Nutanix pousse Acropolis comme une alternative à VMware et Hyper-V

Lors de sa conférence Nutanix .Next 2017 de Washington, Nutanix a mis en avant les nouvelles fonctions en cours de finalisation dans son prochain OS. Objectif affiché : faire de sa plate-forme une rivale de vSphere Cloud Foundation et de Microsoft Azure Stack.

Nutanix .Next 2017 : a été l’occasion pour Nutanix de faire passer un message fort, quoique sans doute un peu paradoxal pour ceux qui connaissent la réputation de la marque: il n’y a pas que l’hyperconvergence dans la vie.

Confirmant des propos déjà tenus au MagIT en mars 2017, Sudeesh Nair, lee président de Nutanix a indiqué au MagIT lors de .Next 2017, que si l’hyperconvergence est certes l'étiquette qui colle à la peau de Nutanix, elle n'est pour la firme qu'un moyen et pas une fin. L’ambition de Nutanix est en effet de proposer une plate-forme complète pour permettre aux entreprises de mettre en place et d’opérer simplement leurs clouds privés et hybride.

Une stratégie que la firme entend concrétiser via l'ajout de nouvelles fonctionnalités et de nouveaux services tels que Nutanix Xi, un service de reprise après sinistre annoncé dans le cadre d'une large alliance avec Google à Washington et qui pourrait aussi se déployer en partenariat avec des fournisseurs de services cloud européens lors du prochain Nutanix .Next Europe en novembre prochain à Nice. 

Réplication rapide, SDN et performances, au menu du prochain AHV

Le socle de cette plate-forme apparait de plus en plus être l'hyperviseur Acropolis (AHV), dont la liste de compatibilité a été récemment été étendue aux machines d'HPE et Cisco, et qui devrait connaitre de multiples améliorations dans la prochaine version de l’OS maison, Nutanix OS « Obelix » (la mouture actuelle, pour mémoire, avait pour nom de code Asterix).

Dérivé de l’hyperviseur open source KVM, AHV est déjà utilisé sur près de 20% des noeuds Nutanix vendus dans le monde. Nutanix veut en faire une alternative à Hyper-V et vSphere et entend pour cela faciliter les migrations depuis ces environnements tout en délivrant des fonctions, qui peu à peu amènent son hyperviseur à parité fonctionnelle avec ceux de ses concurrents.

Dans « Obelix », AHV va s’enrichir de plusieurs fonctions clés. La première est une capacité de réplication asynchrone entre clusters avec un temps de RPO (Recovery Point Objective) considérablement réduit. Au lieu de l’heure actuelle, Nutanix promet un RPO inférieur à la minute, ce qui fait de sa fonction de réplication asynchrone un quasi CDP et devrait grandement faciliter la mise en œuvre de configurations de reprise après sinistre.

Une autre évolution importante devrait être l’ajout de fonctionnalités de SDN avancées dans AHV. Concrètement, Nutanix promet le support de la microsegmentation réseau avec une administration simple depuis la console Prism ( configuration en quelques clics). 

AHV devrait aussi voir ses performances améliorées par l’ajout d’un mode « Turbo » qui s’appuiera sur les technologies de cache en mémoire héritée du rachat de Pernix Data à l’été 2016. Notons à propos de Pernix que la technologie de l’éditeur motorise une autre nouveauté annoncée par Nutanix, la technologie d’analyse de performance et de benchmarking X-Ray, qui pourra aussi être utilisée pour stresser des clusters Nutanix avant déploiement, afin d’en vérifier le bon fonctionnement et la configuration. .

Nutanix a aussi profité de sa conférence utilisateur pour faire une démonstration séduisante d’Xtract, un outil automatisé de migration de clusters vSphere vers AHV prévu pour « Obelix ». Xtract s’installe sous la forme d’une VM dans AHV et permet de migrer un ou plusieurs environnements vSphere-vCenter vers des environnements AHV-Prism, tout en insérant dans les VM les pilotes nécessaires à leur bon fonctionnement dans AHV. Un autre outil impressionnant, montré à .Next 2017, est un module automatisé de migration de bases de données SQL Server En quelques clics de souris, cet outil permet de détecter une base de données Microsoft, d’en analyser le schéma et de la porter de façon optimale sur un cluster AHV – ce support initial de SQL Server devrait ensuite s’étendre à d’autres bases de données. Notons également que Nutanix promet le support de NFS dans ses « File Services », en plus de l’actuel SMB.

AHV : arme de négociation massive

AHV a un autre atout pour Nutanix : sa gratuité permet aux entreprises de faire l’économie d’un hyperviseur tiers et donc de rendre la proposition économique de l’éditeur bien plus intéressante que lorsque ses solutions sont couplées aux outils de VMware et Microsoft.

« Nous avons une blague à propos de la tasse de café à 2 millions de dollars », a expliqué Sunil Potti, le CTO de Nutanix à notre collègue américain Dave Raffo. « Il s’agit d’une tasse banale marquée Nutanix. Il suffit de sortir cette tasse le jour où votre commercial VMware vient pour le renouvellement de votre contrat, et vous réalisez automatiquement une économie de 2 M$ sur votre accord de licence entreprise, car pour la première fois, il y a une menace crédible pour VMware ».

Lors de la conférence Nutanix .Next, Joshua Lukes, le directeur des services informatiques de la société de service Itron a ainsi expliqué que sa firme avait décidé de migré de VMware vers AHV réalisant une économie conséquente sur ses licences VMware. « Nous migrons intégralement et nous finançons le projet en éliminant les coûts de notre contrat ELA VMware », explique Lukes. « Entre cela et la réduction de l’empreinte occupée chez notre fournisseur d’espace de datacenter, nous finançons un cycle complet de mise à jour matérielle ».

Lawrence Lozzano, un administrateur de base de données pour le cabinet d’avocats Sheppard, Mullin, Richter & Hampton, a quant à lui expliqué à Nutanix .Next 2017 que son équipe avait basculé vers AHV depuis Hyper-V pour des raisons de simplicité et parce qu’Acropolis intègre des services de partage de fichiers. « Pour gérer Hyper-V, il faut une large palette de savoir-faire. Il faut maîtriser Hyper-V Manager, les clusters Windows, Virtual Machine Manager… Si vous ne connaissez pas l’un de ces composants, gérer Hyper-V peut vous dépasser. Comme AHV est intégré [à la pile Nutanix], l’hyperviseur n’est plus l’objet de la conversation ».

Un nouveau noeud NVMe et une solution pour les déploiements à un ou deux nœuds.

Si le logiciel reste la priorité pour Nutanix, a firme a toutefois profité de sa conférence .Next 2017 pour lever le voile sur le NX-9030,un nouveau nœud 100% Flash à base de disques NVMe. Disposant d’interfaces 10/40G le NX-9030 pourra communiquer avec d’autres nœuds similaires via RDMA afin d’optimiser les échanges sur le réseau ce qui devrait permettre de bâtir des clusters à faible latence et hautes performances pour les applications les plus critiques (bases de données, analytique...).

Enfin, la firme a aussi annoncé l’arrivée de solutions supportant des déploiements avec un nœud unique ou deux nœuds pour les déploiements en agences ou dans des magasins. Ces solutions viennent combler un trou, puisque jusqu’alors il fallait un minimum de trois noeuds pour déployer un cluster. Elles ne seront toutefois pas vendues à l’unité, mais par packs de 10 à 20 de façon à répondre aux besoins des grandes organisations cherchant à déployer une infrastructure locale dans un grand nombre de petits sites.

Les prix pour ces différents noeuds n’ont pas été communiqués mais devraient l’être dès la sortie d’« Obelix », dont la disponibilité générale est attendue avant la fin du mois de septembre.

Dave Raffo, Searchstorage.com, a contribué à cet article

Pour approfondir sur Infrastructure hyperconvergée

- ANNONCES GOOGLE

Close