive passe également par de nouveaux outils pour réaliser des Clouds hybrides. Enfin Octave Klaba a promis plus d’accords inter-Cloud. Bref, une stratégie de plus en plus B2B et internationale, alors que les géants multinationaux du Cloud s’implante (enfin) en France.

A l’opposé d’OVH, Verizon serait sur le point de se séparer de ses datacenters. L’opérateurs télécoms américains cèderaient leurs infrastructures à Equinix et à un fonds. Dans le même temps, un autre opérateur, CenturyLink aurait lui aussi décider de vendre ses datacenters à un fonds.

Ces deux cessions sont représentatives d’un mouvement de fonds chez les Telco qui montrent un désintérêt grandissant pour les datacenters dédiés à la collocation des équipements de leurs clients. La raison n’est pas technique mais financière. Un dollar investi dans un centre de données ne génère 4 à 5% de ROI par an. Un investissement dans la mobilité ou l’accès haut débit se montre beaucoup plus rentable. Mais ce faisant, les opérateurs mettent aussi dans les mains de tiers (Equinix monte en force sur ce marché) une partie du cœur de leur outil industriel. Pas sûr que le pari soit le meilleur sur le long terme.

VMware dit oui à AWS, AWS dit oui à VMware

Une trêve d’importance vient de se nouer entre le leader des solutions d’infrastructures de cloud privé, VMware, et le numéro un mondial du cloud public, Amazon AWS. Jeudi, les deux acteurs ont noué une alliance stratégique qui va permettre à VMware d’utiliser l’infrastructure d’Amazon AWS pour proposer à ses clients des services de cloud hybride s’appuyant sur sa technologie.

VMware utilisera l’infrastructure physique d’AWS et y déploiera sa pile Cloud Foundation (vSphere, VSAN, NSX). vSphere devient, ainsi, le deuxième hyperviseur sur une infrastructure jusqu’alors largement motorisée par Xen. Amazon, quant à lui, entend en profiter pour accélérer l’adoption de ses services par les grands comptes.

Cisco se sépare de son CTO

Zorawar Biri Singh, l’ancien responsable du Cloud chez HP pendant deux ans et l’ancien d’IBM (vice-président en charge du Cloud également) pendant trois ans, n’aura fait que 18 mois chez Cisco.

Le départ du désormais ex-CTO du constructeur prend place dans un contexte de restructuration massive (5.500 suppressions de poste), de réorganisation interne (simplification de l’organigramme), et de transformation métier (de l’équipement réseau à des outils plus analytiques, de sécurité, Cloud, de collaboration et d’IoT).

Embauché par le nouveau PDG - Chuck Robbins – il avait remplacé le populaire Padmasree Warrior. Sa stratégie n’a cependant pas toujours été claire et bien comprise des partenaires de Cisco. Ni de son PDG visiblement.

Pour approfondir sur Equipementiers

- ANNONCES GOOGLE

Close