Arjuna Kodisinghe - Fotolia

En 2016, les fournisseurs hyperconvergés ont multiplié les alliances avec les constructeurs

L'année 2016 a vu les grands fournisseurs de solutions hyperconvergentes comme VMware, Simplivity et Nutanix multiplier les alliances avec les constructeurs. HPE, le leader mondial des serveurs, est toutefois resté à l'écart de ce jeu d'alliances.

Les principaux fournisseurs de solutions hyperconvergentes ont passé l’année 2016 à étendre la palette de serveurs certifiés pour leurs technologies. Le dernier ajout marquant de l’année a été l’annonce en décembre d’une alliance entre Huawei et Simplivity. L’éditeur a officialisé le support des FusionServer du constructeur chinois et dévoilé une première appliance 100 % Flash prête à l’emploi, qui devrait être suivi par d’autres au premier semestre 2017. Huawei rejoint ainsi Cisco, Dell EMC et Lenovo sur la liste des fournisseurs supportés par Simplivity.

Une partie de l’attrait des plates-formes hyperconvergées est leur livraison clés en main, sous forme de blocs de Lego prêt à assembler. Un autre facteur important pour les acheteurs d’informatique d’entreprise est, bien sûr, le prix. Mais certains mettent l’accent sur la façon dont l’hyperconvergence s’inscrit, de manière plus générale, dans leur stratégie globale de standardisation du matériel. De nombreux grands comptes, par exemple, ont normalisé leur infrastructure autour des plates-formes d’un ou deux grands constructeurs. Le fait que les vendeurs d’hyperconvergence supportent l’une de ces plates-formes vient réduire leur résistance à l’adoption de la technologie.

« Pour ces clients, l’implémentation de logiciels sur le matériel n’est pas une bien grande affaire », explique Eric Slack, analyste principal chez Evaluator Group. Or, la plupart d’entre eux considèrent les solutions hyperconvergentes comme une pile logicielle parmi tant d’autres, à déployer sur leurs matériels. C'est d'ailleurs ainsi que VMware met en avant sa pile hyperconvergée, actuellement officiellement supportée sur plus d'une centaine de modèles de serveurs des plus grands constructeurs mondiaux.

L'enjeu des alliances avec les constructeurs

L’alliance entre Simplivity et Huawei a ainsi partiellement été signée à la demande de plusieurs clients souhaitant voir la pile hyperconvergée du premier supportée sur les serveurs du second. Cette poignée de grands clients a commandé pour plus de 5 M$ d’équipements (soit une centaine de serveurs sur le seul dernier trimestre calendaire 2016).

Nutanix, qui a prolongé son alliance avec Dell EMC et noué un partenariat avec Lenovo, a quant à lui terminé l'année en ajoutant les serveurs Open Compute Project (OCP) de Hyve Solutions à sa liste de systèmes certifiés. Parmi les clients qui ont poussé pour ce support figurent une grande entreprise et un opérateur télécom, qui ont standardisé leur infrastructure sur les serveurs compatibles OCP. Nutanix a aussi certifié la dernière version de son logiciel système (Nutanix OS 5.0, nom de code « Asterix ») avec les serveurs Cisco Unified Computing System (UCS) pour répondre à la demande de plusieurs clients. De façon assez incompréhensible, Cisco a éjecté l’éditeur de sa liste de partenaires en représailles. Cisco dispose désormais avec Hyperflex de sa propre offre d’hyperconvergence, mais n’a pas pour autant éliminé de sa liste de partenaires des acteurs comme Simplivity, StorMagic, Pivot3…

Pour Dheeraj Pandey, le CEO de Nutanix, la course aux partenaires ne semble pas une fin en soi. Lors de l’annonce des derniers résultats de la firme, il a expliqué : « Nous ne devons pas souffrir d’un trouble de l’attention et simplement signer des contrats juste pour signer des contrats ». Selon lui, Nutanix doit encore solidifier sa relation avec Lenovo et tirer le maximum des plates-formes déjà supportées dont Cisco UCS.

SimpliVity, de son côté, a pour politique de ne pas certifier son logiciel sur un serveur sans un partenariat avec son fournisseur. Il s’agit d’éliminer les risques, aussi bien pour les revendeurs que pour les clients finaux, explique Doron Kempel, le CEO de la firme. 

HPE : porté disparu dans le jeu des alliances

Un grand constructeur reste toutefois largement absent de ce jeu d’alliances, le numéro un mondial des serveurs x86, à savoir Hewlett Packard Enterprise. Les deux principaux fournisseurs sur le marché de l’hyperconvergence, Nutanix et SimpliVity, ne sont ainsi pas certifiés sur les serveurs HPE. Pour l’instant, le constructeur californien dispose de sa propre technologie HCI et propose aussi un ensemble d’appliances faisant tourner la pile de VMware. Il a aussi annoncé pour le premier semestre 2017 un ensemble d'appliances Microsoft Azure Stack.

Chez Simplivity, on reconnaît que nombre de clients veulent des serveurs HPE. « Mais SimpliVity n’a pas été une priorité pour HPE, et l’entreprise veut que toute validation soit un effort de collaboration », explique Doron Kempel, le CEO de la firme. Kempel note toutefois que jusqu’alors l’absence du support d’HPE ne lui a pas fait perdre de contrats. Un client du secteur de la finance parmi les 50 premières entreprises mondiales qui demandait des serveurs HPE sous Simplivity, a finalement retenu ceux de Cisco quand il a vu qu’ils n’étaient pas disponibles.

Interrogé sur un éventuel support des serveurs HPE par Nutanix, Greg Smith, le directeur du marketing produit et technique de Nutanix a quant a lui répondu sans ambages : « Il n’y a rien à annoncer aujourd’hui ».

Approfondir

Soyez le premier à commenter

M'envoyer une notification dès qu'un autre membre commente.

Merci de créer un identifiant pour pouvoir poster votre commentaire.

- ANNONCES GOOGLE

Close