jules - Fotolia

IBM prépare DashBD pour le transactionnel

DashDB for Transactions associe les spécificités In-Memory du service d’entrepôt de données Cloud à celles des transactions OLTP. IBM propose aussi un outil pour migrer ses données vers un environnement DashDB.

De l’analytique au transactionnel, il n’y a qu’un pas. Après avoir placé DashDB son service Cloud d’entrepôt de données sur le marché, et dopé ses performances avec un moteur MPP, IBM a décidé d’en étendre la portée vers le monde transactionnel. A la clé, l’arrivée de DashDB for Transactions sur la plateforme Bluemix.

 A l’origine, DashDB est un service Cloud de base de données optimisé pour effectuer des opérations d’entrepôts de données et donc d’analytique. DashDB, qui peut être considéré par exemple un concurrent d’AWS RedShift ou encore d’Azure SQL Data Warehouse, propose une base en colonne, un moteur In-Memory extrait de DB2 BLU ainsi que des capacités analytiques et d’entrepôt de données apportées par Netezza. Le service propose également des connecteurs pour Cloudant, un autre service de base de données d’IBM, mais NoSQL cette fois-ci.

Mais IBM pense toutefois que DashDB peut aussi convenir aux opérations dites transactionnelles, d’où une optimisation de ce service pour le monde OLTP (Online Transaction Processing). En clair, il s’agit là de coupler transactionnel et traitement des données en mémoire, comme l’a également initié Microsoft dans SQL Server, par exemple, afin de renforcer les performances des traitements.

Alors qu’avec OLAP (Online Analycal Processing), l’application n’accède aux données qu’en lecture seule pour remonter les informations stockées dans un entrepôt de données vers les outils d’analyse ou de BI, OLTP autorise un accès tant en lecture qu’en écriture sur la base permettant ainsi d’effectuer des mises à jour rapides. Cela est utilisé généralement par les services bancaires ou encore dans les plateformes de e-commerce pour gérer tous leurs mécanismes d’achat – à l’inverse du moteur de recommandation par exemple.

Dans DashDB for Analytics, les tables sont par défaut organisées en mode colonne, alors que dans DashDB for Transactions, c’est plutôt le mode traditionnel (ligne – row) qui s’applique.

Migrer plus rapidement les données vers le Cloud

Si IBM a certes étendu la portée de DashDB, il a également facilité son alimentation en données, via Bluemix Lift (autre outil Bluemix annoncé cette semaine). Lift vise à accélérer la migration de données depuis des bases sur site vers DashDB ou encore Watson Data Plaform (et sur Bluemix donc). Lift s’adosse en fait à la technologie de transferts de fichiers dans le Cloud d’Aspera, une société rachetée en 2013 par Big Blue. Aspera a mis au point le protocole Fasp (Fast Active Secure Protocol) qui permet de gérer finement les procédures de transferts –comme le débit par exemple. Selon IBM, avec Lift, la migration n’impose pas d’interrompre la base source en ne capturant que les modifications de la base source pour les synchroniser avec la base cible. Enfin, le transfert est chiffré de bout en bout.

 

Pour approfondir sur Base de données

- ANNONCES GOOGLE

Close